Ligne de Sélestat à Saverne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Sélestat à Saverne
La gare de Rosheim, sur la ligne de Sélestat à Molsheim.
La gare de Rosheim, sur la ligne de Sélestat à Molsheim.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Sélestat, Barr, Obernai, Molsheim, Wasselonne, Saverne
Historique
Mise en service 1864 – 1877
Fermeture 1969 – 1993 (fermeture partielle)
Concessionnaires Est (1864 – 1871)
EL (1871 – 1919)
AL (Non concédée) (1919 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 111 000
Longueur 64,840 km
Vitesse maximale
commerciale
80 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente maximale 10
Nombre de voies Voie unique de Sélestat à Molsheim
Déclassée de Molsheim à Saverne
(Anciennement 2 de Molsheim à Saverne)
Signalisation BAPR-VB de Sélestat à Obernai
BAL-VB d'Obernai à Molsheim
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER
Fret
Schéma de la ligne

La ligne de Sélestat à Saverne est une ligne de chemin de fer française, à voie normale, qui parcourt le piémont des Vosges et le vignoble alsacien entre les gares de Saverne et de Sélestat, deux sous-préfectures du département du Bas-Rhin. La section entre Saverne et Molsheim est déclassée et déposée. Seule subsiste la ligne entre Molsheim et Sélestat.

Elle constitue la ligne n°111 000[1] du réseau ferré national.

Dans l'ancienne nomenclature de la région Est de la SNCF, cette ligne était divisée en deux sections qui étaient numérotées « ligne 17 » pour la « ligne Sélestat – Molsheim (Strasbourg) » et « ligne 17.3 » pour la « ligne  Saverne - Molsheim »[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Par une convention signée avec le ministre des Travaux Publics le 1er mai 1863, la Compagnie des chemins de fer de l'Est reçoit la concession de la section entre Barr et Wasselonne. Cette convention est approuvée par décret impérial le 11 juin 1863[3].

Ouverture[modifier | modifier le code]

La ligne est ouverte en trois étapes entre 1864 et 1877 :

Carte du réseau des chemins de fer vicinaux du Bas-Rhin inaugurés en 1864.
Chemins de fer vicinaux du Bas-Rhin inaugurés le 25 septembre 1864.
L'ancienne gare d'Otterswiller, sur la ligne de Molsheim à Saverne.

Fermeture partielle[modifier | modifier le code]

Le raccordement de Saverne (ligne n° 111 064 du réseau ferré national), qui permettait de rejoindre la ligne Paris - Strasbourg en direction de Strasbourg évitant un rebroussement en gare de Saverne, a été déclassé du PK 0,137 au PK 0,598 le 19 octobre 1967[9].

La ligne de Molsheim à Saverne est fermée au service voyageurs le 3 mars 1969.

Le déclassement s'effectue en plusieurs étapes. La section Romanswiller - Marmoutier (PK 52,100 à 56,600) est déclassée le 14 janvier 1972[10]. La section Marmoutier - Otterswiller (PK 56,600 à 61,300) est déclassée le 17 septembre 1980[11].

Le service marchandises entre Molsheim et Romanswiller subsiste jusqu'en 1988 principalement pour la desserte d’un dépôt des Comptoirs agricoles et d’un dépôt de munitions et d’Artillerie lourde sur voie ferrée.

Au cours de l'été 1988, une équipe de passionnés a fait circuler un train touristique tracté par une locomotive à vapeur, le « Train Touristique de la Vallée de la Mossig », entre Molsheim et Romanswiller. L'initiative ne s'est toutefois pas renouvelée[12].

La section Otterswiller - Saverne (PK 61,300 à 63,900) est finalement déclassée le 22 février 1991[1] suivie par la section Molsheim - Romanswiller (PK 33,747 à 52,100) le 25 février 1993[13].

Projet de tram-train[modifier | modifier le code]

Il était prévu que la section de Molsheim à Barr soit intégrée dans le projet de tram-train du piémont des Vosges. La première phase de ce projet s'est concrétisée durant l'année 2009 par la mise en place d'un quasi-cadencement de la desserte à la demi-heure jusqu'à Obernai et à l'heure après. La seconde phase consistait à électrifier la ligne. Le projet est abandonné en 2013 en raison du cout, jugé trop important, de la création d'un tunnel sous la gare de Strasbourg.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

De nos jours, seule la section de ligne entre Sélestat et Molsheim est encore exploitée. Au-delà, vers Saverne, la voie a été déposée et la plate-forme transformée en piste cyclable. À Molsheim, il subsiste des vestiges de l'ancien saut-de-mouton au-dessus de la ligne de Strasbourg-Ville à Saint-Dié. À Saverne, il reste environ 1 km de voie, en direction de Molsheim, jusqu'aux environ de l'usine Haemmerlin. La plupart des anciens bâtiments voyageurs existent toujours et sont devenus des habitations privées.

En gare de Molsheim, elle croise la ligne de Strasbourg-Ville à Saint-Dié et rejoint la ligne de Strasbourg-Ville à Saint-Louis, ainsi que l'ancienne ligne de Sélestat à Lesseux - Frapelle, à Sélestat.

La ligne fonctionne entièrement en voie banalisée (VB), avec l'aménagement de voies d’évitement dans les principales gares (comme Rosheim, Obernai ou Barr) pour les croisements. Côté signalisation, le block automatique à permissivité restreinte (BAPR) a été installé en 1996 de Molsheim à Obernai. Par la suite, des travaux de modernisation de la ligne ont permis l'installation du BAPR de Sélestat à Obernai et du BAL d'Obernai à Molsheim.

La gare de Rosheim est l'origine de la ligne de Rosheim à Saint-Nabor qui desservait les Carrières d'Ottrott-Saint-Nabor. Cette ancienne ligne n'est plus exploitée, mais il existe des projets de réouverture.

Les installations de sécurité ont été modernisées dans les principales gares (en particulier Obernai et Rosheim) dans le cadre de la première phase du tram-train (avec pour objectif principal une plus grande souplesse dans la gestion des points de croisement). La ligne a aussi bénéficié d'un renouvellement-voie-ballast (RVB) entre Rosheim et Obernai. Parallèlement à cette évolution de signalisation, la télécommande des installations de voie (aiguillages,…) a été mise en place depuis le PIPC de la gare de Molsheim, ce qui a notamment entrainé la fin de la présence d'un agent de circulation à Rosheim.

Trafic[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, la ligne est principalement utilisée par les trains TER Alsace. Elle est parcourue par des autorails X 76500 mais aussi par des rames réversibles régionales (RRR) couplées avec des BB 67400.

La ligne connait aussi un trafic fret assez important. En effet, elle permet la desserte de l'embranchement de la brasserie Kronenbourg, dite K2, à Obernai. Le flux de bouteilles vides est assuré par Europorte tandis que les expéditions sont réalisées par Fret SNCF. Europorte utilise des Euro 4000 du constructeur allemand Vossloh. Fret SNCF utilise des BB 75000 (anciennement des couplages de BB 66400 ou BB 69400 du dépôt de Chalindrey).

Le ferrailleur de Rosheim a cessé ses expéditions ferroviaires le 31 mars 2008 à la suite de la réduction des activités de wagon isolé de Fret SNCF.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Journal Officiel de la République Française du 27/2/1991, page 2 855
  2. [PDF] SNCF Région de l'Est - Carnet de profils et schémas - 1962, voir notamment planches 83 et 84, pages 49, 50 du PDF.
  3. « N° 11549 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 1er mai 1863, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'est : 11 juin 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 1141,‎ , p. 138 - 146 (lire en ligne).
  4. Site d'Étienne Biellmann.
  5. Site d'Étienne Biellmann.
  6. Site d'Étienne Biellmann.
  7. Site d'Étienne Biellmann.
  8. Site d’Étienne Biellmann.
  9. Journal Officiel de la République Française du 5/11/1967, page 10 878
  10. Journal Officiel de la République Française du 2/2/1972, page 1 277
  11. Journal Officiel de la République Française du 1/10/1980, page 8 388
  12. La ligne Molsheim-Saverne sur le site Petit train de Molsheim.
  13. Journal Officiel de la République Française du 5/3/1993, page 3 440

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Georges Trouillet, De Saverne à Molsheim : Petites et grandes histoires d'une ligne de chemin de fer alsacienne, Rhyn un Mosel, , 120 p. (ISBN 2-9514359-1-6).

Articles connexes[modifier | modifier le code]