Sītā

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La princesse Sītā dans une version dansée javanaise du Ramayana (2007).

Sītā (sanskrit : सीता) est une divinité de l'hindouisme. C'est un des avatars (incarnation divine) de Lakshmi, la compagne de Vishnu[1].

Dans le Rāmāyaṇa, Sītā est l'épouse de Rāma avec qui elle connaît une vie sentimentale tourmentée.

Elle personnifie la terre cultivée et sa végétation, et symbolise la fertilité[2].

Mythe[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

Dans les premières versions de la légende de Rama, peu d'informations sont données sur la parenté de Sita. Néanmoins, les premiers textes la désignent comme fille de Janaka. Il est possible que Valmiki, poète à qui la tradition attribue la composition du Ramayana, ait considéré Sita comme l'enfant de Janaka. Le début du Ramopakyana, texte du Mahabharata, mentionne Sita comme la fille de Janaka. Dans le Padmacaritra, plus ancien (3e ou 4e siècle de notre ère), la mère de Sita est la reine Videha. De plus, toujours selon ce texte, Sita a un frère jumeau, Bhamandala. Une autre légende raconte la naissance de Sita, cette fois miraculeuse : alors que Janaka laboure la terre pour préparer un sacrifice, un nourrisson de sexe féminin surgit du sillon. Janaka l'adopte et la nomme "sillon" (Sita). Camille Bulcke émet l'hypothèse que cette légende provient du nom de Sita, qui signifie sillon, ce nom étant par ailleurs donné à des filles à cette époque. Des textes ultérieurs détaillent davantage la naissance de Sita ; dans l'un d'eux, c'est la narratrice. Dans d'autres récits, Sita nait de Mandodari et sort de la terre plus tard. Il existe encore d'autres versions du mythe. Dans un autre texte hindou, le Dasavarata-carita, Sita nait d'un lotus. Sita y est assimilée à Laskshmi, elle a aussi pour nom Padma (lotus). Trouvée sur un lotus d'or par Ravana, elle est emmenée à Lanka, et donnée à Mandodari. Narada lui prédit que Ravana sera amoureux d'elle : Mandodari la fait enterrer dans une boîte d'or, dans un pays lointain. Elle est ensuite trouvée par Janaka. Cette dernière version est cependant peu répandue [3].

Le personnage de Sita au cinéma[modifier | modifier le code]

L'artiste américaine Nina Paley a réalisé un film d'animation reprenant l'histoire du Ramayana du point de vue de Sita : Sita Sings the Blues (2005).

Diamant bleu de la Couronne[modifier | modifier le code]

La légende du Diamant bleu de la Couronne (ou « Bleu de France », acheté par Louis XIV) veut que la pierre précieuse ait été volée sur une statue de la déesse Sita.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 203, (ISBN 8170945216)
  2. Gérard Huet, Dictionnaire Héritage du Sanscrit (lire en ligne)
  3. Camille Bulcke, « La naissance de Sītā », sur www.persée.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :