Marc-Louis Questin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marc-Louis Questin
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Marc Questin
Alias
Ludovic de Givry
Druide Sagos
Lord Mandrake
Tau Asclepios
Naissance (65 ans)
Enghien-les-Bains, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Mouvement Surmodernisme
Genres

Marc-Louis Questin est un écrivain, poète, journaliste, conférencier et magnétiseur[1] français, né à Enghien-les-Bains le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès son adolescence, Marc Questin se lance en littérature. À ses seize ans, en 1969, il autoédite une première plaquette : À William. Elle est suivie, l'année suivante, d'une seconde intitulée William's Cocktail, précédé de : inéditionnellement, œuvres oubliées volontairement ou non. En 1974, à vingt-et-un ans, il publie encore deux plaquettes : L'Ange noir en arc-en-ciel et Les Kalices de Bali. Manifeste tantrique[2]. Cette dernière est préfacée par le journaliste Alain Pacadis et compte, selon Jacques Coly, « parmi les classiques de la contre-culture hexagonale »[3]. La notice biographique y précise que Marc Questin préparait alors « une Thèse Nouvelle sur l'Archéologie et une Étude sur DALI : "Raison Pure/Révolte Dure" (Pierre Blanche de l'Artisanat) ».

En 1978, il participe, aux côtés notamment de Michel Bulteau, au tout premier numéro de la revue Bunker, fondée par José Galdo[4]. Il collabore par la suite au second titre du collectif, Blockhaus, et édite plusieurs nouvelles plaquettes sous son égide : Armageddon (1979), Hiéroglyphiques Incantations (1980), La Traversée du labyrinthe (1980), Norvegicus Polaroïd (1981) et La Nuit des nymphes (Passage au noir) (1982)[5]. Robert Sabatier, se penchant sur ces textes dans le cadre de son Histoire de la poésie française, note le goût de Questin pour l'inventaire, le narratif et l'immaturité, qu'il associe à celle de Witold Gombrowicz[6]. À la même époque, Questin contribue également à la revue Sphinx, sous-titrée « Cahiers trimestriels d'alternatives artistiques & culturelles ».

En 1979, il collabore avec le peintre cubain Ramón Alejandro pour un ouvrage intitulé L'Astre des nerfs, qui paraît au Castor astral. Deux ans plus tard, toujours au Castor astral (en coédition avec L'Atelier de l'Agneau), il participe à l'Anthologie 80, dirigée par Jean-Louis Roux et sous-titrée « Bilan et perspectives de la poésie franco-belge-québecoise : auteurs nés après 1930 ». Par la suite, il contribue encore à deux anthologies d'importance : L'Aventure en poésie dirigée par Jean-Pierre Begot (Gallimard, 1984) et l' Anthologie de la poésie mystique contemporaine dirigée Jean-Luc Maxence (Presses de la Renaissance, 1999). Entre 1981 et 1984, Questin collabore à trois des huit numéros de la revue Foldaan, animée par le poète Jacques Josse[7].

En 1997, Marc Questin cosigne, avec Charles Dreyfus, Henri-Jean Enu, Florence Roqueplo et Xavier de la Salle, la Résolution constitutive de la 11e internationale surmoderniste, texte manifeste publié dans la revue Inter : art actuel. Le collectif y dénonce la domination culturelle de l'Occident, présentée comme une « prédation » menant à l'absence d'invention artistique, remplacée par la « répétition de reproductions formelles venues d'ailleurs ». Au terme de sa tribune, il exprime le souhait d'une « dégénérescence accélérée de l'Occident » qu'il estime par ailleurs « indispensable à la naissance de la Culture »[8].

À partir des années 1990, il change son prénom en Marc-Louis. Il signe sous ce nom ses quatre recueils de poésie : Le Renard de corail (préfacé par l'écrivain Michel Camus et édité par Jean-Luc Maxence aux éditions Le Nouvel Athanor, en 1999), La Vision d'Osiris (préfacé par Thomas Roussot et édité chez Publibook, en 2007), Les Diamants d'Aphrodite (préfacé par le poète Jean Hautepierre, illustré par Jean-Louis Ricaud et publié chez l'éditrice Rafael de Surtis, en 2008) et Le Crépuscule des Otaries (également préfacé par Jean Hautepierre, illustré par Prisca Poiraudeau et paru en 2015 aux éditions Unicité). En 2012, il publie également aux éditions Unicité un premier recueil de nouvelles baroques et décadentes, préfacé par Pierre Brulhet.

Parallèlement à cette activité littéraire, il est aussi l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages consacrés aux arts occultes et à la spiritualité, publiés notamment aux éditions Trajectoire. Il en signe plusieurs en qualité de pratiquant, notamment du néodruidisme dont il fut un officiant[9].

Marc-Louis Questin est en outre le directeur des éditions Éleusis et de la revue gothique et fantastique La Salamandre. Journaliste, il notamment contribué aux revues Nouvelles Clés, Le Monde de l'inconnu, Contrelittérature, L'Autre Monde, Dragon & Microchips, Chemin de Traverse et Diableries[10]. Il est également peintre et comédien[11], de même que l'animateur du Cercle Dionysos (1997-2000) et du Cénacle du Cygne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Recueils[modifier | modifier le code]

  • Le Miroir des sens, éd. Galactic-Press, 1975 ;
  • L'Astre des nerfs, Bègles, éd. Le Castor astral, 1979 ;
  • Le Dragon d'améthyste, éd. du Phénix, 1987 ;
  • La Liturgie du haut regard, éd. du Phénix, 1988 ;
  • Le Renard de Corail, Paris, éd. Le Nouvel Athanor, 1999 ;
  • La Vision d'Osiris, éd. Publibook, 2007 ;
  • Les Diamants d'Aphrodite, Paris, éd. Rafael de Surtis, 2008 ;
  • La Citadelle des vierges noires, Saint-Chéron, éd. Unicité, 2012 ;
  • Le Crépuscule des Otaries, Saint-Chéron, éd. Unicité, 2015.

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Roux (dir.), Anthologie 80 : bilan et perspectives de la poésie franco-belge-québecoise : auteurs nés après 1930, Paris-Herstal, coéd. Castor astral-L'Atelier de l'Agneau, 1981 ;
  • Jean-Pierre Begot (dir.), L'Aventure en poésie, Paris, Gallimard, coll. « Folio Junior », 1984 ;
  • Jean-Luc Maxence (dir.), Anthologie de la poésie mystique contemporaine, Paris, Presses de la Renaissance, 1999 ;
  • Marc-Louis Questin (dir.), Anthologie de la poésie gothique, Paris-Saint-Chéron, coéd. Éleusis-Unicité, 2014.

Essais[modifier | modifier le code]

  • La Renaissance du chamanisme, Paris, éd. Dervy, 1993 ;
  • La Tradition magique des Celtes, Paris, éd. Fernand Lanore, 1994 ;
  • La Connaissance sacrée des druides, Paris, coéd. Fernand Sorlot-Fernand Lanore, 1995 ;
  • La Splendeur du chamane, Monaco, éd. du Rocher, 1997 ;
  • Le Miracle des druides, Monaco, éd. du Rocher, 2000 ;
  • Le Monde légendaire de Tolkien, Escalquens, éd. Trajectoire, 2002 ;
  • La Sagesse de Tolkien ou les prodiges du Silmarillion, Escalquens, éd. Trajectoire, 2003 ;
  • Les Mystères du loup, Escalquens, éd. Trajectoire, 2003 ;
  • Ces hommes aux pouvoirs exceptionnels, Escalquens, éd. Trajectoire, 2007 ;
  • Mystérieuse Wicca, Escalquens, éd. Trajectoire, 2008 ;
  • L'Univers magique des fées (ouvrage collectif dirigé par M.-L. Questin), Escalquens, éd. Trajectoire, 2010 ;
  • Enquête sur les vampires, fantômes, démons et loups-garous (ouvrage collectif dirigé par M.-L. Questin), Escalquens, éd. Trajectoire, 2011 ;
  • La Magie du chaos (ouvrage collectif dirigé par M.-L. Questin), Escalquens, éd. Trajectoire, 2014 ;
  • Urban Sax, les musiciens de l'infini, Saint-Chéron, éd. Unicité, 2016.
  • Les Prophéties du Tigre Blanc, Saint-Chéron, éd. Unicité, 2018.

Guides pratiques[modifier | modifier le code]

  • Musiques de transe et d'éveil, Paris, éd. Accarias-L'Originel, 1990 ;
  • La Médecine druidique, Paris, éd. Belfond, 1990 ;
  • La Guérison chamanique, Paris, éd. Trédaniel, 1992 ;
  • Guide initiatique des arts martiaux, Paris, éd. Montorgueil, 1992 ;
  • Le Secret de l'éternelle jeunesse (coécrit avec Richard Khaitzine), Paris, éd. Trédaniel, 1993 ;
  • Ces parfums qui soignent (coécrit avec Jean-Claude Houdret et Philippe Kerforne), Paris, éd. Presses du Châtelet, 1997 ;
  • Guide de la joie permanente (coécrit avec Philippe Kerforne), Paris, éd. Pocket, 1997 ;
  • La Renaissance du chamanisme. Rituels et purification pour un nouvel art de vivre, Paris, éd. Dervy, coll. « Initiation », 1998 ;
  • La Magie rituelle sur photos, Tournus, éd. Alain Labussière, 1998 ;
  • Traité pratique de magie celte, Escalquens, éd. Trajectoire, 2001 ;
  • La Magie sexuelle et amoureuse, Escalquens, éd. Trajectoire, 2001 ;
  • En bonne santé grâce aux rêves (coécrit avec Philippe Kerforne), Escalquens, éd. Trajectoire, 2002 ;
  • ABC de la méditation druidique, Escalquens, éd. Grancher, 2002 ;
  • Nouveaux Rituels pratiques de magie blanche (sous le pseudonyme de Ludovic de Givry), Escalquens, éd. Trajectoire, 2004 ;
  • ABC de la magie tsigane, Escalquens, éd. Grancher, 2005 ;
  • Entrez dans la cinquième dimension, Escalquens, éd. Trajectoire, 2005.

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • Richard Gandon, Le Grand Livre des runes, Paris, éd. Dervy, 1993 ;
  • Tchalaï Unger, Prières pour les peines et les joies d'aujourd'hui, Paris, éd. Dervy, 1994 ;
  • Jean-Claude Secondé, Guide initiatique de la radiesthésie, Paris, éd. Montorgueil, 1994 ;
  • Samia Bouchetat, Transfigurations, Paris, éd. Le Manuscrit, 2008 ;
  • Prisca Poiraudeau, La Demeure des chiens-fantômes, Saint-Chéron, éd. Unicité, 2015 ;
  • Julien Noël, Contes du sabbat et autres diaboliques amuseries, Brest, éd. Stellamaris, 2015 ;
  • Pierre Brulhet, Le Repaire du loup, Brunoy, éd. Éleusis, 2017.

Postfaces[modifier | modifier le code]

  • Florence Charrier, Le Procès de l'excès chez Queneau et Bataille, Paris, éd. L'Harmattan, coll. « Approches littéraires », 2012.

Carrière de comédien[modifier | modifier le code]

Marc-Louis Questin a joué dans plusieurs courts-métrages indépendants. Il a notamment incarné le Marquis de Sade dans le film Le Retour de Sade de Manon des Gryeux[12]. Questin a aussi tourné sous la direction de Nikko Dogz (dans Blackwood Hotel), Patrice Galmard (dans X37a5 et Anna), Thomas Jirsa (dans L'Écrivain et Shade of the Trigger) et Athalia Altmann (dans Great Filthy Snuff Apocalypse)[13]. En 2017, il apparaît en qualité de figurant dans le clip Le Rap du Diesel de la rappeuse Julie Chaux.

Au théâtre, il a notamment collaboré à des productions de L'Opéra de quat'sous de Bertolt Brecht, de Il campielo de Carlo Goldoni (sous la direction de Claude Viala) et de Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès (sous la direction de Pierre Touvet, pour la Compagnie des accès)[14].

Questin, formé au Butō par Marlène Jöbstl, pratique également la danse. En mars 2016, il livre notamment un hommage dansé à la chanteuse Nico.

Collaborations à des projets musicaux[modifier | modifier le code]

En 2005, Marc-Louis Questin a collaboré avec le groupe post-punk Electric Press Kit. Ensemble, ils ont sorti un album intitulé Hommage à Georg Trakl, sur lequel Questin lit des textes du poète austro-hongrois[15]. Par la suite, il a aussi posé sa voix sur trois albums du groupe de musique martial industrial Barbarossa Umtrunk : 72 Candles in Cairo (album en hommage à Aleister Crowley, réalisé en collaboration avec le groupe Kazeria, en 2009)[16], Distant Shores of Hvetramannaland (album sous-titré « A Tribute to Miguel Serrano », réalisé en collaboration avec le groupe Dronerune, en 2011)[17] et La Clairière des eaux mortes (album en hommage à l'écrivain Raoul de Warren, réalisé en collaboration avec le groupe Pale Roses, en 2013)[18]. Il est également crédité comme choriste pour la chanson Opus Vitae, de l'album éponyme (2013) du groupe de musique gothique parisien The Cemetary Girlz[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche BnF de Marc-Louis Questin.
  2. Cette plaquette, épuisée au format papier, est disponible au format numérique sur le blog de bibliophilie Au Carrefour étrange.
  3. Jacques Coly, Poètes électriques. L'insurrection, Ozoir-la-Ferrière, éd. Les Deux-Siciles, 2015, p. 140 : « Marc Questin (né en 1953) est l’auteur de William’s Cocktail (1970), L’Ange noir en arc-en-ciel (1974) et Les Kalices de Bali, une plaquette confidentielle d’une trentaine de pages (avec une préface du "reporter de l’underground" Alain Pacadis), publiée en autoédition en 1974, dont les textes, très largement inspirés des poètes électriques, qui font amplement référence à la drogue, au rock et à ses figures légendaires (Syd Barrett, Lou Reed, Syd Vicious, Captain Beefheart), comptera parmi les classiques de la contre-culture hexagonale. »
  4. La revue est épuisée, mais les textes de ses premiers numéros sont disponibles à la lecture en ligne sur son site internet.
  5. Toutes ces plaquettes, épuisées, peuvent aujourd'hui être lues en ligne sur le site internet des éditions Blockhaus
  6. Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, t. VI : « La Poésie du XXe siècle », vol. 3 : « Métamorphoses et Modernité », Paris, éd. Albin Michel, 1988, p. 650-651 : « Il inventorie ce qu'il aime, polars et westerns, kitsch et bistrots, drogues et discussions hallucinées, avec le goût du narratif et celui "gombrowiczien de l'Immaturité". De ses blocs de prose compacte, il trace un portrait de lui-même et de son entourage social. »
  7. Sommaires de la revue Foldaan (1980-1987).
  8. Charles Dreyfus, Henri Enu, Florence Roqueplo, Marc Questin & Xavier de la Salle, « Résolution constitutive de la 11e internationale surmoderniste » in Inter : art actuel, n° 68, 1997, p. 30 (télécharger l'article au format PDF).
  9. Marc Questin, La Connaissance sacrée des druides, Paris, coéd. Fernand Sorlot-Fernand Lanore, 1995, p. 49 : « Je fus intronisé Maître de Cérémonies du Temple Druidique Supraïste par le druide Mercurios. À la même époque, le druide et chevalier André Gallard me nomma Grand Prieur de l'Ordre Souverain du Temple Celtique. »
  10. Marc-Louis Questin, « L'Univers magique des fées » in Diableries, n° 5, 23 novembre 2014, pp. 54-59 (télécharger le numéro au format PDF).
  11. Biographie de Marc-Louis Questin dans Anthologie de la poésie gothique, dir. par Marc-Louis Questin, Paris-Saint-Chéron, coéd. Éleusis-Unicité, 2014, p. 349.
  12. Présentation du recueil La Citadelle des vierges noires sur le site internet des éditions Unicité.
  13. Biographie incluse dans Marc-Louis Questin, Le Crépuscule des Otaries, Saint-Chéron, éd. Unicité, 2015, p. 119.
  14. Présentation de Marc-Louis Questin sur le site internet de la Compagnie des accès.
  15. Discographie du groupe Electric Press Kit.
  16. Interview du Baron Von S., du groupe Barbarossa Umtrunk, dans le webzine Et l'Hiver dansait autour d'un Feu, août 2013 : « Nous sommes lui et moi des amis de longue date et l’idée de travailler avec Marc-Louis [Questin] m’est venue spontanément lors de l’enregistrement de 72 Candles in Cairo, mon split-CD avec Kazeria consacré à Aleister Crowley et paru chez SkullLine en 2009. »
  17. Critique de l'album Distant Shores of Hvetramannaland dans le webzine U-Zine.
  18. Notice de l'album La Clairière des eaux mortes sur le site de son label, Old Europa Cafe.
  19. Notice de l'album Opus Vitae sur le site du groupe The Cemetary Girlz.

Liens externes[modifier | modifier le code]