Bourdeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bourdeaux
Bourdeaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Intercommunalité Communauté de communes Dieulefit-Bourdeaux
Maire
Mandat
Thierry Didier
2020-2026
Code postal 26460
Code commune 26056
Démographie
Gentilé Bourdelois
Population
municipale
666 hab. (2018 en augmentation de 8,12 % par rapport à 2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 14″ nord, 5° 08′ 07″ est
Altitude Min. 377 m
Max. 1 410 m
Superficie 23,11 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Dieulefit
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bourdeaux
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Bourdeaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourdeaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourdeaux

Bourdeaux est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont dénommés les Bourdelois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bourdeaux est situé dans la vallée du Roubion, près du massif de Saou et de la montagne de Couspeau.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Sites particuliers[1] :

  • Col de Boutières
  • Col de Moune (900 m)
  • Col Sabatier
  • Combe Landon
  • Combe Roussine
  • la Tune (556 m)
  • Montagne de Couspeau
  • Puy Sauvage (536 m)
  • Serre de Crovens (605 m)

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par les cours d'eau suivants[1] :

  • la Bine
  • le Roubion
  • le Soubrion
  • Ravin de Bramefaim
  • Ravin de Combe Turel
  • Ravin de la Tune
  • Ravin de Saunier
  • Ravin des Capouriers
  • Ruisseau de Buffières
  • Ruisseau de Chaudin
  • Ruisseau de Luzerne
  • Ruisseau de Saint-Savin
  • Ruisseau des Estournilles

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bourdeaux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (55,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (42,9 %), zones agricoles hétérogènes (23,8 %), prairies (16,5 %), terres arables (12,9 %), zones urbanisées (2,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Site Géoportail (carte IGN)[1] :

  • Alice
  • Barre
  • Bataillon
  • Bongat
  • Calme
  • Chante-Duc
  • Charité
  • Colombier
  • Cordelier
  • Cristol
  • Crovens
  • D'Arraire
  • Delmas
  • Ferme du Col
  • la Cadette
  • la Cadière
  • la Forme
  • la Grange (est)
  • la Grange (ouest)
  • la Lève
  • la Malaucène
  • la Montagne
  • la Rochasse
  • la Sauzée
  • la Tranche
  • la Tune
  • la Valentine
  • la Vialle
  • le Bois Montjoux
  • le Châtelas
  • le Gap
  • le Rastel
  • les Chapelles Basses
  • les Contrats
  • les Coteaux
  • le Serre
  • les Foulons
  • les Gots
  • les Grands Villards
  • les Hautes Chapelles
  • le Siraillot
  • les Junchas
  • les Magnats
  • les Magnats
  • les Muats
  • les Petits Villards
  • les Ribières
  • les Routes
  • les Servins
  • les Sibours
  • le Taris
  • Luzerne
  • Maroussine
  • Mondon
  • Patarones
  • Pâty
  • Plan Lara
  • Ramaillon
  • Raspail
  • Saint-Hilaire
  • Séroux
  • Soubrion
  • Taille-Pins
  • Verdon
  • Virage de la Rochasse

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[9] :

  • 1032 : Burdegalis (cartulaire de Savigny, 636).
  • 1100 : mention du prieuré : ecclesia Bordellenses (cartulaire de Savigny, 870).
  • 1107 : mention du prieuré et de son église Saint-Savin : ecclesia Sancti Savini Burdellensis (cartulaire de Savigny, 808).
  • 1193 : Bordeuz (cartulaire de Die, 38).
  • 1210 : mota de Bordellis (cartulaire de Die, 38).
  • 1214 : Bordel (cartulaire de Savigny, 901).
  • 1324 : castrum de Bordellis (Duchesne, Comtes de Valentinois, 29).
  • 1332 : Bourdeaux (Gall. christ., XVI, 129).
  • 1355 : Bordellos (Duchesne, Comtes de Valentinois, 33).
  • XIVe siècle : mention du prieuré : prioratus de Bordellis (pouillé de Die).
  • 1421 : Bourdeaulx (Duchesne, Comtes de Valentinois, 57).
  • 1509 : mention du prieuré et de son église Saint-Savin : ecclesia Beati Sabini de Bordelle (visites épiscopales).
  • 1511 : mention du mandement : mandamentum de Bordellis (archives de la Drôme, E 2141).
  • 1568 : Bourdeaux les Crest (L'arrondissement de Montélimar, III, 314).
  • 1585 : Bourdeaux au Diez (correspondance de Lesdiguières, III, 18).
  • 1588 : Bordeaux (correspondance de Lesdiguières, III, 57).
  • Non daté : Bourdeaux sur Roubion (dict. des postes).
  • 1891 : Bourdeaux, commune, chef-lieu de canton, arrondissement de Die.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Bourdeaux serait issu d'un toponyme pré-romain Burdigala qui, selon Morvan, procéderait de *burd- (crique) et *gala (marais)[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Abri sous roche avec traces d'art schématique[10].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[9] :

  • Au point de vue féodal, la terre (ou seigneurie) était un fief du comté de Diois.
  • Possession des Bourdeaux.
  • Milieu XIIIe siècle : la terre passe (par mariage) aux Châteauneuf.
  • 1278 : elle est cédée aux comtes de Valentinois.
  • 1356-1357 : le mandement (ou vallée de Bourdeaux) comprenant, outre la commune de ce nom, celles de Bezaudun, de Crupies et des Tonils, est acquis par les évêques de Die qui le conserveront jusqu'à la Révolution.

Au XIVe siècle, une guerre fait rage entre les deux châteaux de Bourdeaux : ce conflit oppose les comtes de Valentinois et les évêques de Die. Ces derniers en sortiront vainqueurs en 1357, et garderont le fief jusqu'à la Révolution. Comme traces de ce conflit, on peut voir, tout autour de Bourdeaux, nombre de ruines de tours ou villages abandonnés[réf. nécessaire].

Le protestantisme a profondément marqué le pays. L'on y trouve de nombreux petits cimetières familiaux[réf. nécessaire].

En 1683, la bataille de Bourelles fait 120 morts[réf. nécessaire].

En 1685, lors de la révocation de l'édit de Nantes, les protestants se révoltent. Ils sont écrasés[10].

Avant 1790, Bourdeaux était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Die.
Elle formait une paroisse du diocèse de Die dont l'église, dédiée à saint Savin, était celle d'un prieuré de la dépendance de l'abbaye de Savigny (Rhône). Son titulaire était décimateur à Bourdeaux, Bezaudun, Crupies, Mornans et les Tonils[9].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Bourdeaux devient le chef-lieu d'un canton du district de Crest, comprenant les municipalités de Bourdeaux, Bezaudun, Crupies, Félines, Mornans, le Poët-Célard, les Tonils et Truinas. La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) n'a fait qu'y ajouter la commune de Bouvières et placer ce canton dans l'arrondissement de Die[9].

Au XIXe siècle, les habitants travaillent essentiellement la laine et la soie[réf. nécessaire].

Bourdeaux connait l'exode rural à partir du milieu du XIXe siècle[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

mairie de Bourdeaux.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter. : de la Révolution au Second Empire
1790 1871 ?    
Les données manquantes sont à compléter. : depuis la fin du Second Empire
1871 1874 ?    
1874 1878 ?    
1878 1884 ?    
1884 1887 ?    
1887
(élection ?)
1888 Louis Blanc radical Député (1892-1902), puis sénateur (1902-1914)
1888 1892 Louis Blanc   maire sortant
1892 1896 Louis Blanc   maire sortant
1896 1900 Louis Blanc   maire sortant
1900 1904 Louis Blanc   maire sortant
1904 1908 Auguste Victor Émile Augier   conseiller d'arrondissement (Canton de Bourdeaux)
1908 1912 ?    
1912 1919 ?    
1919 1925 Louis Faucon radical conseiller général (1919-1944)
1925 1929 ?    
1929 1935 ?    
1935 1944 (mars) ?    
1944
(élection ?)
1945 ?    
1945 1947 ?    
1947 1953 ?    
1953 1959 ?    
1959 1965 ?    
1965 1971 ?    
1971 1977 ?    
1977 1983 ?    
1983 1989 ?    
1989 1995 ?    
1995 2001 ?    
2001 2008 ?    
2008 2014 Pierre Belle    
2014 2020 Patrick Chalamet[11] (sans étiquette) retraité
2020 En cours
(au 10 avril 2021)
Thierry Didier[12][source insuffisante]    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Dieulefit-Bourdeaux.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 666 habitants[Note 2], en augmentation de 8,12 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2421 1951 3401 3441 2811 3171 4241 4331 429
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3531 3791 4051 2621 3011 2071 2701 2061 111
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1071 0371 010827839845842756690
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
613550536578562563605611616
2013 2018 - - - - - - -
616666-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Bourdeaux compte une école primaire à cinq classes, l'école Louis Faucon[17].

Santé[modifier | modifier le code]

Le village possède un cabinet médical (rue de la Recluse)[18].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La ville organise des séances de cinéma en plein air chaque été, à raison d'une séance par semaine tandis que le reste de l'année, une séance est programmée chaque mois à la salle des fêtes[19].
  • Fête des estivants : 15 août : illuminations du château et défilé historique aux chandelles[10].
Chaque année depuis 1961, le 15 août, a lieu la fête du village à thématique médiévale organisée par l'association « Comité du 15 août »[20].
  • Le festival Nouvelles du conte se tient chaque année depuis 1989 dans le pays de Bourdeaux.

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Pêche et chasse[10].
  • Randonnées : présence du GR 9.

Sports[modifier | modifier le code]

Le village de Bourdeaux possède un stade de foot nommé le stade Bariquet[21] ainsi qu'une équipe de football nommé le FC du Pays de Bourdeaux classé Vétéran M1[22].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Le village dispose :

  • d'un temple protestant. La commune de Bourdeaux est située dans une région historiquement à dominante protestante. Il est voisin du « chemin des Hugenots »[23].
  • d'une église catholique[24].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : forêt de hêtres, pâturages (ovins, caprins, bovins), lavande, genêts, truffes[10].

  • Produits locaux : écrevisses à la nage, fromage picodon[10].
  • Foire : un jour par mois[10].
  • Marché : le jeudi[10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Syndicat d'initiative[10].
  • Une piscine plein air est ouverte en saison estivale[25].
  • Camping-caravaning[10].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Bourg médiéval : rues du vieux Bourdeaux, façade de maison du XVe siècle (classée MH[26],[10].
  • Porte fortifiée[réf. nécessaire].
  • Ruines du château médiéval dominant le village : donjon rectangulaire avec fenêtres en plein cintre)[10].
Château des comtes de Poitiers[27] (donjon rectangulaire avec fenêtre romane).
  • Ruines du château des évêques de Die[28] (mur-bouclier imposant dit « le Grand manteau »).
  • Beffroi carré[10].
  • Église Notre-Dame (vieux bourg)[10].
  • Croix de bronze[10].
  • Fontaine dite « d'Alberte de Poitiers »[réf. nécessaire].
  • Cimetières familiaux protestants[réf. nécessaire].
  • Le « grand temple » : temple protestant dont la construction commence vers 1715 (il devait être à l'origine une église catholique voulue par l'évêque de Valence, Daniel de Cosnac, dans sa politique de reconquête catholique du Dauphiné). En l'An IV (1796), le bâtiment, inachevé, est vendu à un particulier et, en 1804, la commune l'achète pour en faire un temple protestant. La rénovation est achevée vers 1809[réf. nécessaire].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Grotte la Glacière[1].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Augier (1820-1889) : poète, auteur de théâtre, dramaturge, conseiller général de la Drôme de 1846 à 1854, conseiller général du Canton de Bourdeaux (Drôme) de 1848 à 1856.
  • Louis Blanc (né en 1838 à Bourdeaux, mort en 1914) : député et sénateur de la Drôme.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Bourdeaux possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d https://www.geoportail.gouv.fr/
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 46 (Bourdeaux).
  10. a b c d e f g h i j k l m n et o Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Bourdeaux.
  11. Patrick Chalamet élu officiellement maire, Le Dauphiné, 1er avril 2014
  12. Association des maires de la Drôme, « Renouvellement électoral », sur mairesdeladrome.fr.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « École de Bourdeaux », sur mairie-bourdeaux.fr (consulté le ).
  18. « Cabinet des Docteurs Chamoux Sylvie et Dessus Jean-François », sur www.118000.fr (consulté le ).
  19. « Cinéma », sur mairie-bourdeaux.fr.
  20. « Culture/Animation », sur mairie-bourdeaux.fr.
  21. « Stade de Barriquet », sur Mappy (consulté le )
  22. Direct score, « FC du pays de Bourdeaux FootBall », sur Direct Score (consulté le ).
  23. « Itinéraire culturel européen de l'exil des huguenots et des vaudois », sur Sur les pas des huguenots (consulté le ).
  24. « L'Eglise catholique de Bourdeaux », sur cartepatrimoine.ladrome.fr (consulté le ).
  25. piscine
  26. Notice no PA00116898, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. Notice no IA26000026, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Notice no IA26000027, base Mérimée, ministère français de la Culture