Bank Al-Maghrib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bank Al-Maghrib
بنك المغرب
Image illustrative de l'article Bank Al-Maghrib

Siège Drapeau : Maroc Rabat
Coordonnées
géographiques
du siège
34° 01′ 10″ nord, 6° 50′ 09″ ouest
Création 1959
Président Drapeau : Maroc Abdellatif Jouahri
Zone monétaire Drapeau du Maroc Maroc
Devise Dirham marocain
Code ISO 4217 MAD
Site officiel (ar) (en) (fr) www.bkam.ma

Géolocalisation sur la carte : Maroc

(Voir situation sur carte : Maroc)
Bank Al-Maghrib

Bank Al-Maghrib est la banque centrale du Maroc. Elle se compose de diverses directions dont Dar As-Sikkah (production de la monnaie marocaine). Elle a été créée par Dahir no 1-59-233 du 23 hija 1378 ( 30 juin 1959 ), publié au Bulletin officiel no 2436 du 03/07/1959 (3 juillet 1959 )[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'installation des premières banques au Maroc date du début du XIXe siècle: le premier établissement fut la Banque Moses Pariente établie en 1802. Toutefois, le développement du secteur bancaire ne commença réellement qu'avec la création en 1907 de la Banque d'État du Maroc (à la suite du traité d'Algésiras en 1906) et, surtout, la signature en 1912 du traité de Protectorat.

Protectorat[modifier | modifier le code]

L'activité bancaire n'était pas réglementée en tant que telle, malgré l'afflux important des banques étrangères vers le Maroc et en particulier, vers les places de Tanger (alors zone internationale) et de Casablanca.

En 1943, une première législation s'inspirant des lois françaises (de 1940 et 1941 qui régissaient les professions de banque).

À la veille de l'indépendance[modifier | modifier le code]

Le système bancaire et financier marocain comprenait un nombre important d'établissements bancaires. En 1954, les établissements bancaires étaient au nombre de 69 et disposaient de 75 guichets (dont 55 à Tanger et 20 à Casablanca). Plusieurs organismes financiers spécialisés: la Caisse des prêts immobiliers (1919), des Caisses de crédit agricole (1926), de la Caisse centrale de garantie (1949) et de la Caisse marocaine des marchés (1950). La Bourse des valeurs de Casablanca constituée en 1929, s'appelait alors Office de compensation des valeurs mobilières. Les premières sociétés de financement sont DIAC Maroc (1948), SOMAFIC (1952), DIFEC (1953) et ACRED (1954).

Au lendemain de l'indépendance[modifier | modifier le code]

Siège historique de Bank Al-Maghrib

La loi bancaire du 21 avril 1967 a renforcé le rôle de la Banque du Maroc, notamment dans le domaine de la surveillance bancaire.

En 1974, la banque du Maroc commence à émettre le centime en fraction du dirham, en remplacement du franc.

Après 1975[modifier | modifier le code]

En mars 1987, la banque adopte le nom de Bank Al-Maghrib. Le même mois, la banque établit l'unité Dar As-Sikkah qui va être responsable de l'impression des billets de banque et des pièces de monnaie.

Une nouvelle loi bancaire en juillet 1993 a créé un cadre réglementaire unifié pour tous les établissements de crédit. Cette loi a renforcé la Banque Al-Maghrib dans son rôle de régulateur et de contrôle des établissements de crédit au Maroc. Le mois d'octobre a vu l'adoption d'amendements aux statuts de la Banque qui clarifiaient son rôle dans la politique monétaire et lui conféraient une plus grande autonomie.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

En avril 2003, le roi Mohammed VI nomme M. Abdellatif Jouahri, acteur connu et reconnu de la scène financière marocaine, wali de Bank Al-Maghrib[2]. Il remplace ainsi Mohammed Seqat qui a occupé ce poste de 1989 à 2003[3].

En 2006, la loi no 76-03 promulguée par le Dahir no 1-05-38 du 20 Chaoual 1426 (23 novembre 2005) a abrogé le Dahir no 1-59-233 du 23 Hija 1378 (30 juin 1959), qui avait A créé la Banque Al-Maghrib. La nouvelle loi a renforcé l'indépendance de Bank Al-Maghrib en termes de politique monétaire et a fourni une base légale pour sa responsabilité dans le système de paiement. La nouvelle loi établit la banque comme une entité juridique publique, contrôlée par le commissaire aux comptes, le commissaire du gouvernement et la Cour des comptes. La loi no 34-03 a étendu la compétence de la loi bancaire à certaines institutions exerçant des activités bancaires, redéfini les rôles du Conseil national du crédit et du Comité des établissements de crédit, renforcé l'autonomie de Bank Al-Maghrib en matière de surveillance bancaire et institué un Nombre d'autres mesures couvrant la protection des clients des établissements de crédit et le traitement des établissements de crédit en difficulté.

Le 26 mars 2017, suite aux rumeurs de pots-de-vin octroyés par deux employés de la société KBA-NotaSys en contrepartie de l’achat d’imprimantes, Bank Al-Maghrib annonce qu'elle va poursuivre en justice la société suisse . C'est cette dernière qui produit de la monnaie au Maroc[4]. ( KBA-NotaSys avait déjà été condamnée par la justice helvète pour blanchiment d’argent et corruption).

Les Walis[3][modifier | modifier le code]

  • Abdellatif Jouahri (mars 2003 -...)[5]
  • Mohammed Seqat (1989 - mars 2003)
  • Ahmed Bennani (, septembre 1989)
  • Son Altesse le prince Moulay Hassan Ben El Mehdi (1969 - 1984)
  • M’Hamed Zeghari ( 1967- 1969)
  • Driss Slaoui (1964-1967)
  • M’Hamed Zeghari (1959-1964)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Statut et missions », sur BANK AL-MAGHRIB (consulté le 29 mars 2017)
  2. ,, « Le Matin - S.M. le Roi nomme M. Abdellatif Jouahri wali de Bank Al-Maghrib », Le Matin, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  3. a et b « Anciens Gouverneurs », sur BANK AL-MAGHRIB (consulté le 29 mars 2017)
  4. Yabiladi.com, « Bank Al-Maghrib poursuit en justice une société suisse d’impression de monnaie », quotidien,‎ (lire en ligne)
  5. « Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib | Challenge.ma », Challenge.ma,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]