Laurence D. Fink

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Larry Fink)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laurence D. Fink
Laurence Douglas Fink (cropped).jpg
Fonction
Président-directeur général (en)
BlackRock
depuis
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Laurence Douglas FinkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Manhattan, North Salem (en), VailVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
BlackRock (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Parti politique
Site web

Laurence Douglas Fink dit Larry Fink, né en 1952, est un homme d'affaires américain qui est le président-directeur-général de l'entreprise BlackRock[1], la plus grosse société de gestion d'actifs et d'investissements au monde avec près de 6 960 milliards dollars américains sous gestion à fin [2] (dont environ les 2/3, dans le monde, étaient fin 2018 liés à l'épargne-retraite[3]).

Formation et début de carrière[modifier | modifier le code]

Larry Fink se présente comme fils d'un vendeur de chaussures ayant grandit dans une famille juive dans les banlieues modestes de Los Angeles. Il est diplômé d'une licence en science politique (1974) et d'une maîtrise en administration des affaires (1976) de l'Université de Californie à Los Angeles[4].

Après ses études, Larry Fink rejoint New York et travaille pour la banque First Boston, où il participe à la mise en place du marché de la titrisation. Il y devient, à 29 ans, le plus jeune directeur de l'histoire de la banque[4]. En 1986, alors qu'il a déjà réalisé plusieurs gros coups boursiers, Larry Fink mise sur une augmentation des taux d'intérêts et une réduction des pré-paiements par les contracteurs de prêts immobiliers, ce qui provoque sa première perte majeure, atteignant les 100 millions de dollars. En 1987, il reconnaît dans une interview avec le New York Times que « parfois nos technologies, en créant de la valeur mobilière, dépassent notre capacité à la maîtriser ». Son ascendance dans le monde de Wall Street et sa chute soudaine sont reprises dans le livre Le Cygne noir[5]. Il quitte First Boston en 1988 pour fonder avec Rob Kapito un gestionnaire d’actifs spécialisé en matière de risques au sein de la banque BlackStone. En 1995, Fink crée la filiale BlackRock dédiée aux activités de gestion financière[6],[4].

Larry Fink soutient Barack Obama dans sa campagne présidentielle de 2008[7].

Après l'élection présidentielle américaine de 2016, il fait partie du conseil économique de Donald Trump[8].

Selon l'ONG Attac, en novembre 2017, Larry Fink est venu en France (dans les salons de l’Elysée, privatisés pour l'occasion), avec d'autres dirigeants de BlackRock « auditionner plusieurs ministres qui avaient alors pour mission de leur expliquer combien la politique économique menée depuis 2017 est favorable à leurs intérêts, afin de les encourager à « choisir la France » pour leurs futurs investissements » et la même année (en juin), BlackRock a publié un document de 16 pages intitulé « Loi Pacte : Le bon plan Retraite ». Dans cette note, BlackRock fait 14 « recommandations » au gouvernement français, l'invitant notamment à envisager d'imposer l'épargne-retraite dans les entreprises, au-delà des régimes de base et complémentaires (« il faudra envisager un horizon à partir duquel les employeurs pourraient être contraints de proposer un dispositif d’épargne retraite à leurs salariés. De même, au niveau des professions indépendantes, l’adhésion à un plan d’épargne-retraite pourrait faire partie des obligations une fois que certaines conditions de revenus seraient atteintes »[9] ou encore à ouvrir les produits à des supports domiciliés au Luxembourg ou en Irlande (deux pays qui sont, ajoute Attac, « des paradis fiscaux notoires ») ; « la liste des sous-jacents d’investissement éligibles aux dispositifs d’épargne salariale gagnera à être étendue aux SICAV de droit étranger, afin de stimuler la concurrence et la portabilité au profit des épargnants. Un grand nombre de gestionnaires d’actifs ont des gammes de fonds domiciliées au Luxembourg ou en Irlande, qui sont aujourd’hui exclues de cette offre »[9].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Salaire[modifier | modifier le code]

Fink reçoit un salaire de 22,7 millions USD en 2010[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Larry Fink rencontre sa femme Lori, une photographe professionnelle, à 17 ans. Ils ont 3 enfants[4]. L'aîné de ses enfants, Joshua Fink, est PDG du fonds de pension Enso Capital[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Profile: Laurence D. Fink », sur https://people.forbes.com, Forbes.com, (consulté le 26 janvier 2010).
  2. (en) « About us », sur blackrock.com, (consulté le 11 avril 2017).
  3. , voire la référence n°2, page
  4. a b c d et e (en) Henny Sender, « Man in the News: Larry Fink », sur Ft.com,
  5. (en) Charles Gasparino, « How Wall Street Collapsed--The Last Time », sur Forbes.com, .
  6. BlackRock, le fonds de pension américain patron du Cac 40, Ouest-France, 22 septembre 2016.
  7. Larry Fink : «Combattre le changement n'est pas une solution», interview dans Le Figaro du 27 mai 2016.
  8. Total et BlackRock gardent confiance dans la transition énergétique, Les Échos, 7 juin 2017.
  9. a et b Cirelli J-F (...), 2019 Loi Pacte : le bon plan Retraite
  10. (en) « The Wall Street Journal Survey of CEO Compensation », The Wall Street Journal, (consulté le 1er juin 2011).
  11. (en) A Second-Generation Fink Rises in Finance - 8 September 2008, The New York Times Company.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Fiche sur businessweek.com