Louise-Anne de Bourbon-Condé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louise Anne de Bourbon)
Aller à : navigation, rechercher
Louise Anne de Bourbon
Charolais, Mlle de.jpg

Mademoiselle de Charolais. Portrait par Alexandre-François Caminade.

Naissance
Décès
Père
Mère
The signature of Louise Anne de Bourbon, Mademoiselle de Charolais.png

signature

Louise Anne de Bourbon, dite Mlle de Sens ou plus souvent Mlle de Charolais, est née à Versailles le 23 juin 1695 et morte à l'Hôtel de Rothelin-Charolais à Paris le 8 avril 1758.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Louis III de Bourbon-Condé et de Louise Françoise de Bourbon (1673-1743), dite Mlle de Nantes, Louise-Anne de Bourbon-Condé resta célibataire, préférant mener une vie libre, et même passablement dissolue. En l'absence de fille du duc d'Orléans, elle porta le titre de « Mademoiselle » jusqu'en 1726, puis le perdit et le reprit en 1728 à la mort de Louise Marie d'Orléans.

Parmi ses nombreux amants, elle fut la maîtresse du duc de Richelieu[1] dans la période suivant la conspiration de Cellamare, dans laquelle le duc avait été impliqué, tout comme sa tante la duchesse du Maine. Elle aimait à recevoir ses amants nue, sous un vêtement de moine cordelier, habit qu'elle pouvait ôter plus rapidement qu'une robe de cour. Elle inspira à Voltaire, ami du duc de Richelieu, ces vers :

Frère ange de Charolois
Dis nous par quelle aventure
Le cordon de Saint François
Sert à Vénus de ceinture

Peu soucieuse du scandale[2], mais désireuse de jouer un rôle politique, elle détourna son cousin Louis XV de ses devoirs conjugaux et chercha à le pourvoir en maîtresses [3], si bien que le comte d'Argenson l'appela « la maquerelle royale ».

En 1740, elle vendit la terre de Vallery où tous les Condé avaient été inhumés.

Elle possédait le château d'Athis à Athis-Mons (actuel département de l'Essonne) qu'elle acheta le 6 février 1743 à Suzanne-Andrée de La Brousse, sœur de Thibaud-Étienne de La Brousse et, depuis 1735, l'hôtel de Rothelin-Charolais, rue de Grenelle à Paris.

Elle mourut en 1758. Elle fut inhumée au couvent des carmélites du Faubourg Saint-Jacques.

Ascendance[modifier | modifier le code]


Iconographie[modifier | modifier le code]

Portrait en bure de franciscain (vers 1730), par Jean-Marc Nattier.

Portrait musical[modifier | modifier le code]

  • François Couperin, la Charoloise (I, 2e ordre) et la Princesse de Sens (II, 9e ordre, tendrement)

Portrait littéraire[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Dumas en dresse un portrait dans Chroniques de la Régence, Paris, éd. C. Schopp, éd. Vuibert, 2013, p. 134-135.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gaston Duchesne, Mademoiselle de Charolais, Procureuse du Roi. D'après des notes d'archives et les Mémoires de l'époque, Paris, H. Daragon, 1909.
  • Jacques Levron et Élisabeth Talandier, Mademoiselle de Charolais : la scandaleuse petite-fille de Louis XIV, Paris, Perrin, 2003.

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Le duc de Richelieu avait dû se battre deux fois en duel pour attirer son regard. Les deux amants se rencontraient à la porte des Cordeliers. La princesse Palatine rapporte « le duc de Richelieu a fait peindre toutes ses maîtresses revêtues des costumes de divers ordres religieux. Mlle de Charolais est peinte en récolette et on la dit parfaitement ressemblante » (cité par Jeffares, 2004, p. 15)
  2. Mathieu Marin, Saint-Simon, Barbier, le duc de Luynes nous décrivent ses aventures
  3. « afin de l'empêcher [disait-elle] de vivre plus longtemps en bourgeois »