Lefèvre-Denise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lefèvre-Denise
illustration de Lefèvre-Denise
La confiserie-biscuiterie Lefèvre-Denise, 55 rue Saint-Dizier à Nancy, vers 1890.

Création 1840
Siège social Nancy
Drapeau de France France
Activité Agroalimentaire
Produits Bergamottes de Nancy(avec deux t), Macarons de Nancy, biscuits, pain d'épices,confiserie et chocolaterie
Site web http://www.lefevre-lemoine.fr/

Lefèvre-Denise est une marque française de biscuiterie, confiserie et chocolaterie emblématique de la ville de Nancy, fondée en 1840, et réputée pour ses bergamotes. C’est l’un des plus anciens commerces familiaux de la ville toujours en activité depuis 1840[1].

Historique[modifier | modifier le code]

1840 : naissance de la maison Lefèvre-Denise[modifier | modifier le code]

L’entreprise Lefèvre-Denise est fondée à Nancy en 1840 par Antoine Lefèvre (1814-1880), fils de François Joseph Lefèvre originaire de Varennes-en-Argonne dans la Meuse. Antoine Lefèvre épouse Philogène Denise et associe ainsi les deux noms familiaux sous la dénomination Lefèvre-Denise[2].

L’entreprise Lefèvre-Denise se spécialise dans la biscuiterie, en particulier la fabrication de pain d'épices, et dans la confiserie. Le premier magasin ouvre en 1840 au 55 rue Saint-Dizier à Nancy[3].

Le frère d’Antoine Lefèvre, Jean-Romain, épouse Pauline-Isabelle Utile et crée à Nantes en 1846 une boulangerie puis une biscuiterie sous la dénomination Lefèvre-Utile. Leur troisième fils, Louis Lefèvre-Utile invente en 1886 le Véritable Petit Beurre mondialement connu sous la marque LU.

À partir de 1870 : un succès croissant[modifier | modifier le code]

Louis Marie Lefèvre (1851-1934), fils d’Antoine Lefèvre, crée vers 1870 une usine de fabrication dans les faubourgs de Nancy, à Laxou, rue de Santifontaine. Elle perdura jusque dans les années 1950.

Un deuxième magasin de vente ouvre au 51 rue Saint-Jean à Nancy dans les années 1890. En 1909, un unique magasin de vente se trouvait au 55, rue Saint-Jean, à l’angle de la rue Clodion.

L’entreprise se voit récompensée à l’Exposition internationale de l'Est de la France, qui se déroule en 1909 à Nancy, par une médaille de vermeil pour ses biscuits, ses macarons de Nancy et ses Bergamottes de Nancy[4].

1925-2012 : entre rupture et continuité[modifier | modifier le code]

Georges Lefèvre (1884-1957), un des fils de Louis, travaille dans l’entreprise paternelle jusqu’en 1925, date à laquelle il crée sa propre entreprise de biscuiterie-confiserie dénommée Lefèvre-Georges, toujours à Nancy.

Au départ de Georges Lefèvre, c’est Yvonne, sa sœur, qui prend la direction de l’entreprise. Elle la gère jusqu’à la fin des années 1940 et la cède à MM. Mairot et Acker. Quelques années plus tard, en 1958, Georges Lefèvre rachète cette entreprise pour l’intégrer à la sienne.

La dénomination Lefèvre-Denise est toujours employée par les descendants de Georges Lefèvre, dont Thierry-Laurent Lefèvre-Lemoine qui dirige aujourd'hui la biscuiterie-chocolaterie-confiserie Lefèvre-Lemoine à Nancy. C’est le plus ancien commerce familial de la ville toujours en activité (1840)[1].

Bergamotes et macarons de Nancy[modifier | modifier le code]

Dans les années 1850, l’entreprise Lefèvre-Denise s’approprie, comme de nombreux confiseurs nancéiens, la bergamote de Nancy, célèbre spécialité nancéienne. Antoine Lefèvre choisit alors d’orthographier ses bergamottes avec deux «t», comme c’était admis par les dictionnaires de l’époque[6]. On y fabriquait également de nombreuses variétés de biscuits et de pain d’épices, ainsi que les macarons de Nancy.

Louis Lefèvre-Denise, le fils d'Antoine dépose la marque « Bergamottes de Nancy », Louis orthographie volontairement le mot bergamotte avec deux "t", en 1898.

Aujourd'hui encore, les macarons, le pain d'épice, le Petit Duc ou les Bergamottes de Nancy restent des spécialités de la maison.

Dans le film Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (2001), une vieille boîte de bergamotes de Nancy, de la maison Lefèvre-Georges, contenant les souvenirs d’enfance d’un petit garçon, est découverte fortuitement par l’héroïne derrière une plinthe. C'est un clin d’œil aux années d’études nancéiennes de Jean-Pierre Jeunet[7].

Marques déposées[modifier | modifier le code]

Pour mieux identifier ses produits et de se protéger d'une concurrence toujours importante, la maison Lefèvre-Denise a déposé dès le XIXe siècle plusieurs marques. Celles-ci sont régulièrement renouvelées auprès de l'INPI :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Cent soixante dix ans de douceurs » sur le blog En passant par la Lorraine.
  2. Alain Barrot, Les bergamotes de Nancy, Nancy, Gens de Lorraine, (ISBN 978-2-9529277-0-3).
  3. Robert Lavaux, Armelle Rousseau, Nancy, un siècle de commerces, Nancy, Serge Dominy, (ISBN 978-2-35475-004-6) pages 195-196.
  4. Louis Laffitte, L'Essor économique de la Lorraine : Rapport général sur l'exposition internationale de l'Est de la France, Nancy, 1909, Nancy, Berger-Levrault, 1912, 933 p.
  5. Dictionnaire encyclopédique de l’épicerie et des industries annexes
  6. Alain Barrot, Les bergamotes de Nancy, Nancy, Gens de Lorraine, (ISBN 978-2-9529277-0-3) p. 24.
  7. [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]