Barry White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.
Barry White
Description de cette image, également commentée ci-après
Barry White en concert en février 1974.
Informations générales
Nom de naissance Barrence Eugene Carter
Naissance
Galveston, Texas
Décès (à 58 ans)
Los Angeles, Californie
Activité principale Compositeur, Chanteur
Producteur
Arrangeur
Parolier, multi-intrumentiste et chef d'orchestre.
Genre musical Rhythm and blues, musique orchestrale, soul, funk, easy listening
Années actives 19632003
Labels 20th Century Records
A&M Records
Mercury Records

Barry White, de son vrai nom Barrence Eugene Carter, né le à Galveston, Texas, et mort le à Los Angeles, Californie, est un chanteur, compositeur et producteur américain de rhythm and blues et de soul des années 1970 jusqu'au début des années 2000.

Trois fois récompensé par un Grammy Award, connu pour sa voix distinctive de baryton-basse et son image romantique, il connaît le succès à partir des années 1970 en tant que chanteur solo et avec The Love Unlimited Orchestra (en). Ses deux plus grands succès sont : You're the First, the Last, My Everything et Can't Get Enough of Your Love, Babe.

Ses ventes de disques dépassent les 100 millions, faisant de lui l'un des artistes musicaux ayant vendu le plus de disques. Ses influences ont été James Cleveland, Ray Charles, Aretha Franklin, Elvis Presley, The Supremes, The Four Tops, ou encore Marvin Gaye.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Galveston[1] au Texas[2], Barry est le fils de Melvin White et de Sadie Marie Carter[3], [4], que son père abandonne alors qu'il a six mois[5]. Sa mère lui apprend le piano[6] mais Barry, qui grandit dans la banlieue de Los Angeles, ne poursuit pas son éducation musicale et devient membre d'un gang à l'adolescence[3]. À 17 ans, il est condamné à quatre mois de prison pour le vol de 300 pneus d'un concessionnaire Cadillac, d'une valeur de 30 000 dollars. C'est en prison, en 1960, en écoutant à la radio le tube d'Elvis Presley It's Now or Never (« C'est maintenant ou jamais »)[7], qu'il prend conscience de la mauvaise tournure de sa vie et de l'absurdité de son incarcération. Cette chanson a un tel impact sur lui qu'il souhaite donner un tout autre sens à son existence, en décidant qu'il fera quelque chose de positif dans sa vie et notamment en se consacrant à la musique.

Carrière[modifier | modifier le code]

C'est dans les années 1960 qu'il se fait connaître en produisant de nombreux musiciens, dont le trio féminin Love Unlimited[8], emmené par celle qui allait devenir sa femme, Glodean James. Il tente sa chance en tant qu'interprète sous différents pseudonymes, notamment celui de Gene West, sous lequel il reprend le tube d'Elvis Presley In the Ghetto, en 1970. Il est ensuite découvert et accompagné par le compositeur Gene Page qui le prend sous son aile et lui apporte son expérience d'instrumentiste classique. D'autres collaborateurs, tels que Paul Leo Politi, Wah Wah Watson, Billy Sepe, ou Tony Sepe avec qui il a arrangé You Are the First, the Last, My Everything, l'accompagneront durant toute la décennie 1970. Mais c'est à son ami Larry Nunes qu'il doit ses débuts de chanteur, celui-ci l'ayant encouragé dans cette voie sur laquelle il n'avait pas réussi jusqu'alors, et qu'il pensait abandonner. Il ajoutera d'ailleurs une dédicace à Larry Nunes[9] dans les crédits de chacun de ses albums.

En parallèle de sa carrière de chanteur, il produit à partir de 1974[10], et au départ contre l'avis de sa maison de disque, une formation instrumentale[11], The Love Unlimited Orchestra (en)[12]. Cette production est un succès, puisqu'en janvier 1974, l'instrumental Love's Theme se classe numéro 1 dans les charts américains. D'autres singles suivront comme My Sweet Summer Suite (1976), tiré de l'album du même nom. En 1981, Barry White fait de cette formation un orchestre uniquement féminin, pour l'album Let’em Dance. Il tente la même année de passer le relais pour la direction du Love Unlimited Orchestra à Webster Lewis (en)[13], pour l'album Welcome Aboard (The Love Unlimited Orchestra Presents Mr. Webster Lewis), mais le succès sera mitigé.

Barry White était un homme d'un physique imposant : il mesurait 1,92 m pour un poids avoisinant les 150 kg. Il a été surnommé « le maestro de l'amour [14] ». Entre 1973 et 1976, il a produit 21 albums, du jamais vu dans l'industrie du disque. À sa mort en 2003, il a vendu plus de 116 millions de disques dans le monde.

De 1997 à 2002, Barry White a fait des apparitions dans la série télévisée Ally McBeal[15], dans laquelle ses chansons servent d'exutoire au personnage de John Cage, qui l'idolâtre. Il a joué son propre rôle dans trois épisodes de la série (Saison 2 Épisode 18, Saison 3 Épisode 1 et Saison 5 Épisode 22). Au cinéma, Barry White a également composé et produit la musique du film de blaxploitation Together Brothers (en)[16] en 1976.

Il a également prêté sa voix à son propre personnage dans deux épisodes de la série Les Simpson[17]. Il avait par contre décliné une invitation à apparaître dans la série animée South Park[18], jugeant le ton de celle-ci trop corrosif. Les producteurs ont décidé de choisir une autre icône de la soul, Isaac Hayes.

En 1999, Barry White publie son autobiographie, Love Unlimited, insights on life & love, avec la collaboration de l'écrivain Marc Eliot. Il y livre sa vision de la vie, de l'amour, ainsi que de nombreuses anecdotes sur son travail dans l'industrie du disque. Il y révèle notamment qu'en 1984, quelques semaines avant l'assassinat de Marvin Gaye, ce dernier avait tenté de le contacter pour lui proposer une collaboration sur un potentiel album en préparation.

Maladie et mort[modifier | modifier le code]

En août 1999 il séjourne à l'hôpital pour un problème d'hypertension et est contraint d’annuler plusieurs concerts. Il est à nouveau hospitalisé en septembre 2002 et est en attente d'un don de rein, car les siens sont défaillants à la suite de nombreuses années d'hypertension. Mis sous dialyse à la suite de multiples ennuis de santé (diabète, hypertension et insuffisance rénale), il est victime d'un grave accident vasculaire cérébral en mai 2003, qui le contraint à se retirer de la vie publique. Il décède le vendredi [19] à Los Angeles à l’âge de 58 ans[20] au Centre médical Cedars-Sinai, après une longue lutte contre la maladie. Son corps a été incinéré et ses cendres ont été dispersées[21] dans l'océan au large de la côte californienne en présence de ses proches, dont Michael Jackson.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Barry White a eu huit enfants, de trois femmes : sa première femme qu'il surnomme "Marie" dans son autobiographie, une relation illégitime qui lui a donné une fille lors de son premier mariage, et sa deuxième épouse Glodean, avec qui il restera marié jusqu'à sa mort malgré leur séparation. Sa dernière compagne, Katherine Denton, a donné naissance après son décès à une petite fille nommée Barrianna, mais la reconnaissance de Barry White comme père de cet enfant a donné lieu à un procès avec ses ayants droit, perdu par Denton.

Récompenses et hommages[modifier | modifier le code]

Barry White n'a été primé que tardivement par ses pairs pour l'ensemble de sa carrière. Il a été nommé en 1974 pour le Grammy award dans la catégorie du meilleur chanteur Rhythm and Blues pour la chanson I'm Gonna Love You Just a Little More Baby, aux côtés des poids lourds de la musique noire tels que le gagnant Stevie Wonder, Marvin Gaye, Al Green et le membre fondateur du groupe The Temptations, Eddie Kendricks[22]. Il recevra un Grammy award honorifique 29 ans plus tard, en 1999 à l'occasion de la sortie de son album Staying Power.

Le 21 mai 2003, la municipalité de Los Angeles décide de donner le nom de Barry White à un parc public situé dans le district de South Park où il a grandi et dont il s'est fait le défenseur.

Le 12 septembre 2013, inscription de son étoile sur le Walk of Fame de Hollywood[23], [24].

Discographie[modifier | modifier le code]

(Sources : Discogs, AllMusic)

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1972 - From a girl point of view  Love Unlimited  (arrangement musical par Barry White et Gene Page)
  • 1973 - I've Got So Much to Give  Barry White (composition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page)
  • 1973 - Stone gon  Barry White (composition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page)
  • 1973 - Under the influence of love  Love Unlimited  (composition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page)
  • 1973 - Evan Pace/face to face(parole de Evan Pace-musique et arrangement par Barry White et Gene Page)
  • 1974 - In heath  Love Unlimited  (composition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page)
  • 1974 - White gold  Love Unlimited orchestra (composition, arrangement et direction par Barry White, coarrangement et codirection par Gene Page)
  • 1974 - Can't Get Enough  Barry White (composition et arrangement par Barry White, coarrangement de Gene Page)
  • 1974 - No Limit On Love  Barry White (compil de single année 60)
  • 1974 - Rhapsody in White  Love Unlimited orchestra (composition, arrangement et direction par Barry White, coarrangement par Gene Page)
  • 1974 - Together brothers  Love Unlimited orchestra  (composition et arrangement par Barry White, coarrangement et direction par Gene Page)
  • 1974 - Hot city   Gene Page (composition par Gene Page et Barry White, coarrangement et direction par Gene Page)
  • 1974 - Jay Dee/come on in love(composition et arrangement par Barry White et Gene Page
  • 1975 - Just Another Way to Say I Love You  Barry White(composition Par Barry White, coarrangement et direction par Gene Page)
  • 1975 - Music maestro please  Love Unlimited orchestra  (composition, arrangement et direction par Barry White, orchestration par Don Peake)
  • 1976 - Let the Music Play  Barry White (composition, arrangement et direction par Barry White, orchestration par Don Peake)
  • 1976 - Is This Whatcha Wont?  Barry White (composition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page)
  • 1976 - My sweet summer suite Love Unlimited orchestra (composition, arrangement et direction par Barry White, coarrangement et direction par Gene Page)
  • 1977 - He's all i've got Love Unlimited (composition et arrangement Barry White, coarrangement par Gene Page)
  • 1977 - Barry White Sings for Someone You Love Barry White (cocomposition et arrangement par Barry White, orchestration par John Roberts)
  • 1978 - The Man Barry White (cocomposition et arrangement par Barry White, orchestration par Ronald Coleman et John Roberts)
  • 1978 - My musical bouquet Love Unlimited orchestra (cocomposition et arrangement par Barry White, orchestration et direction par John Roberts)
  • 1979 - The Message Is Love (cocomposition et arrangement par Barry White, orchestration par Ronald Coleman, Richard Egizi et Ben Kirk)
  • 1979 - I Love to Sing the Songs I Sing (cocomposition et arrangement par Barry White, orchestration par Ronald Coleman et John Roberts)
  • 1979 - Love is back Love Unlimited (cocomposition et arrangement par Barry White, orchestration par Ben Kirk)
  • 1979 - Super movie themes Love Unlimited orchestra (compilation musique de film, arrangement par Barry White, coarrangement et direction par Gene Page)
  • 1980 - Sheet Music (cocomposition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page)
  • 1981 - Beware! (arrangement par Barry white, orchestration par John Roberts)
  • 1981 - Let 'em dance Love Unlimited orchestra (composition et arrangement par Barry White, coarrangement par Don Peake, orchestration par Dave roberts)
  • 1981 - Barry & Glodean (cocomposition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page, orchestration par Gene Page, John Roberts, H. Barnum)
  • 1981 - Welcome aboard Webster Lewis, Love Unlimited orchestra (cocomposition, arrangement et direction par Webster Lewis et Barry White, etc)
  • 1981 - Song Painters Jimmie and Vela Cameron (production, cocomposition et arrangement par Barry White)
  • 1982 - Change (cocomposition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page, George Bohanon, Vella Cameron)
  • 1983 - Rise (cocomposition et arrangement par Barry White, coarrangeur Jack Perry et Gene Page, orchestration et direction George Bohanon) (The Love Unlimited Orchestra)
  • 1983 - Dedicated (composition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page et Jack Perry)
  • 1987 - The Right Night (cocomposition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page, John Roberts, Jack Perry, etc.)
  • 1989 - The Man Is Back! (cocomposition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page, John Roberts, Jack Perry)
  • 1991 - Put Me in Your Mix (cocomposition et arrangement par Barry White, coarrangement par Gene Page, John Roberts, Jack Perry, etc.)
  • 1994 - The Icon Is Love (cocomposition et arrangement par Barry White, etc.)
  • 1999 - Staying Power

Compilations[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

  • 1966 - Viola Wills
  • 1967 - It May Be Winter Outside(EP) by Felice Taylor
  • 1968 - Doin' The Banana Split The Banana Splits
  • 1973 - Face to face Evan Pace
  • 1974 - Hot City Gene Page
  • 1974 - I love you more and more  Tom Brock
  • 1974 - Come On In Love Jay Dee
  • 1974 - What am gonna do  Gloria Scott  
  • 1975 - White Heat White Heat
  • 1975 - West Wing West Wing  
  • 1976 - Black satin Produced By Gene Page
  • 1978 - Barry White Presents Mr Danny Pearson" Danny Pearson
  • 1981 - song Painters Jimmie & Vella Cameron There's no Other Love
  • 1981 - Welcome Aboard The Love Unlimites Orchestra Presents Mr.Webster Lewis

À noter le co-arrangement de Harlem Shuffle de Bob & Earl en 1963. (Reif & Nelson) Arranged By Gene Page

Invité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Barry White | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 21 juillet 2019)
  2. (en) « Barry White | American singer », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 21 juillet 2019)
  3. a et b (en-US) « Who was Barry White? Everything You Need to Know », sur www.thefamouspeople.com (consulté le 21 juillet 2019)
  4. (en) « Barry White Biography - life, children, name, wife, young, born, time, year - Newsmakers Cumulation », sur www.notablebiographies.com (consulté le 21 juillet 2019)
  5. (en-US) Tyler Fragie, « Barry Eugene Carter/ Barry White (1944-2003) », sur BlackPast, (consulté le 21 juillet 2019)
  6. Richard Cromelin et Los Angeles Times, « Barry White -- deep-voiced, beloved king of seduction », sur SFGate, (consulté le 21 juillet 2019)
  7. (en-US) « CARTER, BARRY EUGENE [BARRY WHITE] | The Handbook of Texas Online| Texas State Historical Association (TSHA) », sur tshaonline.org, (consulté le 21 juillet 2019)
  8. (en-US) « Barry White », sur Biography (consulté le 21 juillet 2019)
  9. (en) « Barry White », sur The Independent, (consulté le 21 juillet 2019)
  10. « Barry White: biographie, actualités, photo et vidéos », sur Nostalgie.fr (consulté le 21 juillet 2019)
  11. (en) « Barry White, sophisticated soul singer », sur African American Registry (consulté le 21 juillet 2019)
  12. (en-GB) Garth Cartwright, « Obituary: Barry White », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 21 juillet 2019)
  13. (en-GB) « Webster Lewis Page », sur www.soulwalking.co.uk (consulté le 21 juillet 2019)
  14. (en-US) Judyth Watson-Remy, « We miss our "Maestro of Love," Barry White », sur 50BOLD, (consulté le 21 juillet 2019)
  15. « Biographie de Barry White », sur Universal Music France (consulté le 21 juillet 2019)
  16. Together Brothers (Original Motion Picture Soundtrack) (lire en ligne)
  17. « Barry White - The Simpsons Park : Toute l'actualité des Simpson », sur www.simpsonspark.com (consulté le 21 juillet 2019)
  18. (en) « Barry White », sur Lifetime UK, (consulté le 21 juillet 2019)
  19. « Soul Singer Barry White Dies At 58 », sur Billboard (consulté le 21 juillet 2019)
  20. (en-US) Jon Pareles, « Barry White, Voice of Seduction, Dies at 58 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 21 juillet 2019)
  21. (en-US) « Barry White », sur Find a grave
  22. (en) « 1974 Grammy Awards », sur www.metrolyrics.com (consulté le 16 octobre 2012)
  23. (en-US) « Barry White | Hollywood Walk of Fame », sur www.walkoffame.com (consulté le 21 juillet 2019)
  24. (en-US) « Barry White », sur latimes.com (consulté le 21 juillet 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :