Le Chinois à deux roues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Le Chinois à deux roues
13e histoire de la série Gil Jourdan
Auteur Maurice Tillieux
Genre(s) Franco-Belge
Aventure
Road movie

Personnages principaux Gil Jourdan
Libellule
Crouton
Lieu de l’action Drapeau : Iran Téhéran
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Époque de l’action Années 1960

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale Français
Éditeur Dupuis
Première publication no 1459 de Spirou (1966)
ISBN 2-8001-0125-3
Nb. de pages 44
Albums de la série Gil Jourdan
Précédent La Guerre en caleçon Chaud et froid Suivant

Le Chinois à deux roues est la treizième histoire de la série de bande dessinée franco-belge, Gil Jourdan de Maurice Tillieux. Elle est publiée pour la première fois du no 1459 au no 1486 du journal Spirou, puis sous forme d'album en 1967 dont elle est le dixième de la série. Elle voit le trio composé de Gil Jourdan, Libellule et Crouton tenter de démasquer un gang de trafiquants de scooters en Chine, pour le compte d'un grossiste qui en possède le monopole et qu'on surnomme « Le Chinois à deux roues ».

Elle possède une atmosphère particulière puisqu'il pleut d'un bout à l'autre de l'histoire au point que la pluie devient un moyen pour l'auteur, avec les montagnes rocheuses, de dessiner la Chine. L'histoire se déroule presque exclusivement sur la route, au point d'être le premier road movie de la bande dessinée franco-belge moderne. Elle va aussi marquer un changement dans la série Gil Jourdan puisqu'à partir de cette histoire les jeux de mots, très présents jusque-là, vont pratiquement disparaître de la narration.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

La Chine, le pays ou l'histoire se déroule.

Cette histoire fait suite à l'histoire Le Gant à trois doigts où les trois héros, Gil Jourdan, Libellule et Crouton doivent fuir l'Émirat du Gomen, dans le Golfe Persique, pour l'Iran et sa capitale Téhéran, où ils décident alors de prendre quelques vacances. Dans un hôtel, ils font la connaissance de Liu Chang Lien (surnommé « le Chinois à deux roues »), un grossiste chinois qui possède le monopole de la vente de scooters en Chine. Depuis quelque temps, des trafiquants basés à Si-Kiang gênent son commerce. Aussi propose-t-il au trio d'enquêter sur place pour démasquer les trafiquants et permettre à la police chinoise d'intervenir. Cependant son secrétaire, Wu, complice des trafiquants, téléphone à ceux-ci pour les avertir de l'arrivée du trio, en les prévenant que Jourdan est incorruptible[1].

Les trois compères arrivent dans une Chine pluvieuse (il pleut d'un bout à l'autre de l'histoire) et boueuse à bord d'un camion en passant sur une petite route de campagne bordée de rizières, puis sur une route de montagne sinueuse. Après des courses poursuites haletantes avec les bandits, ils arrivent à résoudre l'affaire et à quitter la Chine à bord d'un avion, alors que, pour la première fois depuis le début de l'histoire, la pluie arrête de tomber[1].

Personnages[modifier | modifier le code]

Les héros de la série[modifier | modifier le code]

Le personnage principal de l'histoire est sans conteste celui qui a donné son nom à la série, Gil Jourdan. Il conduit le camion qu'empruntent les héros durant la plus grande partie de l'histoire. Deuxième personnage de l'histoire, l'ancien cambrioleur Libellule occupe le côté passager. Le troisième protagoniste, l'inspecteur Crouton est en retrait ; pendant une longue partie de l'histoire, il dort tranquillement à l'arrière du camion car il a fumé des cigarettes à l'opium (ou « chinoises », selon les versions du récit)[2]. Durant toute l'histoire il ne lâche pas sa canne, qui est pourtant cassée, puisque cette canne symbolise pour les lecteurs son attachement au trio[3]. Ce long sommeil est néanmoins interrompu par des phases de réveil durant lesquelles Crouton va être, presque à chaque fois, victime de plusieurs gags[4].

Personnage Nombre de planches où il apparaît
Gil Jourdan 40
Libellule 40
Crouton 29

Les méchants[modifier | modifier le code]

Les méchants que doivent affronter le trio dans Le Chinois à deux roues sont tous liés au réseau de trafic de scooters. Le premier à apparaître est Wu, le propre secrétaire du « Chinois à deux roues », un grand maigre à lunettes qui prévient ses complices de l'arrivée du trio en Chine. Le duo Archie et Cochran va être le plus redoutable à affronter pour les héros car ils n'hésitent pas à saboter ou poser des explosifs pour arriver à leurs fins. Le premier est gros avec un visage lunaire, sa particularité est qu'il aime faire son boulot correctement. Le deuxième est maigre avec un visage qui ressemble à celui d'un singe[5]. Au cours de l'aventure ils conduisent une Nissan Patrol G60[6]. D'autres trafiquants sont moins présents dans l'histoire. Ainsi Li-Chi accueille le trio pour la nuit mais se révèle être de mèche avec Lumpia à qui il dénonce le trio. Li-Chi est un grand mince et semble impassible, alors que Lumpia est un gros avec des moustaches qui tombent. On trouve aussi le chef des bandits, l'anglais Mac Aulif, un roux assez gros ; Charlie, qui tente de suivre par avion le trio, mais est piégé par un sabotage de Gil Jourdan et finit par détruire le repaire par accident. Enfin, la bande est composée de plusieurs autres bandits au rôle mineur dont un certain Chang qui va se battre avec Gil Jourdan[5].

Patrol
Une Nissan Patrol semblable à celle utilisée par Archie et Cochran.
Personnage Nombre de planches où il apparaît
Wu 1
Archie 14
Cochran 18
Li-Chi 3
Lumpia 4
Mac Aulif 7
Charlie 5
Chang 3

Autres[modifier | modifier le code]

En dehors des méchants et du trio de héros, le seul autre personnage est Liu Chang Lien dit « Le Chinois à deux roues ». Il possède le monopole de la vente de scooters en Chine et engage Gil Jourdan pour démanteler le gang des trafiquants qui gène son business. Il s'agit d'un gros Chinois portant des lunettes et un costume d'homme d'affaires[5].

Personnage Nombre de planches où il apparaît
Liu Chang Lien 2

Historique[modifier | modifier le code]

Le Chinois à deux roues commence sa publication dans le no 1459 du journal Spirou daté du . Un numéro spécial Pâques comme il en sort tous les ans. La couverture de l'hebdomadaire annonce la couleur, la publication de sept nouvelles histoires débute dans ce numéro. Ainsi, cette histoire de Gil Jourdan débute en compagnie de La Schtroumpfette des Schtroumpfs par Peyo, Le Fantôme de La Patrouille des Castors par Mitacq et Jean-Michel Charlier, Pantoufle par René Goscinny et Raymond Macherot, La Ribambelle aux Galopingos de La Ribambelle par Jean Roba et Vicq, La Gondole noire des Timour par Sirius et Les Douze Travaux de Benoît Brisefer de Benoît Brisefer par Peyo et Yvan Delporte[7]. Le Chinois à deux roues fait suite à l'histoire La Guerre en caleçon, dont la publication s'est terminée dans le numéro précédent de Spirou[8].

L'année 1966 est un bouleversement pour l'auteur Maurice Tillieux, il arrête sa collaboration avec le journal Le Moustique pour lequel il produit depuis 1959 des gags en une planche de la série César. Pour la première fois il va aussi écrire des scénarios pour un autre auteur que lui-même. C'est la création de la série Marc Lebut et son voisin pour le dessinateur Francis, une série entièrement humoristique[9]. À cette période, alors qu'il y a de plus en plus de dessinateurs qui travaillent pour Spirou il y a de moins en moins de scénaristes et Maurice Tillieux va alors écrire de plus en plus de scénarios pour les auteurs du journal[10]. De ce fait, Le Chinois à deux roues est la dernière grande histoire dessinée par Maurice Tillieux puisque vont suivre trois histoires plus courte, Chaud et froid, Le Grand souffle et Pâtée explosive avant qu'il ne laisse le dessin de la série à Gos[11]. En attendant, l'histoire termine sa publication dans le journal Spirou no 1486 daté du 6 octobre 1966[12]. Elle est ensuite publiée en album broché en 1967[13] et rééditée en album cartonné en 1985[14]. Elle est ensuite publiée dans l'intégrale Tout Gil Jourdan en 1986[13], puis dans une nouvelle édition intégrale en 2010[15].

Analyse[modifier | modifier le code]

Style[modifier | modifier le code]

Graphismes[modifier | modifier le code]

La Chine représentée par Maurice Tillieux dans l'histoire rompt avec les codes graphiques habituels de l'école belge de bande dessinée, qui a tendance à représenter le héros dans un espace pittoresque. Seule une rizière permet d'identifier le pays, les autres éléments graphiques (des petites rivières, des ponts en bois ou encore des plateaux rocheux) pourraient être placés dans n'importe quel autre décor. Autre élément marquant, la pluie qui tombe sans discontinuer d'un bout à l'autre de l'histoire, donne au pays représenté une atmosphère très spéciale, qui à elle seule permet de suggérer la Chine dans l'histoire[16].

Atmosphères[modifier | modifier le code]

L'auteur Maurice Tillieux excellait dans l'art de faire ressentir aux lecteurs l'atmosphère régnant dans ses planches. Le décor fait alors partie de l'action, inspiré des films de l'après-guerre réalisés par Marcel Carné et surtout Henri-Georges Clouzot. L'ambiance devient ainsi pittoresque et la réalité subjective. Dans Le Chinois à deux roues, Maurice Tillieux abandonne les grandes images panoramiques de situation géographique pour aller droit au but dans l'atmosphère recherchée[17]. Il abandonne les codes de la bande dessinée franco-belge, qui représentent l'espace par de larges cadres panoramiques, pour ne donner de la Chine qu'une vague idée et surtout identifier le pays à la pluie qui devient la couleur locale. Autre élément atmosphérique représentant la Chine, de larges plateaux rocheux donnent une impression d'immensité à l'Empire du Milieu[16].

Narration[modifier | modifier le code]

L'histoire est écrite comme un road movie en images fixes. C'est la première fois dans l'histoire de la bande dessinée franco-belge moderne qu'un récit exploite ce genre cinématographique. De l'arrivée des trois héros en Chine, au départ, à la dernière planche du récit, l'histoire se déroule sur la route et raconte les péripéties et les déambulations, en camion, des héros que souhaite arrêter une bande de trafiquants de mobylettes[18].

Humour[modifier | modifier le code]

L'humour étant toujours présent dans la série Gil Jourdan, cet épisode ne manque pas d'humour en arrière fond de l'histoire policière.

Jeux de mots[modifier | modifier le code]

L'action étant ininterrompue d'un bout à l'autre de l'histoire, elle ne laisse pas beaucoup de temps aux jeux de mots. Maurice Tillieux a pour habitude de dédramatiser ses histoires en insérant des jeux de mots pour permettre aux lecteurs de souffler un peu. C'est un procédé qu'il n'utilise pas dans Le Chinois à deux roues preuve que l'auteur ne cherche pas à épargner les jeunes lecteurs à chaque fois[19]. Cette histoire marque aussi une chute spectaculaire du nombre de jeux de mots dans le récit. Dans les histoires précédentes, le nombre de jeux de mots est constant, dans Le Chinois à deux roues la fréquence baisse et les jeux de mots disparaissent carrément après la planche dix-sept[20].

Le jeu de mots à cheval sur la planche seize et dix-sept ne respecte pas le schéma habituel des jeux de mots de Libellule qui veut que celui-ci soit le seul à s'esclaffer et marque un flottement chez les spectateurs de la scène[21]. Ici, la tension est trop intense pour introduire un rire au milieu de l'action. Il y a même une remarque de Gil Jourdan sur la qualité du jeu de mots. Elle permet aussi à l'auteur Maurice Tillieux de démontrer qu'il sait aussi écrire de bons mots et la remarque de Gil Jourdan est aussi une remarque de l'auteur adressée au lecteur[20].

Planche seize B.
Libellule : « Oh ! Vous qui aimez les ponts, patron, je vous en ai trouvé un beau. »
Gil Jourdan : « Je l'avais vu, merci. »
Libellule : « …Pas de Kwaï ! »

Planche dix-sept A.
Gil Jourdan : « Calembour littéraire, bravo ! Tu progresses. S'il n'y avait pas ce pont à passer, je rirais. »

Gags visuels[modifier | modifier le code]

Dans l'histoire Le Chinois à deux roues, les gags visuels sont nombreux et la victime est à chaque fois le pauvre inspecteur Crouton dans ses phases de réveil. Quand il sort du camion c'est pour mieux tomber dans une flaque de boue. La phase sommeil/gag devient presque une structure narrative dans le récit, propre au seul Crouton[4]. Libellule est lui aussi victime de rare gags visuels comme ce panneau « Il est dangereux de se pencher au dehors » qui lui tombe sur le crâne au moment où il sort du camion[22].

Inspiration[modifier | modifier le code]

L'auteur Maurice Tillieux, s'est probablement inspiré de films de camion comme Le Salaire de la peur du réalisateur Henri-Georges Clouzot sorti en 1953 et trois films pour lesquels Michel Audiard a signé l'adaptation : Gas-oil, Un taxi pour Tobrouk et Cent mille dollars au soleil sortis respectivement en 1955, 1960 et 1963 qui ont été de grands succès à l'époque[18]. Maurice Tillieux reconnaît s'être inspiré du roman Le Salaire de la peur écrit par Georges Arnaud en 1950 pour l'atmosphère graphique de l'histoire. D'ailleurs cette même année, Maurice Tillieux publie dans Héroïc-Albums no 34/50[23] l'histoire Parallèle 22 de sa série Félix qui, par la suite, constitue sa principale inspiration pour l'histoire Le Chinois à deux roues[24].

Censure[modifier | modifier le code]

La version album de l'histoire est très légèrement différente de la version publiée dans le journal Spirou en 1966. En effet, dans la case numéro 10 de la planche 23, Libellule explique pourquoi l'inspecteur Crouton dort depuis le début de l'aventure. Dans la version originale parue dans Spirou no 1476 du , Libellule déclare que Crouton fume des cigarettes à l'opium, alors que dans la version album, parue pour la première fois en 1967, il dit que Crouton fume des cigarettes à la paille de riz. En regardant bien la version album on peut s'apercevoir qu'une partie du phylactère a été effacée pour les remplacer par la nouvelle version, car la calligraphie utilisée est différente du reste du phylactère et est de travers. Maurice Tillieux qui a déjà eu des problèmes avec la censure française (le premier album intitulé Libellule s'évade a été interdit en France pendant de longues années pour s'être moqué de la police) s'est probablement autocensuré pour la version album trouvant que faire fumer de l'opium à un policier français était une provocation qui ne valait pas le coup, à moins que les autorités françaises aient de nouveau frappé. Il faut attendre la parution de l'intégrale des histoires de Gil Jourdan aux éditions Dupuis pour que la version originale soit rétablie lors d'une parution en album, l'histoire Le Chinois à deux roues parait en dans le tome no 3[2].

Version originale parue dans Spirou no 1476 en 1966.
« Vous savez ce que vous fumez ?… Des cigarettes à l'opium ! Pas étonnant que vous soyez dans le coton depuis trois jours. »

Version de l'album vendu entre 1967 et 2010.
« Vous savez ce que vous fumez ?… Des cigarettes chinoises ! C'est fait avec de la paille de riz. Pas étonnant que vous soyez dans le coton depuis trois jours. »

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

L'histoire débute sa publication dans le no 1459, un spécial Pâques du journal Spirou daté du , avec deux planches publiées dans ce numéro[25], ainsi que dans le suivant. À partir du no 1461 (), l'histoire passe à une planche publiée par numéro et fait la couverture du journal avec un dessin signé Maurice Tillieux[26]. Ce rythme de parution à une planche par numéro continue jusqu'au no 1473 () où elle repasse à un rythme de deux planches par semaine[27]. La publication de l'histoire prend fin dans le no 1486 daté du [12].

Planche Numéro Page Date
1a, 1b, 2a et 2b 1459 32 et 33 31 mars 1966
3a, 3b, 4a et 4b 1460 8 et 9 7 avril 1966
5a et 5b 1461 8 14 avril 1966
6a et 6b 1462 8 21 avril 1966
7a et 7b 1463 8 28 avril 1966
8a et 8b 1464 4 5 mai 1966
9a et 9b 1465 11 12 mai 1966
10a et 10b 1466 15 19 mai 1966
11a et 11b 1467 12 26 mai 1966
12a et 12b 1468 12 2 juin 1966
13a et 13b 1469 12 9 juin 1966
14a et 14b 1470 12 16 juin 1966
15a et 15b 1471 12 23 juin 1966
16a et 16b 1472 12 30 juin 1966
17a, 17b, 18a et 18b 1473 12 et 13 7 juillet 1966
19a, 19b, 20a et 20b 1474 14 et 15 14 juillet 1966
21a, 21b, 22a et 22b 1475 20 et 21 21 juillet 1966
23a, 23b, 24a et 24b 1476 20 et 21 28 juillet 1966
25a, 25b, 26a et 26b 1477 20 et 21 4 août 1966
27a, 27b, 28a et 28b 1478 18 et 19 11 août 1966
29a, 29b, 30a et 30b 1479 18 et 19 18 août 1966
31a, 31b, 32a et 32b 1480 16 et 17 25 août 1966
33a, 33b, 34a et 34b 1481 14 et 15 1er septembre 1966
35a, 35b, 36a et 36b 1482 10 et 11 8 septembre 1966
37a, 37b, 38a et 38b 1483 10 et 11 15 septembre 1966
39a, 39b, 40a et 40b 1484 10 et 11 22 septembre 1966
41a, 41b, 42a et 42b 1485 12 et 13 29 septembre 1966
43a, 43b, 44a et 44b 1486 10 et 11 6 octobre 1966

Album[modifier | modifier le code]

L'histoire Le Chinois à deux roues est publiée pour la première fois sous forme d'album en 1967. Il est le dixième album de la série publié aux éditions Dupuis et comme tous les autres il est souple et broché[13]. La première édition cartonnée date d'[14].

Intégrales[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, les éditions Dupuis sortent une intégrale nommée Tout Gil Jourdan. L'histoire Le Chinois à deux roues est publiée dans le tome trois[n 1] nommé Aventures exotiques qui sort lors du premier trimestre 1986 en compagnie des histoires L'Enfer de Xique-Xique, Le Gant à trois doigts et L'Armée évanouie, un texte illustré. Cette intégrale ressort en pour un tirage de luxe avec une reliure vert-bouteille[13].

Une nouvelle intégrale de la série en quatre tomes sort entre 2009 et 2010. L'histoire Le Chinois à deux roues est publiée dans le tome trois, sous-titré 1964-1970, en compagnie des histoires Le Gant à trois doigts, Chaud et froid, Le Grand souffle, La Maison du mystère, Pâtée explosive, La Guerre en caleçon, Les Vacances de Crouton et La Bouteille, ainsi que des textes illustrés Le Bruit, L'Armée évanouie et Pris au piège. Ce troisième tome sort en 2010 aux éditions Dupuis[15].

Chiffres de vente[modifier | modifier le code]

Les éditions Dupuis ne communiquent jamais leurs chiffres de vente, mais, au , les seize albums de la série Gil Jourdan ont été vendus à 495 000 exemplaires, soit 93 438 exemplaires vendus pour chaque tome de la série, la onzième meilleure vente de la maison d'édition[28].

Critiques[modifier | modifier le code]

La sortie du tome trois de l'Intégrale de la série en 2010, qui contient l'histoire, permet la parution de critiques sur Le Chinois à deux roues. Le site Senscritique.com qualifie le récit de « chef-d'œuvre », il souligne notamment que le rythme et l'intensité ne faiblissent à aucun moment, que la paire Libellule-Crouton fonctionne parfaitement et que l'auteur Maurice Tillieux est au sommet de son art graphique et dans sa maîtrise des couleurs. Finalement le site lui donne l'excellente note de neuf sur dix[29]. Pour le site Krinein.com, Maurice Tillieux est « au sommet de son art dans le scénario, le dialogue et le dessin », mais regrette l'humour « potache » de Libellule[30]. L'histoire est qualifiée comme « l'une des meilleurs de la série » par le site Graphivore.be[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Monographie de la bande dessinée : M. Tillieux, p. 38.
  2. a et b Gil Jourdan l'intégrale no 3, p. 13.
  3. Un trio inoubliable (suite), p. 72.
  4. a et b Un trio inoubliable (suite), p. 77.
  5. a, b et c Monographie de la bande dessinée : M. Tillieux, p. 54.
  6. Crisse, « Portfolio Hommage à Maurice Tillieux », sur Bdlire86.free.fr (consulté le 4 novembre 2011).
  7. Collectif, « Le journal de Spirou en 1966 », sur Bdoubliees.com (consulté le 6 octobre 2011).
  8. Collectif, « Gil jourdan dans le journal de Spirou », sur Bdoubliees.com (consulté le 6 octobre 2011).
  9. Gil Jourdan l'intégrale no 3, p. 9.
  10. Les Cahiers de la bande dessinée no 34 - Maurice Tillieux, p. 15.
  11. Gil Jourdan l'intégrale no 3, p. 14.
  12. a et b JMF, « Album 103 », sur Tout.spirou.pagesperso-orange.fr (consulté le 6 octobre 2011).
  13. a, b, c et d BDM, p. 394.
  14. a et b Collectif, « 10a. Le Chinois à 2 roues », sur Bedetheque.com (consulté le 26 octobre 2011).
  15. a et b Collectif, « L'intégrale 3 », sur Bedetheque.com (consulté le 26 octobre 2011).
  16. a et b Socio-Géographie des lieux chez Maurice Tillieux (suite), p. 37.
  17. Socio-Géographie des lieux chez Maurice Tillieux (1re partie), p. 94.
  18. a et b Gil Jourdan l'intégrale no 3, p. 10.
  19. Le jeu de mots chez Tillieux (suite), p. 67.
  20. a et b Le jeu de mots chez Tillieux (suite), p. 68.
  21. Le jeu de mots chez Tillieux, p. 73.
  22. Un trio inoubliable (suite), p. 87.
  23. Bibliographie de Maurice Tillieux, p. 41.
  24. Gil Jourdan l'intégrale no 3, p. 11.
  25. JMF, « Album 100 », sur Tout.spirou.pagesperso-orange.fr (consulté le 6 octobre 2011).
  26. JMF, « Album 101 », sur Tout.spirou.pagesperso-orange.fr (consulté le 6 octobre 2011).
  27. JMF, « Album 102 », sur Tout.spirou.pagesperso-orange.fr (consulté le 6 octobre 2011).
  28. Histoire de Spirou et des publications Dupuis, p. 18.
  29. Raisin_ver, « Critique de Le Chinois à 2 roues - Gil Jourdan, tome 10 », sur Senscritique.com,‎ (consulté le 3 novembre 2011).
  30. Plienard, « Critique Gil Jourdan - Tome [[[sic]]] 9 à 12 », sur Krinein.com,‎ (consulté le 3 novembre 2011).
  31. Dom, « Gil Jourdan (tome 3) - L'intégrale », sur Graphivore.be,‎ (consulté le 3 novembre 2011).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. sur huit, mais l'ensemble de ces tomes contient aussi l'intégrale de la série César et Marc Jaguar.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Jean Jour, Monographie de la bande dessinée : M. Tillieux, Éditions du Perron, , 125 p. (ISBN 2-87114-011-1)
  • José-Louis Bocquet, Gil Jourdan l'intégrale no 3, Italie, Dupuis, , 240 p. (ISBN 978-2-8001-4705-5) (L'intégrale contient un dossier sur la série)
  • Collectif, Trésors de la bande dessinée : BDM, Villorba, Éditions de l'Amateur, , 1295 p. (ISBN 978-2-85917-491-0)
  • Philippe Brun, Histoire de Spirou et des publications Dupuis, Luçon, Glénat, (ISBN 2-7234-0212-6)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Hermann, « Entrevue avec Maurice Tillieux », Schtroumpf : Les cahiers de la bande dessinée, no 34,‎ , p. 7 à 22
  • « Bibliographie de Maurice Tillieux », Schtroumpf : Les cahiers de la bande dessinée, no 34,‎ , p. 50
  • Patrick Doigneaux, « Socio-Géographie des lieux chez Maurice Tillieux (1re partie) », Bédésup, no 22/23,‎ , p. 91-94 (ISSN 0224-9588)
  • Patrick Doigneaux, « Socio-Géographie des lieux chez Maurice Tillieux (suite) », Bédésup, no 27,‎ , p. 36-40
  • Didier Quella, « Le jeu de mots chez Tillieux », Bédésup, no 22/23,‎ , p. 73-79
  • Didier Quella, « Le jeu de mots chez Tillieux (suite) », Bédésup, no 24/25,‎ , p. 67-70
  • Patrick Doigneaux, « Un trio inoubliable (suite) », Bédésup, no 29/30,‎ , p. 69-90

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 décembre 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.