Famille Leyniers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tapisserie d'Évrard Leyniers, Neptune fait naître le cheval en frappant la terre de son trident, d'après un carton de Jacques Jordaens, vers 1650-1660.

La famille Leyniers, apparue à Bruxelles dès le XVe siècle a produit de nombreux tapissiers de haute lice et des teinturiers, experts dans l'art de teindre en subtiles nuances les fils de laines destinés à ce métier.

De nombreux membres de cette famille ont également participé à la gestion de la ville de Bruxelles et ont fait partie du magistrat soit dans les Nations, soit dans les Lignages.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les membres de la famille leyniers ont exercé leur art de tapissiers de haute-lice jusqu'au dernier quart du XVIIIe siècle et de nombreux musées d'Europe conservent des tapisseries sorties de leurs ateliers.

Daniel Leyniers fut le dernier de cette famille à avoir exercé cette industrie mais malgré tous ses efforts il se vit forcé pendant l'hiver de 1767-1768 de fermer définitivement ses ateliers. Il se consacra ensuite à la fabrication des dentelles.

La famille Leyniers qui a participé avec honneur à la Résistance a payé un lourd tribut à la défense de la patrie lors de la Seconde Guerre mondiale et a été décimée par l'occupant allemand, assassinée dans les camps de concentration ou devant les balles du peloton d'exécution.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armoiries anciennes[modifier | modifier le code]

Parti: au 1 qui est Leyniers, d'argent à un bélier rampant d'argent soutenu d'une terrasse de sinople; au 2, coupé: A. d'argent à trois oiseaux volants d'azur rangés en pal; B. d'or à trois écrevisses de sable, rangées 2 et 1, accompagnées en chef d'un croissant du même.

Armoiries nouvelles[modifier | modifier le code]

La branche de la famille Leyniers anoblie le 20 décembre 1906 par le roi Léopold II prit des armes modifiées : d'azur au bouc rampant d'argent sur un rocher au naturel. L'écu sommé d'un heaume d'argent, grillé, colleté et liseré d'or doublé et attaché de gueules, au bourrelet et lambrequins d'argent et d'azur. Cimier : le bouc de l'écu issant. Devise : DEO ET ARTE. Un de ses fils devint chevalier.

Appartiennent à cette famille[modifier | modifier le code]

  • Antoine Leyniers, tapissier, fut le neveu par alliance de Bernard van Orley, il avait, en effet, épousé Josine, la fille de son demi-frère Gommaire. Sa marque est un monogramme composé des lettres A et L. On retrouve cette marque sur "L'Histoire de Romulus" qui orne le grand hall des Musées Royaux des Beaux-Arts à Bruxelles.
  • Marc Leyniers, ingénieur à la Sofina puis imprimeur à Bruxelles né le 25 avril 1887, résistant, mort en déportation pour la Patrie à Lübeck (Allemagne). Il est le descendant direct du peintre Seger Jacobus van Helmont dont la fille Anne Catherine Jeanne van Helmont avait épousé Henri François Joseph Leyniers. Et ses deux fils:
    • Evrard Jacques Adolphe Leyniers, né le 11 juin 1905 à Forest, résistant, décédé au camp de Bergen-Belsen, mort pour la Belgique.
    • Jean Auguste Daniel Leyniers, né le 21 juin 1909, résistant, fusillé par les Allemands au Tir national de Bruxelles, mort pour la Belgique le 17 février 1944.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1878: Alphonse Wauters, Les tapisseries bruxelloises. Essai historique sur les tapisseries et les tapissiers de haute- et basse-lice de Bruxelles, Imprimerie de Ve Julien Baertsoen, Bruxelles, 1878.
  • 1978: Sophie Schneebalg-Perelman, « Les débuts de la tapisserie bruxelloise au XIVe siècle et son importance durant la première moitié du XVe siècle » in Annales de la Société royale d'Archéologie de Bruxelles, Tome LV, 1978.
  • 1988: Michel Vanwelkenhuyzen et Pierre de Tienne, "Une famille de tapissiers bruxellois, les Leyniers, dans L'intermédiaire des Généalogistes, Bruxelles, n°256 nov-déc 1988.
  • 1992: Paul Begheyn, Abraham Leyniers : een Nijmeegse boekverkoper uit de zeventiende eeuw : met een uitgave van zijn correspondentie uit de jaren 1634-1644, Nimègue, Nijmeegs Museum ‘Commanderie van Sint Jan’, 1992.

Quelques tapisseries de membres de la famille Leyniers[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]