Louis III de Bourbon-Condé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis III et Louis de Bourbon.
Louis III de Bourbon-Condé
Portrait d'après Hyacinthe Rigaud, château de Versailles.
Portrait d'après Hyacinthe Rigaud, château de Versailles.

Titre Prince de Condé
(1709-1710)
Autre titre Prince du sang
Grade militaire Maréchal de camp (1690)
Lieutenant-général (1692)
Commandement Colonel de Bourbon-Infanterie (1686)
Autres fonctions Grand maître de France (1685-1710)
Biographie
Dynastie Maison de Condé
Naissance
Paris
Décès (à 41 ans)
Versailles
Père Henri-Jules de Bourbon-Condé (1643-1709)
Mère Anne de Bavière (1648-1723)
Conjoint Louise-Françoise de Bourbon (1673-1743)
Enfants Marie-Anne-Gabrielle (1690-1760)
Louis-Henri (1692-1740)
Louise-Élisabeth (1693-1775)
Louise-Anne (1695-1758)
Marie-Anne (1697-1741)
Charles (1700-1760)
Henriette (1703-1772)
Élisabeth (1705-1765)
Louis (1709-1771)

Coat of Arms of Louis Joseph, Prince of Condé.svg

Louis III de Bourbon-Condé, duc de Bourbon, duc de Montmorency (1668-1689) puis duc d'Enghien (1689-1709), puis 6e prince de Condé, comte de Sancerre (1709-1710), comte de Charolais (1709) et seigneur de Chantilly, est un prince du sang français né à l'hôtel de Condé à Paris le et mort à Versailles le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Henri-Jules de Bourbon-Condé (1643-1709), 5e prince de Condé, et de la princesse palatine Anne de Bavière (1648-1723), il était d'une constitution maladive, laid et malfaisant. Il fut chevalier du Saint-Esprit (), colonel de Bourbon-Infanterie (), maréchal de camp (), lieutenant général ().

À la mort de son père le , il garda les charges héritées de celui-ci. Il devint notamment gouverneur de Bourgogne. Mais Henri-Jules fut le dernier de sa branche à porter le nom de « Monsieur le Prince ». Le roi décida que le nouveau prince de Condé garderait son nom de « Monsieur le Duc »[2].

Il mourut un an après son père, le , à la suite d'une attaque d'apoplexie[3], alors qu'il passait en carrosse le pont Neuf de Paris. Son fils Louis-Henri, 7e prince de Condé, fut appelé à son tour « Monsieur le Duc ».

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épousa le 24 juillet 1685 Louise-Françoise de Bourbon dite Mademoiselle de Nantes, fille légitimée de Louis XIV et de Madame de Montespan. Il en eut :

  1. Marie-Anne-Gabrielle-Éléonore (1690-1760), abbesse de Saint-Antoine-des-Champs ;
  2. Louis-Henri (1692-1740), futur prince de Condé ;
  3. Louise-Élisabeth (1693-1775), Mlle de Charolais à sa naissance, puis Mlle de Bourbon en 1707, qui épousa en 1713 Louis-Armand de Bourbon-Conti (1695-1727) ;
  4. Louise-Anne (1695-1758), dite Mlle de Sens puis Mlle de Charolais à partir de 1707 ;
  5. Marie-Anne (), Mlle de Clermont ;
  6. Charles (1700-1760), comte de Charolais, pair de France ;
  7. Henriette-Louise-Marie-Françoise (), dite Mlle de Vermandois, abbesse de Beaumont-lès-Tours en novembre 1733 ;
  8. Élisabeth-Alexandrine-Thérèse (-) dite Mlle de Gex à sa naissance puis Mlle de Sens à partir de 1707 et a vendu au roi le comté de Charolais dont elle a hérité avec un échange de terres à Palaiseau en 1760 ;
  9. Louis (1709-1771), comte de Clermont-en-Argonne.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'autres sources donnent le 11 octobre 1668 et le 4 mars 1710[réf. nécessaire].
  2. Saint-Simon, Mémoires, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1984, t. III, p. 428.
  3. Jacques Bernot, Mademoiselle de Nantes, fille préférée de Louis XIV Nouvelles Editions Latines, 2004, p. 107.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Léonce de Piépape, Histoire des princes de Condé au XVIIIe siècle : les trois premiers descendants du grand Condé, Plon-Nourrit (Paris), 1911, vol. 1, chap. XVIII.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références complémentaires