Mandataires du magistrat de Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sceau du Magistrat de Bruxelles vers 1400.

Le Magistrat de Bruxelles désigne l'ensemble des mandats politiques liés à la gestion de la ville de Bruxelles, tous pouvoirs confondus, tels qu'institués du XIIIe siècle à 1795 - soit la période où la ville relevait du duché de Brabant.

La base de la liste ci-dessous est celle publiée en 1845 par Henne et Wauters ([HW]), imparfaite, du propre aveu d'Alphonse Wauters[1]. Elle a été complétée et corrigée au moyen des sources signalées dans la bibliographie. Les contributeurs sont invités avec insistance à signaler précisément leurs sources (archive ou publication) pour les ajouts et les modifications qu'ils apporteront.

Présentation du tableau[modifier | modifier le code]

La tableau qui suit a pour vocation de reprendre tous les mandats connus pour le magistrat de Bruxelles tel que défini dans le présent article. Il est triable.

  • Chaque ligne correspond à un mandat.
  • Date. Les dates sont celles données par les différentes sources et ne sont donc pas nécessairement comparables.
    • Idéalement, ce sont les dates précises de début et de fin de mandat.
    • Souvent, seule l'année où le mandat a été accordé est donnée. Mais il faut noter qu'un mandat ne couvre pas une année civile mais 12 mois, le magistrat de Bruxelles étant en principe renouvelé le 24 juin. Ainsi, un mandataire de l'année 1554 dont on dit qu'il est mort le 13 janvier est en fait décédé en janvier 1555 (en cours de mandat) et non en janvier 1554. De même un remplaçant nommé en janvier reste attaché au mandat débuté au 24 juin de l'année précédente. Par exemple, si X est désigné en 1320 pour la période du 24 juin 1320 au 24 juin 1321 et qu'il est remplacé en janvier 1321, l'entrée en fonction de son remplaçant est 1321, mais il reste attaché au mandat 1320-1321. C'est la raison pour laquelle, les fonctions occupées par un remplaçant sont identifiées par le signe #.
    • Parfois la date donnée est seulement celle d'un constat : à telle date, telle personne était amman, sans que l'on puisse en déduire les bornes de son mandat dans le temps.
    • Dans d'autres cas, c'est la durée théorique du mandat qui est indiquée, même si le mandataire est décédé en cours de mandat.
    • Les années paires sont en couleur pour la améliorer la lisibilité du tableau.
  • Nom. Afin de permettre un tri pertinent sur les noms, le nom précède le prénom ; tout ce qui s'assimile à une particule (de, van, d', vander, vanden... avec ou sans majuscule) est rejeté après le prénom. Un tiret final indique que la particule était attachée. On peut donc distinguer, si nécessaire Noot, Vander- de Noot, vander.
  • Fonction. Pour maîtriser la largeur du tableau, les fonctions sont indiquées de façon abrégée. Un dièse (#) après cette mention indique un remplacement.
Fonction Abréviation
Amman A
Bourgmestre B
Bourgmestre des Nations BN
Bourgmestre des Lignages BL
Échevin E
Conseiller C
Conseiller des Nations CN
Trésorier T
Receveur R
Receveur des Nations RN
Receveur des Lignages RL
Surintendant du Canal SC
Receveur du Canal RC
Pensionnaire P
Secrétaire S
Greffier G
Greffier de la Trésorerie GT
Vicomte V
  • Condition. Reprend les titres ou les qualités transmises par succession : la noblesse et le lignage en particulier. On indique L. pour indiquer l'appartenance à un lignage (à partir de 1306 uniquement), suivi du Lignage particulier et de la date d'admission.

La présentation de ces données sous forme de tableau fait apparaître clairement les imprécisions et les incohérences ; les données sont par ailleurs entachées d'erreur d'OCR et, probablement, malgré tout le soin apporté par les contributeurs, de manipulation des données. Ce sont autant de motivations à poursuivre les recherches et à retourner aux sources citées. Vu la complémentarité et les contradictions entre les sources, il est important de signaler la ou les sources. Les sources principales sont celles reprises dans la bibliographie de cet article et indiquent une abréviation usuelle.

Les informations extraites des différentes sources sont simplement combinées tant qu'elles ne sont pas contradictoires. Les petites nuances orthographiques sont ignorées tant qu'il n'en ressort aucune ambiguïté.

Tableau[modifier | modifier le code]