Sauzé-Vaussais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sauzé-Vaussais
Pigeonnier de la poste royale.
Pigeonnier de la poste royale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Niort
Canton Melle
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur du Poitou
Maire
Mandat
Michel Éprinchard
2014-2020
Code postal 79190
Code commune 79307
Démographie
Population
municipale
1 618 hab. (2014)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 10″ nord, 0° 06′ 21″ est
Altitude Min. 117 m
Max. 187 m
Superficie 19,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Sauzé-Vaussais

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Sauzé-Vaussais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sauzé-Vaussais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sauzé-Vaussais

Sauzé-Vaussais est une commune française, située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Située dans le Sud des Deux-Sèvres, sur l’axe Nantes/Limoges (D948), à proximité de l’axe Paris/Bordeaux, Sauzé-Vaussais porte bien son slogan « au cœur de la région Poitou-Charentes ». Chef-lieu du canton, la commune compte 1 684 habitants et à une superficie de 1 908 hectares, membre de la Communauté de communes du Cœur du Poitou qui regroupe 27 communes et 12 000 habitants, elle fait partie du Pays Mellois. À seulement 60 km de Poitiers, 60 km d’Angoulême et 55 km de Niort et 45 km du Marais Poitevin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sauze vausais
Mairé-Levescault Pliboux Limalonges
La Chapelle-Pouilloux Sauze vausais Montalembert
Lorigné Montjean
(Charente)
Londigny (Charente)

Économie[modifier | modifier le code]

Un tissu de petites et moyennes entreprises notamment dans la filière bois fait de Sauzé-Vaussais un pôle économique important. Il est à remarquer que ces entreprises sont en majorité familiales et qu’elles y sont implantées depuis de très nombreuses années, sans avoir recours à la délocalisation.

Quelques chiffres en diront un peu plus :

  • 680 emplois privés
  • 142 emplois publics, dont 63 sous l’autorité de la commune.
  • 103 entreprises œuvrant dans différents secteurs, parmi lesquels : le travail du bois, le bâtiment, les transports, les services, les travaux publics et l’agriculture. De plus, une zone artisanale en création permettra prochainement à de nouvelles entreprises de s’installer.

Les services de santé sont largement présents sur la commune, dotée également d’un foyer logement hébergeant plus de 50 résidents. Mais Sauzé-Vaussais favorise aussi l’intégration des jeunes. Pour ce faire, elle a construit en juillet 2005 une maison communale des jeunes où sont accueillis aujourd’hui environ 80 adhérents de 12 à 17 ans, de la commune et du canton. Un centre de loisirs sans hébergement pour les enfants de 4 à 12 ans et une base de loisirs gérés par la société d’éducation populaire, complètent l’offre dédiée aux jeunes.

Sauzé-Vaussais s’attache également à préserver le tourisme, pour ce faire le village de vacances situé sur le site du Puy d’Anché, construit en 1969 subit actuellement une rénovation importante, le camping, la piscine, les cours de tennis, le gymnase et l’étang du Bois Meunier sont autant de lieux où les vacanciers peuvent trouver un coin tranquille pour se reposer ou s’adonner à leur activité favorite. La commune accueille ainsi tous les ans en janvier, le Festival de l’humour et du rire. En août les jeux inter-communes, la brocante, le marché des producteurs. En novembre, la foire aux vins et à la gastronomie et en décembre le marché de Noël.

Culture[modifier | modifier le code]

Foire du 30 août dite foire au melon, fête foraine, foire du 19 novembre, marché tous les jeudis et samedis, festival du rire, peintre dans les rues, foire à la brocante en juillet, tous commerces en ville.

À la fin de l'été, l'association les jeunes sauzéens (LJS) vous propose d'assister aux jeux intercommunes. À l'occasion des deux derniers week-end d'août, huit communes se rencontrent au cours de ces joutes festives organisées sur le pré de la Chaume. Malgré l'incroyable enjeu (le trophée de champion intercommunal), les équipes les plus appréciées restent celles qui savent perdre avec élégance et bonne humeur.

Depuis 2012, la commune accueille les "Nuits Romanes", spectacle gratuit organisé au mois d'août avec le soutien du conseil régional Poitou-Charentes, et qui attire un nombreux public de tous âges.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Sauzé-Vaussais a vu au cours des siècles de nombreux affrontements :

Bataille de Voulon entre les Francs et les Wisigoths, au début du VIe siècle, bataille de Poitiers en 732. Plus tard, ce furent les envahisseurs francs qui ravagèrent le territoire de la province. Sans doute, les habitants de Sauzé ne furent-ils pas plus épargnés lorsque Pépin le Bref incendia l’abbaye de Mairé.

Des deux seigneuries de Sauzé, la Chaume était la moins étendue ; celle du Breuil, après avoir appartenu aux De Losne, était au moment de la Révolution la propriété des Prévost Sansac.

La commanderie de Sauzé, établie dès 1184, dépendait de celle de Civray. La chapelle devint plus tard celle des hospitaliers, et servit longtemps d’église paroissiale ; les bâtiments de la commanderie furent vendus comme biens nationaux pendant la Révolution.

Vers 1884, une quinzaine de pièces d’or aux effigies de Philippe VI, Jean le Bon, Édouard V et du Prince Noir ont été découvertes à Sauzé.

  • Vaussais :

Vaussais fut longtemps la seule paroisse de la commune ; elle dépendait autrefois de l’archiprêtré de Chaunay et de l’élection de Poitiers.

L’église de Vaussais, dédiée à saint Junien, avait été léguée à Saint-Étienne de Limoges en 1013 par un certain Doctrinus.

Fortement endommagée au cours des guerres de religion, elle fut restaurée en 1681 grâce aux libéralités des seigneurs du Puy d’Anché, qui y possédaient une chapelle et, dans le chœur, un droit de banc.

Elle est classée monument historique depuis 1907, et subit depuis plusieurs années, une lourde campagne de restauration, concernant en particulier le chœur et le transept. De ce fait, elle n'est actuellement ouverte, ni au public, ni au culte.

  • La légende de la Grosse Borne :

À Vaussais, le puits de Saint-Junien rappelle le souvenir du patron des laboureurs du Poitou. La légende raconte que les gens du pays agressèrent un jour l’anachorète et le lapidèrent. Junien posa sur le sol une grosse pierre et défendit à ses poursuivants d’aller plus loin. La plupart obéirent, mais quelques effrontés poursuivirent leur marche en avant. Ceux-là, dès le lendemain, furent atteints de la maladie du goitre et leurs descendants, dit–on, souffrirent de la même gênante infirmité pendant plusieurs générations.

  • Sauzé-Vaussais au XIXe siècle :

On trouvait à Sauzé-Vaussais au début du XIXe siècle, deux notaires, un receveur des domaines une brigade de gendarmerie et un bureau de Poste. Les terres sont assez fertiles et produisent froment, baillarge, seigle, maïs, avoine et pommes de terre. On sème aussi des prairies artificielles. Il existe un moulin à eau, que fait tourner pendant le tiers de l’année seulement le ruisseau de la Péruze. Il se fabrique quelques pièces de toile et d’étoffe grossière pour l’usage des cultivateurs. Une tuilerie et des halles existent également. Ils se tenaient seize foires annuelles ; les marchés avaient lieu chaque jeudi.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason D'azur à la tour de l'Horloge du lieu d'argent essorée de sable, surmontée de l'inscription d'argent « SAUZE-VAUSSAIS » elle-même surmontée de cinq tours d'or, ouvertes et ajourées de sable, rangées en fasce.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Façade de la mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 décembre 2007 Michel Heurtebise   décédé en fonctions
mars 2008   Michel Eprinchard[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Sauzé-Vaussais, cela correspond à 2004, 2009, 2014[2], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, etc.) sont des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 232 1 295 1 219 1 431 1 629 1 654 1 662 1 834 1 857
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 847 1 858 1 855 1 742 1 745 1 769 1 815 1 749 1 709
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 714 1 685 1 686 1 525 1 636 1 641 1 635 1 721 1 633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 642 1 688 1 728 1 738 1 755 1 661 1 642 1 632 1 618
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pigeonnier de la Poste royale.

Manoir du Puy d'Anché, village de vacances, Horloge et église romane de Vaussais, plan d'eau, halles, pigeonnier.

  • Pigeonnier de Vignaud :

Propriété de la famille Coulleau du Vigneau en 1463, ce pigeonnier faisait partie des bâtiments de la Poste royale de Sauzé.

D’architecture originale, le pigeonnier de la Poste royale est constitué d’une base carrée, percée de quatre voûtes en plein cintre. Le clé de voûte est finement sculptée aux armes de la famille Coulleau du Vigneau.

L’étage contenant 260 boulins est octogonal, percé d’une porte d’accès encadré de 4 blasons indéchiffrables pour avoir été martelés pendant la Révolution. Le passage des pigeons se faisait par les deux chiens assis, ouverts à l’origine au sud-ouest et au nord-ouest.

Les ruines du pigeonnier furent données à la commune en 1993. Les travaux de déblaiement et de démontage commencèrent début novembre 1993, et s’achevèrent fin décembre 1996. Il fut transporté et remonté en 1999 sur la déviation de la RD 948. Une partie de sa voûte a été volontairement laissée béante, afin de laisser apercevoir les boulins de terre cuite et la charpente en châtaigner.

La commune a acquis et nettoyé un petit bois attenant et l’emplacement du pigeonnier a été aménagé en aire de repos.

Tour de l'horloge, place de la mairie.
  • Tour de l'Horloge :

La tour de l’Horloge est sortie de terre en 1840. Elle était le point central des Halles, qui accueillaient au 1er étage les services de la mairie et de la justice de paix.

C’est vers 1824, que les habitants de Sauzé et les marchands ont réclamé la mise en place d’une horloge.

En 1839, la mairie décide la construction d’une tour carrée afin d’installer la fameuse horloge municipale. Mais le conseil a finalement abandonné son projet au profit de la construction sur les halles d’une salle de mairie et de justice de paix, et un clocher (l’actuelle tour).

Plus tard, au début du XXe siècle, les salles ont été détruites et seule la tour a été conservée

  • Les Halles :

Sur la place du marché étaient situées des anciennes halles, bâtiment en bois couvert de tuiles ; ces dernières ont été détruites au début du XXe.

En 1870, à la place du centre socio-culturel actuel, fut posée la première pierre de la Halle aux blés, ou halles aux grains. Victime d’un premier dommage en février 1935 après le passage d’une tempête, elle a été totalement détruite en juin 1944, pendant la guerre.

Les nouvelles halles construites au début des années 1950, ont été financées par des fonds d’État, suite aux dommages de guerre.

Plusieurs salles ont été plus tard aménagées à l’étage et les halles ont été rebaptisées Centre socio-culturel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  2. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 26 avril 2012)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .