La Grimaudière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Grimaudière
La Grimaudière
L'église Saint-Cybard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Intercommunalité Communauté de communes du Pays loudunais
Maire
Mandat
Claude Sergent
2020-2026
Code postal 86110, 86330
Code commune 86108
Démographie
Population
municipale
397 hab. (2017 en augmentation de 5,31 % par rapport à 2012)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 29″ nord, 0° 01′ 07″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 121 m
Superficie 19,09 km2
Élections
Départementales Canton de Loudun
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
La Grimaudière
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
La Grimaudière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Grimaudière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Grimaudière

La Grimaudière est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

En Haut-Poitou, dans le nord-ouest du département de la Vienne, La Grimaudière est une commune arrosée par la Dive. Deux autres communes lui sont associées : Notre-Dame-d'Or et Verger-sur-Dive.

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune dériverait du nom de la famille Grimaud, par lequel le lieu a été désigné sous la forme de Paganus Grimaudi en 1219, puis Grimauderia à partir de 1282[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la suite d'un arrêté préfectoral du , La Grimaudière entre en fusion-association le avec celles de Notre-Dame-d'Or et Verger-sur-Dive qui deviennent associées à La Grimaudière[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 septembre 2013 André Gonnord[3],[4]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2017, la commune comptait 397 habitants[Note 1], en augmentation de 5,31 % par rapport à 2012 (Vienne : +1,59 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250277260270275274267280267
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
283280307335351361373350349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
350336330321299312337315339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
290284480467459402393392377
2017 - - - - - - - -
397--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008,selon l'Insee, la densité de population de la commune était de 20 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[9], il n'y a plus que 23 exploitations agricoles en 2010 contre 31 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 1 946 hectares en 2000 à 1 826 hectares en 2010. 64 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 21 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 1 % pour les protéagineux (pois), 3 % pour le fourrage et moins de 1 % en herbes. En 2010, un hectare (3 en 2000) est consacré à la vigne[9].

Quatre exploitations en 2010 (contre sept en 2000) abritent un élevage de chèvres (1 422 têtes en 2010 contre 2 113 têtes)[9]. C’est encore un des troupeaux importants de caprins du département de la Vienne (74 500 têtes en 2011) qui est le deuxième département pour l’élevage des chèvres derrière le département des Deux-Sèvres[10].

Les élevages de bovins et d'ovins ont disparu en 2010 (respectivement 69 têtes sur trois fermes et 16 têtes sur quatre exploitations en 2000)[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Cybard se dresse au cœur du village, non loin de la source et de l'ancien château. Une tourelle extérieure abrite l'escalier du clocher. Le clocher-mur soutient deux cloches. La plus ancienne date de 1780 et a été baptisée Saint Cybard. Elle pèse 88 kg et sonne mi. La deuxième pèse 125 kg et date de 1967. Elle sonne . Le mur latéral nord possède deux contreforts. Le mur sud est orné d'une corniche romane à modillons présentant les sept péchés capitaux. L'unique nef est entièrement voutée en ogive. Elle comporte trois travées. Elle se termine par un chœur et une abside romane. Treize vitraux éclairent l'édifice. Le plus ancien date du XIXe siècle. Sept d'entre eux ont été inaugurés en 1992. Ils sont du maître verrier Rouillard. Depuis le jubé, des peintures du XIXe siècle couvrent les trois voûtes. L'église est inscrite comme Monument Historique depuis 1926.
  • L'église de Notre-Dame-de-Notre-Dame-d'Or est d'origine romane. Elle a été fortement remaniée à la suite d'un incendie. Le clocher-mur abrite deux cloches, l'une date de 1858 et l'autre de 1989. La statue de la Vierge située au-dessus du portail date de l'an 2000. Elle remplace une statue polychrome qui est, maintenant, installée dans l'église. Les deux travées du chœur sont classées Monument Historique depuis 1942. Deux colonnes romanes sont surmontées de chapiteaux. L'un d'eux est orné de feuilles d'acanthe et l'autre de deux sirènes hybrides à tête barbue et corps d'oiseaux. Ce dernier est classé comme Monument Historique depuis 1942. L'église abrite trois retables du XVIIe siècle en calcaire. Le retable du maître-autel est dédié à l'Assomption de la Vierge. Les deux autres représentent la Pentecôte et l'Ascension.
  • L'église de la Grimaudière est inscrite comme Monument Historique depuis 1926.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  2. Commune de la Grimaudière sur le site de l'Insee, consulté le 27 décembre 2016.
  3. Décédé en fonctions.
  4. Le maire de La Grimaudière s'éteint à l'âge de 76 ans sur le site de la Nouvelle République, consulté le 12 septembre 2013.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. a b c et d Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Agreste – Bulletin n°12 de Mai 2013
  11. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011