Liste des banques marocaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les établissements financiers au Maroc se composent de banques de détail, de banques d'investissement, de sociétés de financement et de transfert de fond et de banques offshore. À la suite de nombreuses privatisations survenues durant les années 1990 l'écosystème financier marocain a connu une grande mutation qui s'est traduite par un une augmentation du taux de bancarisation, une multiplication d'agences bancaires et le développement rapide des moyens de paiement bancaires. En outre, l'avènement d'une banque postale à forte capillarité, la dynamisation du rôle du crédit agricole ainsi que l’émergence des banques régionales depuis le processus de régionalisation avancée a permis d'atteindre les couches sociales urbaines et rurales les plus modestes. À fin 2015 il existe 29 banques accréditées[1] auprès de la banque centrale marocaine dont 11 banques régionales et 18 banques opérant à l'échelle nationale. La fusion de deux banques privées Wafa Bank et Attijari Bank en 2003 a donné naissance à un grand groupe bancaire marocain baptisé AttijariWafa Bank (AWB) qui a pu avoir les moyens de partir à la conquête du continent, pendant ces dix dernières années ce dernier groupe a été rejoint par les deux banques marocaines Banque Centrale Populaire (BCP) et BMCE Bank[2], depuis le début de la dernière décennie l'ensemble de ces trois dernières banques constitue environ deux tiers de parts de marché au Maroc. AttijariWafa Bank est présent au sein de 14 pays d'Afrique et continue sa prolifération, après avoir raté le coche du rachat des filiales de BNP Parisbas et celle de la banque grecque Piraeus en Egypte au profit des banques du golf[3], ce dernier lorgne la filiale de Barclays en Egypte[4].

Parts de marché des banques marocaines en 2012

D'autre part, l'évolution de l'économie et de la juridiction financière au Maroc ont gagné la confiance de plusieurs investisseurs étrangers qui ont pris des parts dans le capital de quelques banques marocaines. À l'échelle du continent africain les banques marocaines sont particulièrement dynamiques dans le souci d'augmenter le taux de bancarisation des populations locales, depuis 2006 les trois premières banques marocaines ont ouvert plus de la moitié de l'ensemble des agences bancaires créées en zone UEMOA[5]. Simultanément à l'émergence des zones franches durant les deux dernières décennies, les banques offshore ont fait leur apparition et se retrouvent d'un précieux soutien au développement des industries offshore notamment à Tanger. Depuis le lancement de Casablanca Finance City (CFC) un grand nombre de nouvelles banques offshore ont réservé leur statut CFC afin de domicilier leurs activités africaines au sein de cette place financière dont la dernière à sauter le pas étant la banque italienne UBI Banca[6]. Plusieurs autres banques marocaines et internationales ont réservé leur label CFC mais n'ont pas encore validé leur demandes d’accréditation en tant que banques offshore auprès de Bank-al-Maghrib.

En 2016 le Maroc s'apprête à voir l'ouverture des premières banques participatives, des banques dites "islamiques", certes le projet fut validé depuis 2014 cependant, les banques marocaines ont demandé un délai afin de se préparer à ce type de finance spécifique. Les banques marocaines redoutaient une distorsion de leur marché habituel avec l'entrée en lice de groupes bancaires des pays du golfe. Les banques participatives ambitionnent d'apporter des solutions de financement de logements aux clients rétifs aux prêts bancaires standards.

Banque centrale[modifier | modifier le code]

La banque centrale du Royaume du Maroc, dénommée « Bank Al-Maghrib», est un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Elle a été créée en 1959 et domiciliée à Rabat en substitution à l’ancienne banque centrale marocaine Banque d'État du Maroc qui a vu le jour en 1907 et qui avait pris siège à Tanger.

Banques de détail[modifier | modifier le code]

Les banques nationales[modifier | modifier le code]

Nom Groupe PNB (MDH) Résultat net (PdG) (MDH) Nombre
d'agences
Source
Attijariwafa bank Drapeau : Maroc SNI Holding 17 877
en augmentation5 %
4 141
en diminution8 %
2636 2014
Banque populaire Drapeau : Maroc Banque populaire 13 181
en augmentation15 %
1 952
en augmentation4 %
1326 2015
BMCE Bank Drapeau : Maroc Finance Com 9 891
en augmentation10 %
1 231
en augmentation34 %
1200 2014
Société générale Maroc Drapeau : France Société générale (57 %) 4 046
en stagnation
564
en diminution44 %
340 2013 [7]
BMCI Drapeau : France BNP Paribas (67 %) 3 132
en diminution1 %
640
en diminution20 %
356 2013 [8]
Crédit agricole du Maroc Drapeau : Maroc État Marocain 2 845
en augmentation7 %
406
en augmentation26 %
560 2013 [9]
Crédit du Maroc Drapeau : France Crédit agricole (77 %) 2 074
en diminution2 %
284
en diminution20 %
308 2013 [10]
CIH Bank Drapeau : Maroc Groupe CDG 1 730
en augmentation12 %
515
en augmentation6 %
228 2013 [11]
CFG Bank Drapeau : MarocCFG Group[12] - - - -

Les banques régionales[modifier | modifier le code]

Les banques régionales marocaines sont au nombre de onze[1], elles ont pour objectif de participer au développement inclusif des régions grâce au financement des projets de proximité. Elles sont en ce sens un complément au crédit agricole marocain et à Al Barid Bank qui sont relativement axés sur l'accompagnement des couches sociales les plus modestes respectivement en milieu rural et urbain.

Carte du nouveau découpage régional (depuis 2015)

Les banques marocaines régionales sont relativement jeunes, leurs créations se sont respectivement effectuées selon l'ancien découpage régional, avant la fin du dernier siècle le taux de bancarisation au Maroc était encore faible et les premières banques populaires décentralisées géraient plusieurs régions, à terme chacune des 12 régions aura sa propre banque régionale dédiée. Les premières banques régionales constituées classées selon leur dates de création sont les suivantes :

Dénomination Sociale Date de création Siège social
BANQUE POPULAIRE DE CASABLANCA 1994 Casablanca
BANQUE POPULAIRE DE LAAYOUNE 1994 Laayoune
BANQUE POPULAIRE D’OUJDA 1994 Oujda
BANQUE POPULAIRE DE RABAT-KENITRA 1994 Rabat
BANQUE POPULAIRE DE MEKNES 1994 Meknès
BANQUE POPULAIRE D'AGADIR-SOUS 1999 Agadir
BANQUE POPULAIRE DE TANGER-TETOUAN 1999 Tanger
BANQUE POPULAIRE DE NADOR-AL HOCEIMA 2003 Nador
BANQUE POPULAIRE D’EL JADIDA-SAFI 2003 El Jadida
BANQUE POPULAIRE DE FES-TAZA 2003 Fès
BANQUE POPULAIRE DE MARRAKECH - BENI MELLAL 2003 Marrakech

Le nouveau découpage régional conformément à la constitution marocaine adoptée en 2011 donne plus de pouvoirs aux régions il réduit le nombre de régions de 16 à 12 régions économiquement intégrées où chacune aura, à terme, son port commercial[13], ses zones d'activités économiques, ses plateformes logistiques et sa banque régionale. Le modèle économique des banques régionales marocaines est en gestation, des études sont en cours en vue de sélectionner un des modèles de banques régionales européennes notamment les banques régionales espagnoles ou les Landesbanken allemandes.

Banques participatives[modifier | modifier le code]

Les banques participatives au Maroc désignent communément les banques qui se réclament de la finance islamique.

Le chantier pour la mise en place d'un cadre légal et réglementaire encadrant l'activité des banques participatives est en cours de finalisation [14]. La loi n° 103.12 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés introduit les banques participatives dans le code bancaire à travers la mise en place de nouveaux fondements reposant sur les principes de partage des gains et des pertes, en faisant appel exclusivement au Conseil Supérieur des Oulémas pour donner ses avis de conformité.

Le texte pose le cadre réglementaire pour la création, le fonctionnement et les activités de banques participatives et définit les points concernant le domaine d’application, les dépôts et les produits commercialisés par les banques participatives. Il prévoit par ailleurs la mise en place d’un comité d’audit chargé, entre autres, d’identifier et de prévenir les risques de non-conformité de leurs opérations aux avis du Conseil Supérieur des Oulémas.

La loi n° 103.12 s’applique aux établissements de crédit et organismes assimilés : banques, sociétés de financement, établissements de paiement, associations de microcrédit, banques offshore, compagnies financières, la CDG – Caisse de dépôt et de gestion et la Caisse centrale de garantie.

Selon les déclarations de Bank al-Maghrib, le démarrage effectif des premières banques participatives (islamiques) au Maroc est prévu pour le premier trimestre 2017[15].

Banques d'investissement[modifier | modifier le code]

Banques offshores[modifier | modifier le code]

Dénomination Sociale Date de création Siège social
ATTIJARI INTERNATIONAL BANK 1994 Tanger
BANQUE INTERNATIONALE DE TANGER 1992 Tanger
BMCI - BANQUE OFFSHORE 1993 Tanger
CHAABI INTERNATIONAL BANK 2003 Tanger
SOCIETE GENERALE TANGER OFFSHORE 2001 Tanger
BMCE OFFSHORE 2001 Tanger

Opérateur postal[modifier | modifier le code]

A fin 2008

  • Poste Maroc (PNB : 1 382 MDH / Nombre d'agences 1 726)

Depuis le 10 juillet 2009 Poste Maroc décrocha une licence d'établissement bancaire auprès de Banque Al Maghrib et créa une banque à part entière en 2010 sous le nom de Al Barid Bank. Plus qu'une banque ordinaire Al Barid Bank s'est avéré un véritable outil d'inclusion financière. À peine quatre ans après sa création la banque postale marocaine atteint 6 millions de clients à fin 2014 et continue sa progression à raison de un demi million de clients nouveaux par an. Le 27 janvier 2016 Al Barid Bank a signé une convention avec la banque centrale marocaine afin de faciliter les créations de comptes du nouveau statut d'entrepreneur[16], l'inscription se faisant sous forme d'un pack à remplir directement auprès des banques signataires de ladite convention.

Autres banques[modifier | modifier le code]

Sociétés de financement[modifier | modifier le code]

Autres établissements financiers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]