Karl Boès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl Boès
Karl Boès.jpg

Karl Boès

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nationalité
Activités
journaliste, éditeurVoir et modifier les données sur Wikidata

Karl Boès ( - ) est un éditeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En avril 1900, après la mort de Léon Deschamps survenue le 28 décembre 1899, son fondateur et directeur, la revue La Plume est reprise par Karl Boès. Il y publie en particulier les contributions du poète Saint-Pol-Roux.

D'aucuns jugent[Qui ?] que la mort de Léon Deschamps précipita le déclin de La Plume. Sans doute fut-il, comme Alfred Vallette, un excellent directeur de revue. Car s'il fallait rendre hommage à Karl Boès, fort est de constater que La Plume eut, sous sa direction, quelques numéros remarquables.

Karl Boès mit la revue La Plume au service de la défense de Laurent Tailhade en diffusant le 11 octobre 1901 le texte d'une protestation ainsi libellée : « Mon cher confrère, Une grave condamnation vient d'être prononcée par les juges de la 9e chambre contre notre confrère Laurent Tailhade. Pour un écrivain, la liberté de penser ne saurait se comprendre sans la liberté d'écrire. Nous vous demandons donc très instamment de protester avec nous contre cette atteinte à la liberté de penser... Les soussignés, écrivains et artistes, ne jugeant pas l'article incriminé mais agissant au nom des droits de la Pensée, protestent énergiquement contre la condamnation de leur confrère Laurent Tailhade. »

Parmi les signataires de grands noms comme Paul Adam, Alphonse Allais, Félix Fénéon, Émile Zola et bien d'autres…

Karl Boès suspend la parution de La Plume durant l'été 1905. Elle reparut en 1911 avec une nouvelle équipe et son dernier numéro sortit en janvier 1914.

Liens externes[modifier | modifier le code]