Le Pari (film, 1997)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Pari.
Le Pari
Réalisation Didier Bourdon
Bernard Campan
Scénario Didier Bourdon
Bernard Campan
Acteurs principaux
Sociétés de production Claude Berri
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 100 minutes
Sortie 1997

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Pari est un film français réalisé par Didier Bourdon et Bernard Campan, sorti en 1997.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Murielle et Victoria sont deux sœurs que tout oppose. Murielle vit à l'ouest de Paris avec Didier, pharmacien. Ils sont parents adoptifs d'une petite fille noire, Élodie, et mènent une existence très bourgeoise. Victoria, quant à elle, vit dans une zup à l'est de Paris avec Bernard, professeur de technologie dans un lycée de banlieue. Les deux beau-frères se détestent mais ont en commun d'être de grands fumeurs. Alors que la famille est réunie à l'occasion de l'anniversaire du père de Murielle et Victoria, Didier et Bernard font le pari d'arrêter de fumer pendant quinze jours. Si le lendemain leur semble agréable, l'aventure devient mouvementée au fil des jours suivants...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le tournage s'est déroulé à Montreuil et à Paris. La scène des obsèques de Monsieur Ramirez a été tourné au cimetière des Bulvis à Rueil-Malmaison.
  • Le logo de Télé Zap, journal pour lequel Victoria travaille, s'inspire directement de celui de Télé Z.
  • Pascal Légitimus fait une très rapide apparition en tant qu'invité du cocktail de "Télé Zap", où Didier et Bernard sèment la pagaille : on le voit demander un verre au barman, tandis que Didier et Bernard discutent au comptoir. L'apparition dure deux secondes, au point qu'il faut presque faire un arrêt sur image pour s'en apercevoir. En fait une scène avait été coupée au montage. En revanche, Théo Légitimus, le père de Pascal joue le rôle d'un client de Didier ; ce rôle, bien que secondaire, contient plus de présence devant la caméra que celui de son fils.
  • Victoria découvre sur une machine à écrire que Bernard a écrit « le tabac c'est tabou, on en viendra tous à bout » de la même manière que Jack Torrance a écrit des centaines de fois la phrase « Trop de travail et pas de plaisir font de Jack un enfant terne » dans Shining.
  • Au bout d'une heure de film, alors que Didier et Bernard quittent le domicile de Gilbert, on aperçoit celui-ci avec une perruque blonde pour femme, en train de fumer et s'explique : « c'est pas moi, c'est elle ! » en désignant un vieux mannequin en bois. Ce passage est un clin d'œil à Norman Bates dans le polar de Alfred Hitchcock, Psychose'

Liens externes[modifier | modifier le code]