MP 14

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis MP NG)
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section contient des informations sur un projet de transport en Île-de-France.

Il se peut que ces informations soient de nature spéculative et que leur teneur change considérablement alors que les événements approchent.

MP 14
Identification
Exploitant(s) RATP
Type métro
Composition 5, 6 et 8 voitures
Conduite Automatique (CA)
Conducteur (CC)
Couplage Pour dépannage
Constructeur(s) Alstom
Mise en service à partir de 2019
Effectif 35 fermes
37 en option pour la ligne 14
20 en option pour la ligne 4[1]
41 prévues pour la ligne 11[2]
Affectation Métro de Paris
(M) (1)(4)(6)(11)(14)
Séries
Nombre (fermes) Type
35
-
-
MP 14 CA 8 voitures
MP 14 CA 6 voitures
MP 14 CC 5 voitures
Caractéristiques techniques[3]
Roulement pneus
+ galet auxiliaire
Écartement standard
Gabarit 2,40 m
Alimentation 3e rail 750 V CC
Accès 3 par flanc
Portes coulissantes
Intercirculation intégrale
Vitesse maximale 100 km/h[4]
80 km/h

Le MP 14 (Metro Pneu appel d'offres 2014)[5],[6] est un futur matériel roulant sur pneumatiques pour le métro de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Matériel décidé par le STIF[modifier | modifier le code]

La loi relative à l'organisation et à la régulation des transports ferroviaires (loi ORTF du [7]) a changé les rôles et les responsabilités dans la gestion du parc de matériel roulant des transports en Île-de-France. Le matériel roulant est ainsi devenu propriété du Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) qui est désormais amené à financer le renouvellement du matériel roulant à hauteur de 50 %, et l'achat de matériel roulant dans le cadre de prolongements ou de nouvelles lignes à hauteur de 100 %[8].

À ce titre, le STIF a engagé une analyse visant à identifier les besoins en renouvellements ou acquisitions de métros sur pneu afin de faire face aux besoins d'augmentation de capacité de certaines lignes, remplacer les matériels les plus anciens et accompagner le prolongement des lignes existantes et la création de nouvelles lignes. Cette analyse a pris la forme d'un « schéma directeur du matériel métro pneu », qui identifie le besoin de définir et commander un nouveau matériel pneu : le MP NG ou matériel sur pneumatiques de nouvelle génération[8].

Un parc pneu vieillissant[modifier | modifier le code]

En 2011, l'âge moyen du parc de matériel métro pneu était de 32 ans. Il était notamment composé des MP 59 de la ligne 4, les plus vieux matériels du réseau, introduits au milieu des années 1960 sur la ligne 1. Ces matériels ont fait l'objet d'une rénovation au début des années 1990 et ont été réformés entre 2011 et 2012 grâce au transfert des MP 89 CC de la ligne 1, eux-mêmes remplacés par des trains automatiques MP 05. Les MP 59 de la ligne 11, originellement affectés à la ligne 4 sont ensuite les matériels les plus anciens. Ces MP 59 sont arrivés en fin de vie, la ligne 4 étant une ligne très contraignante pour le matériel roulant[8].

La commande de nouveaux trains dénommés MP 14 (Matériel Pneu de conception 2014) permettra[9] :

  • d'accroître la capacité de la ligne 14 en passant à des rames à huit voitures (contre six aujourd'hui) portant la capacité maximale de la ligne de 30 000 à 35 500 voyageurs par heure[10] ;
  • de renforcer le parc de la ligne 4 après son automatisation, celle-ci devant alors recevoir 32 des 39 rames de la ligne 14, dont le nombre est très insuffisant[8],[11] ;
  • de remplacer les MP 59 de la ligne 11, matériel le plus ancien encore en circulation sur le réseau en 2015, et dont le nombre est insuffisant pour le prolongement à Rosny-Bois-Perrier ;
  • de remplacer éventuellement les MP 73 de la ligne 6 en cas de non-adaptation des MP 89 CC susceptibles de poser des problèmes au niveau des viaducs sur la partie aérienne une fois l'automatisation de la ligne 4 réalisée.

Commande et choix du fournisseur[modifier | modifier le code]

Le , le STIF a confirmé le processus d'achat de 35 rames dénommées MP 14 pour les besoins de la ligne 14 prolongée jusqu'à Mairie de Saint-Ouen et jusqu'à 72 en option pour les besoins de prolongement de la ligne 14 dans le cadre du Grand Paris Express jusqu'à Saint-Denis Pleyel au nord et Aéroport d'Orly au sud[6].

Trois parties étant en jeu dans les décisions et les responsabilités autour de ce matériel, la RATP en tant que futur exploitant de ce matériel, le STIF en tant que décideur et acheteur du matériel pour les prolongements dont il a la responsabilité (ligne 14 à Mairie de Saint-Ouen, ligne 11 à Rosny, ligne 4 jusqu'à Bagneux et ligne 1 à Val de Fontenay) et la Société du Grand Paris en tant que décideur et acheteur pour les prolongements dont elle a la responsabilité (ligne 14 à Saint-Denis au nord et Orly au sud et ligne 11 à Noisy-Champs), la RATP a été mandatée pour gérer l'appel d'offre pour les trois entités et contracter avec le fournisseur choisi[10].

Le 30 janvier 2015, la RATP, le STIF et la SGP ont annoncé le choix d'Alstom pour la commande d'un maximum de 217 rames MP 14 pour équiper les lignes 1, 4, 11 et 14 de la RATP[12], voire la ligne 6[13]. Les premiers trains, qui équiperont la ligne 14 prolongée jusqu'à Mairie de Saint-Ouen, seront livrés en 2018[14] avec une première tranche ferme de 518 millions d'euros, pour l'achat de 35 trains de huit voitures[15].

Les autres prolongements de lignes font l'objet de tranches optionnelles qui pourront faire l'objet de commandes ultérieures[12].

En octobre 2015, à l'occasion de la visite d'Élisabeth Borne, présidente-directrice générale de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) à l'usine d'Alstom, la presse fait état de l'équipement futur de la ligne 6 également avec des rames MP 14, sans plus de précision[13].

Le , le design des rames MP 14 est dévoilé par Alstom. Elles offriront notamment 48 places pour les personnes à mobilité réduite et huit emplacements pour celles en fauteuil roulant[16].

Versions du matériel[modifier | modifier le code]

La convention entre le STIF, la Société du Grand Paris et la RATP précise que ce matériel devra être disponible en trois versions :

  • Conduite automatique (CA) de huit voitures ;
  • Conduite automatique (CA) de six voitures ;
  • Conduite conducteur (CC) de cinq voitures.

La tranche ferme confirmée de 35 trains concerne uniquement la version à conduite automatique de huit voitures[12].

Version Nombre de trains commandés Nombre de trains de la tranche[17] Tranche[17] Ligne(s) Commentaires
CA - huit voitures 35 De 35 à 72 trains Tranche ferme (14) 35 trains commandés à Alstom le 30/01/2015
CA - huit voitures / De 1 à 15 trains Tranche conditionnelle (TC1) (14) Renfort d'offre
CA - six voitures / De 20 à 50 trains Tranche conditionnelle (TC2) (1)(4) Ligne (1) : Prolongement de la ligne à Val de Fontenay

Ligne (4) : Prolongement à Bagneux et automatisation de la ligne

CC - cinq voitures / De 10 à 80 trains Tranche conditionnelle (TC3) (11)(6) Ligne (11) : Remplacement des MP59, prolongement vers Rosny-Bois-Perrier puis vers Noisy - Champs et automatisation

Ligne (6) : Remplacement éventuel des MP73 en cas de non adaptation des MP89 CC à cause des viaducs et non modifiables car classés au patrimoine

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Appel d'offres Etudes, fourniture et déploiement d'un système de Transmission de Données Sol Embarqué pour les lignes 14 et 4. Appel d'offres RATP du 14 avril 2014.
  2. Prolongement de la ligne 11 du métro à Rosny-Bois-Perrier à l'enquête publique en 2013, communiqué de presse du 13 février 2013, sur stif.org, consulté le 1er juin 2013.
  3. [PDF] Délibération no 2012/0062 du 8 février 2012 du STIF relative au cahier des charges fonctionnel d’un nouveau matériel métro à roulement pneu, sur stif.org, consultée le 5 juin 2013.
  4. [PDF] Appréciation de l'impact de la vitesse maximale des trains du Métro Grand Paris, document RATP du 14 février 2010, sur debatpublic-reseau-grandparis.org. Consulté le 5 juin 2013.
  5. Appel d'offres 2012/S 59-096436 Essieux, pneus et autres pièces détachées pour locomotives ou matériel ferroviaire roulant Appel d'offres RATP sur Tenders Electronic Daily du 22 mars 2012.
  6. a et b [PDF] Délibération no 2013/117 du 16 mai 2013 du STIF relative à l’acquisition des matériels roulants, sur stif.org, consultée le 24 mai 2013.
  7. Loi n° 2009-1503 du 8 décembre 2009 relative à l'organisation et à la régulation des transports ferroviaires et portant diverses dispositions relatives aux transports
  8. a, b, c et d [PDF] Délibération no 2012/0031 du 8 février 2012 du STIF relative au schéma directeur du matériel roulant métro pneu, sur stif.org, consultée le 12 avril 2012.
  9. [PDF]« Modernisation du métro », communiqué de presse du STIF du 8 février 2012, consulté le 21 février 2012.
  10. a et b « Communiqué de presse : Le STIF, la SGP et la RATP vont passer commande à Alstom Transport pour le renouvellement du métro sur pneumatiques et pour l’arrivée du Grand Paris Express », sur Stif.org,‎ (consulté le 3 février 2015)
  11. « La RATP prépare l'automatisation de la ligne 4 du métro parisien », article du 2 avril 2013 sur lefigaro.fr, consulté le 2 avril 2013.
  12. a, b et c « Mégacommande de métros à 2 milliards d'euros pour Alstom Transport », liberation.fr,‎ (consulté le 30 janvier 2015)
  13. a et b Julien Duffé, « Dans les coulisses des usines du futur métro parisien », sur leparisien.fr,‎ article du 26 octobre 2015 (consulté le 29 octobre 2015) : « MP 14 : ...Le marché de 2 Mds€ passé par le RATP et la Société du Grand Paris, porte sur 217 trains qui équiperont les lignes 1, 4, 6, 11 et 14. ».
  14. Dans les coulisses des usines du futur métro parisien, article de Julien Duffé, du 26 octobre 2015, sur leparisien.fr, consulté le 27 octobre 2015.
  15. « Grand Paris Express : premier mégacontrat pour Alstom », sur Les Echos.fr,‎ (consulté le 3 février 2015)
  16. « Les futures rames de la ligne 14 dévoilées », sur scope.ratp.fr (consulté le 30 mai 2016).
  17. a et b « Etude et fourniture de trains sur pneumatiques destinés aux lignes 1, 4, 6, 11 et 14 du métro parisien et du Nouveau Grand Paris. », sur avisdemarche.com (consulté le 3 février 2015)