Sarim Fassi-Fihri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarim Fassi-Fihri
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Directeur du Centre Cinématographique Marocain (CCM)
Biographie
Naissance
Nationalité
Marocaine
Activité
Titres honorifiques
Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres de la République Française

Sarim El Hak Fassi-Fihri, producteur de cinéma, né le à Marrakech, est le directeur du Centre cinématographique marocain (CCM)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Sarim Fassi-Fihri débute à l'âge de 15 ans dans la photographie. Après son baccalauréat au Lycée Lyautey de Casablanca il s'engage dans des études de Pharmacie puis de Médecine dentaire.

Il est engagé durant l'été 1982 comme stagiaire sur un film américain. Ce qui devait être un ''job d'étudiant pendant ses vacances'' est un tournant dans sa vie et il décide d'en faire son métier.

Il crée sa première société de production en 1984 et, dès 1985, produit le long métrage ''la compromission'' réalisé par Latif Lahlou.

Il crée en 1987 sa société actuelle Moroccan Productions & Services (MPS)[2] afin de produire des films Marocains et pour assurer la production exécutive de films étrangers au Maroc.

Parmi les films produits ou coproduits on peut citer L'enfance volée et Voleur de rêves de Hakim Noury, Mektoub de Nabil Ayouch, Mémoire en détention de Jilali Ferhati, Les Anges de Satan d'Ahmed Boulane, Cinq films pour cent ans réalisé par un collectif de cinéastes marocains à l'occasion du centenaire du cinéma.

À l'international producteur exécutif de plus de 40 films ou téléfilms, parmi lesquels:

La nuit sacrée de Nicolas Klotz, Napoléon and Joséphine - a love story de Richard Heffron pour la Warner Bros. , Astérix et Obelix-mission Cléopâtre d'Alain Chabat, Iznogoud de Patrick Braoudé, OSS 117-Le Caire, nid d'espions de Michel Hazanavicius[3].

En tout Sarim Fassi-Fihri a produit, co-produit, ou assuré la production exécutive de plus de 40 longs métrages, films de télévision ou séries TV.

Il a également produit ou assuré la production exécutive de plus de 200 films publicitaires.

À partir de 1990 sa société a lourdement investi dans les moyens techniques (caméras, lumière, machinerie...) et a construit un complexe de studios, CINEDINA, à Casablanca en 2000, considéré par les professionnels marocains et étrangers comme un modèle du genre.

Formation des ressources humaines[modifier | modifier le code]

Dès le moment la création de MPS, Sarim Fassi-Fihri a réalisé qu’il ne pourrait y avoir de développement de la production cinématographique sans ressources humaines compétentes.

Depuis plus de vingt cinq ans, il s’est attaché à la formation de techniciens en les associant aux productions étrangères dont il assurait la production exécutive.

Son engagement dans la problématique de la formation l'a amené à participer avec le CCM aux commissions de délivrance des cartes d'identité professionnelles pendant plusieurs années et à proposer des définitions des métiers, des critères pour l'octroi des cartes et à préciser des quotas d'embauche de techniciens nationaux dans le cadre de la loi de 2001 sur l'industrie cinématographique.

Il a également participé à toutes les études de faisabilité d'une école de cinéma depuis 1997.

Depuis 2005, il préside l'AMPAC (Association Marocaine des Professions de l'Audiovisuel et du Cinéma) qui est à l'origine de la création de l'ISMAC (Institut Supérieur des Métiers de l'Audiovisuel et du Cinéma). À ce titre il a participé à l'élaboration du programme d'études de l'ISMAC (matières, profils des enseignants, filières, budget etc.)

Il est depuis 2013 Président de la fondation ISMAC et membre de son conseil d’établissement

Depuis 2009 il enseigne la production à l'ESAV de Marrakech (École Supérieure des Arts Visuels) et depuis cette année à l'ISMAC ainsi qu'à l'ISADAC

Participation aux festivals et organisations d'événements cinématographiques[modifier | modifier le code]

Depuis 1985, Sarim Fassi Fihri participe régulièrement aux grandes manifestations internationales (Cannes, Venise, Berlin, Los Angeles, Carthage, Le Caire).

Mais il s'est aussi impliqué dans l'organisation des festivals nationaux.

En 1996 il organisa à Rabat et Casablanca ''la Nuit du Court-Métrage'' en collaboration avec le Festival de Clermont-Ferrand.

En 1995, 2001, 2003 et 2005 il est vice-président du Festival National du Film et président de l'édition de 1998 à Casablanca.

En 2001, il est nommé membre du comité fondateur du Festival international du film de Marrakech et il participe de manière active aux deux premières éditions.

En 2004, il est membre du jury de ce festival.

Il fut co-organisateur (avec le Ministère de la Communication et du CCM) des journées nationales du cinéma (1997 à 2002), des assises nationales de l'audiovisuel (2006) et des assises nationales du cinéma (2007 et 2012).

Parcours associatif[modifier | modifier le code]

Depuis 1995 jusqu’à ce jour, Sarim Fassi-Fihri est réélu tous les deux ans Président de la Chambre Marocaine des Producteurs de Films (CMPF).

Cette association regroupe des réalisateurs et des producteurs Marocains.

Il est également le président-fondateur de l'ASESA (Association des Entreprises du Secteur Audiovisuel), association affiliée à la CGEM (équivalent du MEDEF), et qui milite pour l'essor du secteur audiovisuel auprès des pouvoirs publics.

En 2005, il est élu président de l'AMPAC (Association Marocaine des Professions de l'Audiovisuel et du Cinéma). Cette association militait pour la création d'un Institut Supérieur des Métiers de l'Audiovisuel et du Cinéma dans le cadre d'un partenariat public-privé.

Contribution à la réglementation et au développement du secteur[modifier | modifier le code]

Depuis son élection à la présidence de la CMPF, il est membre du Conseil d'Administration du Centre Cinématographique Marocain et il en est aujourd'hui le membre le plus ancien.

Depuis lors, il participe à la politique de la production cinématographique au Maroc: défense des intérêts de la profession, élaboration des textes législatifs et réglementaires, promotion du cinéma marocain à l'étranger, développement et promotion de la production étrangère au Maroc, fiscalité du secteur, développement des ressources humaines etc.

En 1996, il négocie et obtint de la chaîne de télévision nationale 2M sa première convention entre une chaîne de télévision et les producteurs.

En 1997, Il est à l'origine de la création de la Taxe de Promotion de la Production Audiovisuelle Nationale (TPPAN) et qui, à ce jour, est le premier levier de financement de tout l'audiovisuel marocain, y compris les chaînes de télévision, les festivals de cinéma et la numérisation des salles de cinéma et la première ressource de financement de toutes les actions du Ministère de la Communication, hors budget général de l'État.

De 1998 à 2001 il est désigné par le Ministre de la Communication comme ''observateur'' des travaux de la commission du Fonds d'Aide à la Production Cinématographique Nationale.

Il a également participé à l'élaboration de la loi 20-99 sur l'Industrie Cinématographique ainsi qu'à tous les textes régissant le Fonds d'aide à la Production Cinématographique.

En 2005-2006, alors président de l'ASESA, il obtint de l'Union Européenne, dans le cadre du Programme d'Appui aux Professionnels (PAP) le financement d'une étude sectorielle sur l'audiovisuel au Maroc. Cette étude servira de base pour l'organisation d'assises nationales en juillet 2006.

En 2007 il préside l'atelier ''Production'' aux 1res Assises Nationales du Cinéma et en 2012 il préside l'atelier ''Infrastructures, distribution, exploitation et investissements'' aux Secondes Assises Nationales du Cinéma.

De 2007 à 2009, il participe à l'élaboration des contrat-programmes État-Professionnels du secteur cinéma et CCM-Ministère de la Communication.

De 2008 à 2012, il participe aux travaux de réforme du Bureau Marocain du droit d'auteur (BMDA) ainsi qu'à l'élaboration du projet de loi N 79.12 relatif aux droits d'auteur et les droits voisins portant sur l'instauration d'une « redevance sur la copie privée ».

Le décret du 17 aout 2012 relatif aux conditions et règlements de l'aide à la production cinématographique a adopté dans l'article 4 de son cahier des charges la nomenclature des dépenses élaborée par Sarim Fassi Fihri.

En janvier 2014, il a proposé au ministère de la Communication et au CCM des textes de loi en remplacement du Dahir (Loi) réorganisant le CCM et la loi 20-99 sur l'industrie cinématographique.

La loi de finances pour l'exercice 2016 a introduit le droit aux subventions étatiques pour les productions étrangères[4]. Cette mesure a longtemps été plébiscitée par Sarim Fassi-Fihri[5].

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Ses implications multiples dans le cinéma lui ont permis de développer un réseau professionnel en Europe, en Amérique, en Asie et dans le monde Arabe (Paris, Londres, Berlin, Bruxelles, Madrid, Barcelone, Rome, Milan, New York, Los Angeles, Bangkok, Tunis, Beyrouth, Le Caire...).

À travers sa société et en qualité de producteur exécutif, il a collaboré avec de grands groupes internationaux tels que Gaumont, Pathé, Lagardère, BBC ou Warner.

Il participa en tant que conférencier à plusieurs tables rondes, journées culturelles ou séminaires à Namur, Bruxelles, Paris, Tunis, Le Caire, Las Palmas, Barcelone... Depuis mai 2012 il est expert auprès de l'Union européenne et membre d'un groupe de travail pour la recherche de financements cinématographiques dans la région MENA.

Fonctions Occupées[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Diplômes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

2007

2006

2005

2004

2003

2001

2000

1999

1998

1997

  • Producteur exécutif de Bargensac, téléfilm français réalisé par Charlotte Brandström pour TF1.
  • Coproducteur de Keswa, le fil perdu, long métrage réalisé par Kalthoum Bornaz, coproduction tuniso-maroco-française.

1996

  • Producteur exécutif de Lieve Aisha, téléfilm hollandais réalisé par Mijke De Jong et produit pour VARA TV (Amsterdam).
  • Producteur exécutif de Marrakesh, téléfilm hollandais réalisé par Michiel Van Jaarsveld et produit pour VARA TV (Amsterdam).
  • Coproducteur de Mektoub, long métrage réalisé par Nabil Ayouch.

1995

1994

1993

1992

1991

1990

1989

1988

1987

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sarim Fassi-Fihri, nommé à la tête du CCM », sur Médias 24, (consulté le 3 octobre 2014)
  2. « MPS », sur www.mpscinedina.com
  3. « Sarim Fassi-Fihri », sur www.africultures.com
  4. « Nouveauté : Les tournages étrangers au Maroc auront droit à la subvention », sur le360.ma, (consulté le 15 décembre 2015)
  5. (en) « Morocco Approves 20% Cash Rebate For Foreign Shoots », sur https://variety.com/, (consulté le 15 décembre 2015)
  6. « Sarim Fassi-Fihri remplace Nourredine Sail à la tête du CCM », sur Yabiladi, (consulté le 3 octobre 2014)
  7. « Sheherazade », sur www.philippedebroca.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]