Les Grands Chemins (film, 1963)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Grands Chemins (homonymie).
Les Grands Chemins
Description de cette image, également commentée ci-après
Sur les grands chemins de Haute-Provence et de la vie…

Titre original Les Grands Chemins
Réalisation Christian Marquand
Scénario Christian Marquand et Pierre La Salle d’après d'après le roman Les Grands Chemins de Jean Giono (1951)
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Copernic
Les Films du Saphrène
Dear Film Produzione
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame
Durée 93 min
Sortie 1963

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Grands Chemins est un film franco-italien réalisé par Christian Marquand et sorti en 1963.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sur une route de Provence, Francis conduit une Jeep qu'il doit livrer à Grenoble. En chemin, il fait la connaissance de Samuel, un routard habile joueur de cartes. Poursuivant sa route, Francis fait étape à Draguignan pour faire réparer la Jeep, prend pension dans un hôtel d'un village voisin et noue une idylle avec Anna, la jeune veuve hôtelière. Francis rencontre de nouveau Samuel qui devient également l'hôte d’Anna. Samuel est surpris en train de tricher lors d'une partie de cartes dans un bistrot et ses partenaires le laissent évanoui avec les doigts brisés devant la porte d'Anna. Après que celle-ci eut repoussé ses avances, Samuel s'en va errant dans la campagne et étrangle une vieille femme qui se moquait de ses mains à présent incapables de manier les cartes. Il s'enfuit, poursuivi par les villageois qui veulent faire justice eux-mêmes. Francis se lance également à sa poursuite.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le CNC attribue la réalisation à « Nadine Marquand (alias Nadine Trintignant) » qui n'est créditée dans les bases de données cinématographiques (y compris celles de la Cinémathèque française) qu'en tant que monteuse de ce film. On ignore s'il s'agit d'une erreur ou d'un « compromis familial » puisqu'elle était seulement connue, à l'époque, comme étant la sœur cadette de Christian Marquand avant de devenir la réalisatrice que l'on connaît avec son premier film Mon amour, mon amour sorti en 1967.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]