Liv Strömquist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Liv Strömquist
Liv Strömquist, Bokmässan 2013 4.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Prix Lena Nyman (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
L'Origine du monde, Les Sentiments du prince Charles, Grandeur et décadence (d), I'm every woman (d), La Rose la plus rouge s'épanouit (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Liv Strömquist (née à Lund le ) est une autrice suédoise de bande dessinée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Liv Strömquist naît en 1978. Elle est fille d'un peintre et d'une bibliothécaire[1].

À 17 ans, elle assiste à une conférence féministe dans un café alternatif qui va la marquer et qu'elle considère comme un tournant dans sa vision des choses. Elle s'intéresse dès lors aux livres féministes et à l'histoire des femmes[2],[3].

Après des études en sciences politiques à l'université, elle commence par créer, dès 2003, des fanzines avec des amis mélangeant dessins, pop culture et politique, qui finissent par trouver un lectorat[4]. Elle publie ensuite plusieurs bandes dessinées, dont certaines sont traduites et publiées en France à partir de 2012.

Elle travaille à Malmö[1].

Logo de la radio publique suédoise P3.
Logo de la radio P3 pour laquelle Liv Strömquist est animatrice.

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

Liv Strömquist est animatrice pour la station de radio publique Sveriges Radio P3[5].

À partir du printemps 2016 et pendant deux saisons[6], elle anime aux côtés de Horace Engdahl une série télévisée sur la chaîne de télévision publique SVT, Liv et Horace en Europe - le nouveau voyage[7].

Elle participe à différentes émissions comme Babel ou Gomorron Sverige (sv)[5].

En 2018, à l'occasion du centenaire d'Ingmar Bergman, elle scénarise et illustre le court-métrage Vox Lipoma réalisé par Jane Magnusson[8].

Photographie de Liv Strömquist en 2009, tenant un micro.
Liv Strömquist en 2009

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Avec Nina Hemmingsson, Liv Strömquist fait partie d'une génération de créatrices de bandes dessinées humoristiques suédoises très populaires qui féminisent un univers jusque-là dominé par les hommes. En cela, elles font suite à plusieurs précurseures comme Cecilia Torudd ou Lena Ackebo[5].

Style[modifier | modifier le code]

Dans sa production, Liv Strömquist s'appuie sur une bibliographie importante, directement référencée au fil des pages de ses bandes dessinées[9]. Ses œuvres sont souvent engagées politiquement, en particulier sur les questions féministes et les inégalités[9]. Il s'agit de BD de vulgarisation humoristiques[10].

Sur le plan formel, « le niveau visuel de ses textes assez denses est fait de strips traditionnels mêlés d’un recyclage d’images de l’actualité qui traite, notamment, de la vie privée des vedettes et des personnalités (people), de collages et d’oeuvres d’art classiques travesties »[5]. Elle s'inspire du mouvement punk et du DIY[4] et revendique pour référence Kathleen Hanna[11].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Photographie de Liv Strömquist.
Liv Strömquist à Göteborg en 2019.

L'Origine du monde[modifier | modifier le code]

Sa bande dessinée L'Origine du monde aborde la question de l'histoire des connaissances sur le clitoris. D'après Alessandra Cencin, elle « illustre [sous forme humoristique] l’exclusion du savoir des femmes de l’histoire de la découverte du clitoris, comme si seul celui des anatomistes médecins, historiquement largement masculins, pouvait constituer une connaissance légitime sur cet organe »[12].

Les Sentiments du prince Charles[modifier | modifier le code]

Dans Les sentiments du Prince Charles, elle interroge et critique le fonctionnement sexiste du couple hétérosexuel et de la famille. Pour Nabila Abbas et Antoine Tricot[13],

« Liv Strömquist nous présente à la fois une analyse sociologique et historique des relations genrées et une tentative de repenser le féminisme au XXIe siècle au-delà du combat politique pour l’"égalité légale" entre hommes et femmes. Au contraire, la lutte féministe est replacée ici au sein de la sphère intime, au cœur même des relations amoureuses. Cette revendication, qui est toujours présente dans l’œuvre – soit dans la critique de la famille stéréotypique, hétéro-normée et patriarcale, soit dans la proposition de concevoir une autre forme de couple –, ne nourrit pourtant pas la prétention de présenter au lecteur un modèle "idéal", clés en main, des relations amoureuses et sexuelles émancipées. La logique narrative employée suit plutôt un auto-questionnement progressif et ouvert. »

— Nabila Abbas et Antoine Tricot

Grandeur et décadence[modifier | modifier le code]

Contrairement à ses autres bandes dessinées, Grandeur et décadence, publié en français en 2017, ne porte pas sur le féminisme mais sur la critique du capitalisme libéral[14].

I'm Every Woman[modifier | modifier le code]

Sorti en , I'm Every Woman revient aux questionnements féministes de l'autrice et propose des portraits de femmes de célébrités masculines (comme Edvard Munch, Mao Zedong, Ingar Bergman, Phil Spector, Elvis Presley, Karl Marx ou encore Joseph Staline) maltraitées par leur conjoint[15]. Elle liste ainsi de façon satirique les « pires petits amis de tous les temps » et souligne la façon dont ces femmes ont contribué à la réussite de leur mari célèbre[3].

La Rose la plus rouge s'épanouit[modifier | modifier le code]

La Rose la plus rouge s'épanouit, publiée en , questionne la disparition du sentiment amoureux et le refus de l'engagement dans le domaine sentimental[16].

Dans le palais des miroirs[modifier | modifier le code]

Dans le palais des miroirs est sortie en 2021 et porte sur la question de la beauté à l'ère du numérique[17],[18].

Réception[modifier | modifier le code]

Dessins de Liv Strömquist affichés dans le métro de Stockholm, représentant notamment une femme, jambe écartées, avec une tâche de sang sur sa culotte blanche, ou encore un cygne noir sur une mare.
Dessins de Liv Strömquist exposés dans le métro de Stockholm en 2017 (station Slussen)

Les œuvres de Liv Strömquist rencontrent beaucoup de succès chez les jeunes femmes et dans la sphère féministe[19]. Elles sont aussi fortement critiquées lorsque présentées dans l'espace public comme lors de leur exposition dans le métro de Stockholm en 2017[20],[2],[21],[22].

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

Des extraits des œuvres de Liv Strömquist ont fait l'objet d'une adaptation théâtrale en 2008[5].

Une pièce de théâtre intitulée « Liv Strömquist tänker på dig! » est réalisée en 2014 par Ana Berger. Elle donne lieu à 182 représentations à guichets fermés et est diffusée sur la chaîne de télévision publique SVT. Lui fait suite, en 2020, la pièce « Liv Strömquist tänker på sig själv », adaptation de La Rose la plus rouge s'épanouit[23],[24].

Les Sentiments du prince Charles a été adapté au théâtre en Suède[4] puis à Genève au Théâtre du Loup en 2021 par la Compagnie L'Hydre Folle[25].

Expositions[modifier | modifier le code]

En 2016 elle est invitée par l'Institut suédois pour un accrochage nommé « Sur le divan de Liv »[1].

À l'automne , l'exposition « The Night Garden » réunit vingt-six dessins de Liv Strömquist, dont trois montrant des femmes menstruées, dans la station Slussen du « tunnelbana » (métro de Stockholm). Elle suscite de vifs débats, des manifestations et du vandalisme[20],[2],[21],[22],[26].

L'œuvre de Liv Strömquist est exposée au Forum des Halles de Louvain-la-Neuve en . Ses planches sont commentées par des chercheurs et chercheuses de UCLouvain[27],[28].

En , une exposition intitulée « Le Divan de Liv - ou les luttes féministes dans l’œuvre de Liv Strömquist » est organisée au Pavillon des Canaux, à Paris, en collaboration avec l'Institut suédois[19],[29].

Publications[modifier | modifier le code]

En suédois[modifier | modifier le code]

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

Une partie de ses œuvres ont été traduites en version française aux éditions Rackham, dans la collection Le signe noir.

Photographie de la ville de Malmö de nuit.
Ville de Malmö où travaille Liv Strömquist et de laquelle elle a reçu un prix en 2022.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Clémentine Gallot, « Liv Strömquist, utérus et coutumes », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b et c Catherine Lalonde, « Les essais féministes dessinés de Liv Strömquist », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a et b Célia Héron, « D’Einstein à Pollock, Liv Strömquist épingle les pires «petits amis» de l’histoire », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  4. a b et c Clémentine Gallot, « Liv Strömqist: "nous vivons un âge d'or de la BD féminine" », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. a b c d e et f Ylva Lindberg, « Le pouvoir sur le rire et sur le monde : les bédéistes suédoises élèvent la voix », Recherches féministes, vol. 25, no 2,‎ , p. 43–64 (ISSN 0838-4479 et 1705-9240, DOI 10.7202/1013522ar, lire en ligne, consulté le )
  6. (sv) « Ingen tredje säsong av "Liv och Horace i Europa" i SVT », sur DN.SE, (consulté le )
  7. (sv) Sveriges Television AB, Stockholm Sweden, « Liv och Horace i Europa – den nya resan » (consulté le )
  8. « Rencontre avec Liv Strömquist », sur arte.tv (consulté le )
  9. a b et c « Liv Strömquist », sur UCLouvain
  10. a et b Charline Cauchie, « L’autrice de BD Liv Strömquist révolutionne le regard sur le sentiment amoureux », L'Echo,‎ (lire en ligne)
  11. Vincent Brunner, « “La rose la plus rouge s’épanouit” de Liv Strömquist : un essai pop et satirique », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. Alessandra Cencin, « Les différentes versions de la « découverte » du clitoris par Helen O’Connell (1998-2005) », Genre, sexualité & société, no Hors-série n°3,‎ (ISSN 2104-3736, DOI 10.4000/gss.4403, lire en ligne, consulté le )
  13. Nabila Abbas et Antoine Tricot, « Essai graphique de déconstruction du genre », Nonfiction,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « "Grandeur & décadence" : le libéralisme vu par Liv Strömquist », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « "I’m Every Woman" de Liv Strömquist (Rackham) : l’humour au service du féminisme », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « Liv Strömquist sur l’amour : « Le refus de l’engagement est une nouvelle manière d’exprimer sa virilité » », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Alexandra Klinnik, « Liv Strömquist : « Le sex-appeal est devenu un capital à valoriser » », Usbek & Rica,‎ (lire en ligne)
  18. « Liv Strömquist croque nos reflets obsessionnels », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  19. a et b Élisa Covo, « Liv Strömquist : la sucess-story de la star de la BD », Elle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. a et b « "Je saigne, c'est tout" : stratégies provocatrices en Suède pour déstigmatiser les menstruations », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. a et b Léa Marie, « Les Suédois choqués par une expo sur les règles », Slate,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. a et b Charlotte Arce, « Les règles s'affichent et choquent dans le métro de Stockholm », sur www.terrafemina.com, (consulté le )
  23. (sv) « Liv Strömquist tänker på sig själv », sur www.dramaten.se (consulté le )
  24. « Teaterkritik: Liv Strömquist tänker på sig själv på Dramaten – lysande föreställning som kommer att bli långlivad », sur kulturbloggen.com (consulté le )
  25. « "Les sentiments du Prince Charles", ou l'histoire de l'amour au théâtre », Radio télévision suisse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. Charlotte Arce, « Les règles s'affichent et choquent dans le métro de Stockholm », sur TerraFemina, (version du 5 août 2020 sur l'Internet Archive)
  27. « L’exposition de Liv Strömquist, une bédéiste, débute ce vendredi à l’UCLouvain », La Capitale,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « L'oeuvre de la star suédoise de BD exposée à LLN », TV Com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. « Expo : Liv Strömquist au Pavillon des Canaux », sur www.paris.fr (consulté le )
  30. Pénélope Bagieu, « C’est graphique. Grandes femmes empêchées », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant)
  31. (sv) TT, « Liv Strömquist får pris av Malmö », Svenska Dagbladet,‎ (ISSN 1101-2412, lire en ligne, consulté le )
  32. (sv) « Serietecknaren Liv Strömquist får pris av Malmö stad », sur Boktugg.se, (consulté le )
  33. « Liv Strömquist : "Le féminisme m'a été d'une grande aide pour affronter le monde" », sur RTBF (consulté le )
  34. (sv) S. V. T. Nyheter et Tobias Holmqvist, « Liv Strömquist får Tage Danielssons minnespris », SVT Nyheter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. (sv) TT, « Strömquist och Berger får Nyman-priset », Svenska Dagbladet,‎ (ISSN 1101-2412, lire en ligne, consulté le )
  36. « Sture Hegerfors », sur www.hegerfors.se (consulté le )
  37. (sv) « EWK-priset », sur EWK-sällskapet (consulté le )
  38. (sv) S. V. T. Nyheter et Östnytt, « EWK-priset till Liv Strömquist », SVT Nyheter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. (sv) S. V. T. Nyheter, « Liv Strömquist får nytt satirpris », sur SVT Nyheter, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Grand d'Esnon, « Stratégies du mineur dans les essais de bande dessinée de Liv Strömquist », L'essai médiatique,‎ (lire en ligne)
  • Ylva Lindberg, « Le pouvoir sur le rire et sur le monde : les bédéistes suédoises élèvent la voix », Recherches féministes, vol. 25, no 2,‎ , p. 43–64 (ISSN 0838-4479 et 1705-9240, DOI 10.7202/1013522ar, lire en ligne, consulté le )

Entretiens[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]