Louis-Auguste Jouvenel des Ursins d'Harville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Jouvenel des Ursins.
Louis-Auguste Jouvenel des Ursins d'Harville
Le comte d'Harville, Le Sacre de Napoléon (détail), par Jacques-Louis David
Le comte d'Harville, Le Sacre de Napoléon (détail), par Jacques-Louis David

Surnom D'Harville
Naissance
Paris
Décès (à 66 ans)
Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne)
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Arme Gendarmerie de France
Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1766-1801
Conflits Guerres révolutionnaires
Faits d'armes Bataille de Jemappes
Distinctions Comte d'Empire
Grand aigle de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Ordre de l'Aigle d'or
Wurtemberg
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile 5e colonne
Autres fonctions Sénateur (Premier Empire)
Pair de France
Famille Famille Jouvenel des Ursins

Louis-Auguste Jouvenel (ou Juvénal) des Ursins, comte d'Harville, né le à Paris, mort le à Lizy-sur-Ourcq Seine-et-Marne, est un général et homme politique français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Claude-Constant Jouvenel des Ursins d'Harville (1723-1794), marquis de Trainel, et de Marie-Antoinette Goyon de Matignon (1725-1770). Il épouse le au château de La Trousse[1], Marie-Henriette-Augustine-Renée d'Alpozzo de La Trousse (1748-, Lizy-sur-Ourcq).

Il entre très jeune dans la gendarmerie où il conquiert tous ses grades : il est nommé premier lieutenant des gendarmes d'Artois, avec rang de colonel, en 1783. Il devient successivement brigadier de cavalerie le et maréchal-de-camp le , à la veille de la Révolution française dont il se montre partisan.

En 1791, il fait parvenir à l'Assemblée son serment de fidélité.

Fait lieutenant-général le , il est envoyé à l'armée du Nord où il se distingue particulièrement à la bataille de Jemappes. Lors de la conquête de la Belgique, il commande l'avant-garde de l'armée française, et prend part à la prise de Bruxelles les 6 et , témoignant en ces circonstances de beaucoup de perspicacité et de décision.

Après la défection de Dumouriez, il devient suspect et est arrêté à la demande de Laurent Lecointre. Le il est traduit devant le tribunal révolutionnaire, accusé d'avoir participé à la défection du général en chef. Renvoyé devant le Comité de salut public, le comte d'Harville est accusé par Robert, puis défendu par Guillemardet et Camille Desmoulins, qui obtiennent sa liberté.

On le réintègre immédiatement dans son grade à l'armée de Sambre-et-Meuse. Il commande la cavalerie sur le Main, en 1795. Il est nommé en 1798, inspecteur général de la cavalerie, puis commandant d'une division de dragons et de grosse cavalerie de l'armée de réserve à Dijon en 1800.

Appelé au Sénat conservateur le 12 mars 1801, le comte d'Harville est chargé, en l'an XI et en l'an XII, de présider le collège électoral du département de Seine-et-Marne.

Chevalier de la Légion d'honneur le 2 octobre 1803, il reçoit le titre de grand officier de l'Ordre le 14 juin 1804, et est décoré du grand-aigle le 9 juin 1805, pourvu de la sénatorerie de Turin, par disposition consulaire du 28 septembre 1803.

Devenu chevalier d'honneur (premier écuyer) de l'Impératrice Joséphine lors de la formation de sa maison le 12 juin 1806, il l'accompagne dans ses différents voyages à Aix-la-Chapelle, en Italie et à Munich. Il a, dans cette dernière ville, au mois de janvier 1806, signé le contrat de mariage du prince Eugène de Beauharnais.

Lors de la première Restauration, il applaudit au retour des Bourbons : Louis XVIII le fait pair de France le 4 juin 1814 : mais le comte d'Harville ne siège pas longtemps dans la « chambre héréditaire » :

« Abreuvé d'amertume et de dégoûts, en butte aux poursuites de créanciers inexorables, qui firent saisir ses meubles, vendre ses propriétés, et qui l'auraient fait incarcérer, sans l'inviolabilité attachée à pairie, le comte d'Harville termina sa carrière vers la fin de 1815, avec la réputation d'un homme plein d'honneur, de franchise et de générosité. »

— Espinasse Ce lien renvoie vers une page d'homonymie, Fastes de la Légion d'honneur

Certains dictionnaires de personnalités le disent mort le à Harville, miné par des revers de fortune et des chagrins domestiques. Si la date est exacte, ce n'est pas à Harville qu'il est mort, mais à Lizy-sur-Ourcq, chez son épouse, qui l'a fait inhumer au cimetière de Doue[2],[3], son ancienne seigneurie, où l'on peut toujours voir sa tombe aujourd'hui. Sa sépulture a d'ailleurs été dégradée en février 2015[4].

États de service[modifier | modifier le code]

  • Sous-lieutenant aux carabiniers () ;
  • Capitaine au régiment de Champagne-Cavalerie () ;
  • Guidon des gendarmes d'Orléans () puis des gendarmes écossais () ;
  • Premier lieutenant des gendarmes anglais () puis des gendarmes écossais () ;
  • Brigadier de cavalerie () ;
  • Capitaine-lieutenant des gendarmes de la Reine () ;
  • Major de la gendarmerie () ;
  • Maréchal de camp () ;
  • Lieutenant général () ;
  • Affecté à l'armée du Nord ( - ) ;
  • Commandant à Valenciennes ( - ) ;
  • Affecté à l'armée du Centre ( - ) ;
  • Affecté à l'armée du Nord ( - ) ;
  • Suspendu ( - ) ;
    • En prison ( - 1794) ;
    • Non compris dans l'organisation () ;
  • Affecté à l'armée du Nord ( - ) ;
  • Commandant de la 5e division de l'armée du Nord ( - ) ;
  • Commandant de la cavalerie de l'armée de Sambre-et-Meuse ( (effectif le ) - ) ;
  • Commandant de la 2e division de l'armée du Nord ( - ) ;
  • Inspecteur général de la cavalerie des armées du Nord et de Sambre-et-Meuse ( - ) ;
  • Inspecteur général de la cavalerie ( - ) ;
  • Inspecteur général de la cavalerie de l'aile gauche de l'armée du Rhin ( - ) ;
  • Inspecteur général de la cavalerie de l'armée de réserve ( - ) ;
  • Commandant d'une division de dragons et de grosse cavalerie de l'armée de réserve ( - ) ;
  • Admis en retraite () ;
  • Chevalier d'honneur (premier écuyer) de l'impératrice Joséphine () ;
  • Gouverneur des Tuileries et du Louvre (1808).
Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Nord, 5e et 6e colonnes.

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Flagge Königreich Württemberg.svg Royaume de Wurtemberg

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Harville des Ursins de Trainel.svg Armes de la famille d'Harville des Ursins de Trainel

De gueules, à la croix d'argent chargée de cinq coquilles de sable, dont celle du milieu est cachée (qui est Harville) ; sur le centre de la croix, un écusson bandé d'argent et de gueules ; au chef d'argent, chargé d'une rose de gueules, soutenue d'une divise d'or, chargée d'une bisse (anguille) d'azur, ondée et posée en fasce (qui est Jouvenel des Ursins)[7],[8],[9].

Orn ext comte sénateur de l'Empire GCLH.svg
Blason Louis Auguste Juvénal des Ursins d'Harville (1749-1815).svg
Armes du comte Juvénal Harville et de l'Empire

De gueules, à la croix d'argent chargée de cinq coquilles de sable, une trois et une (qui est Harville) ; quartier des comtes-sénateurs.[10]

Orn ext comte et pair GCLH.svg
Armoiries d'Aspremont de Chaumont.svg
Armes du comte d'Harville, pair de France

De gueules, à la croix d'argent chargée de cinq coquilles de sable.[11]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aujourd'hui en Seine-et-Marne
  2. « Louis Auguste Jouvenel de Harville des Ursins », sur roglo.eu (consulté le 16 août 2011)
  3. « Sépultures communales individuelles de militaires de toutes époques et de [[mort pour la France|morts pour la France]] », (hors nécropoles nationales, cimetières et carrés militaires), sur seynaeve.pagesperso-orange.fr (consulté le 16 août 2011)
  4. « Doue. La tombe d'un général profanée. », sur La République de Seine et Marne, (consulté le 26 février 2015)
  5. « Cote LH/770/6 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. Almanach impérial de 1810.
  7. « FranceGenWeb-Héraldique », Harville des Ursins (de), sur www.francegenweb.org (consulté le 16 août 2011)
  8. Source 
  9. « L'armorial des As », Blason de la famille de Harville des Ursins de Trainel, sur dechav.free.fr (consulté le 16 août 2011)
  10. a et b « BB/29/974 page 75. », Titre de comte accordé à Louis, Auguste, Juvénal Harville. Bayonne ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  11. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. 7, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :