L'Homme invisible (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Homme invisible.
L'Homme invisible
Image illustrative de l'article L'Homme invisible (roman)
Couverture de l'édition originale anglaise de 1897

Auteur H. G. Wells
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre The Invisible Man
Éditeur C. Arthur Pearson (Londres)
Date de parution juillet 1897
Version française
Traducteur Achille Laurent
Éditeur Paul Ollendorff
Date de parution 1901
Type de média Livre papier

L'Homme invisible est un roman de science-fiction de H. G. Wells, publié en 1897.

Résumé[modifier | modifier le code]

Après quinze ans de recherches ruineuses, l'albinos Griffin invente une formule scientifique permettant de devenir invisible. Ayant réussi une expérience sur le chat de sa voisine, le savant décide d'expérimenter la formule sur lui-même, notamment pour fuir ses créanciers, avant de déclencher un incendie visant à effacer ses traces.

Néanmoins, Griffin supporte fort difficilement les nombreux inconvénients générés par son invisibilité. D'un naturel caractériel et misanthrope, en butte à mille difficultés matérielles l'empêchant de poursuivre ses expérimentations, il sombre progressivement dans la démence.

Profitant de son pouvoir, Griffin commence par se livrer à de menus larcins pour subsister, en pillant des boutiques puis en dévalisant et en assommant des particuliers. S'enfonçant de plus en plus dans la délinquance, rejeté de l'humanité, l'homme invisible finit par se sentir invincible. Fuyant le village d'Iping dans le Sussex de l'Ouest après y avoir été confondu à la suite d'un vol, le savant parvient dans la petite ville de Port Burdock où il rencontre fortuitement le docteur Kemp, un ancien condisciple à qui il confie son histoire.

Effrayé par l'immoralité et les projets criminels de l'homme invisible, Kemp trahit ce dernier en le dénonçant aux autorités locales. Griffin parvient à s'échapper mais cette dernière vexation le plonge irrémédiablement dans une folie mégalomaniaque. Tenant Port Burdock sous sa coupe, il affiche subrepticement des messages où il se proclame avec superbe « Invisible Ier », maître d'un empire dans lequel cesse l'autorité de la Reine. L'homme invisible annonce qu'il débutera son règne terroriste en « exécutant » le docteur Kemp. In fine, alors que Griffin tente de commettre cet assassinat, des habitants parviennent collectivement à le saisir avant de le lyncher. Le cadavre du savant redevient alors visible.

Hypothèse[modifier | modifier le code]

Certains scientifiques estiment qu'un homme invisible serait aveugle. Wells connaissait cette hypothèse[1].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

série télévisée britannique de 26 épisodes de 30 minutes, diffusée en 1959 ;
série télévisée américaine en 13 épisodes de 49 minutes diffusée en 1975. Avec David McCallum dans le rôle du Docteur Daniel Westin.
série télévisée américaine en 13 épisodes de 49 minutes diffusée en 1976. Avec Ben Murphy dans le rôle de Sam Casey. Dans cette série le héros utilise une montre de haute technologie pour devenir invisible.
minisérie de 6 épisodes de 26 minutes ou 3 épisodes de 50 minutes. Créée par Barry Letts du 4 septembre au 9 octobre 1984 sur BBC One. Avec Pip Donaghy (L'homme invisible), Michael Sheard (Le révérend Bunting).
série télévisée américaine en 46 épisodes de 42 minutes diffusée sur Sci-Fi, en France sur TF1.

Série animée[modifier | modifier le code]

Une série française d'animation en 26 épisodes de 26 minutes produite par Antefilms Production. Alan Crystal est un adolescent qui à cause d'un accident devient invisible et qui jongle entre ses amitiés, son invisibilité, et son activité de super-héros.

Bande dessinée / Comics[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Romans et nouvelles inspirés du récit de Wells[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

L'Homme invisible de H. G. Wells, couverture illustrée par Ludvík Strimpl pour l'édition française chez Calmann-Lévy (1912).
  • (en) Bernard Bergonzi, The Early H.G. Wells : A Study of the Scientific Romances, Manchester / Toronto, Manchester University Press / University of Toronto Press, , X-226 p. (présentation en ligne), chap. 4 (« The Wonderful Visit, The Island of Dr. Moreau, and The Invisible Man »), p. 89-122.
  • (en) Rachel A. Bowser, « Visibility, Interiority, and Temporality in The Invisible Man », Studies in the Novel, Johns Hopkins University Press, vol. 45, no 1,‎ , p. 20-36 (lire en ligne).
  • (en) Paul A. Cantor, « The Invisible Man and the Invisible Hand : H. G. Wells's Critique of Capitalism », The American Scholar, The Phi Beta Kappa Society, vol. 68, no 3,‎ , p. 89-102 (lire en ligne).
  • (en) Paul A. Cantor et Laura Sinclair Odelius, « The Invisible Man and the Invisible Hand : [with replies] », The American Scholar, The Phi Beta Kappa Society, vol. 68, no 4,‎ , p. 151-153 (lire en ligne).
  • (en) Philip Holt, « H.G. Wells and the Ring of Gyges », Science Fiction Studies, Greencastle (Indiana), SF-TH Inc, vol. 19, no 2,‎ , p. 236-247 (lire en ligne).
  • (en) David J. Lake, « The Whiteness of Griffin and H.G. Wells's Images of Death, 1897-1914 » [« La blancheur de Griffin, images de la mort dans l'œuvre de Wells, 1897-1914 »], Science Fiction Studies, Greencastle (Indiana), SF-TH Inc, vol. 8, no 1,‎ , p. 12-18 (lire en ligne).
  • (en) David J. Lake, « Port Burdock in The Invisible Man : Where does Griffin die ? », The Wellsian, The H.G. Wells Society, vol. 23,‎ , p. 24-34.
  • (en) Frank McConnell, The Science Fiction of H.G. Wells, New York / Oxford, Oxford University Press, coll. « Science-fiction Writers Series », , IX-235 p. (ISBN 0-19-502811-2, présentation en ligne).
  • (en) Steven McLean, The Early Fiction of H.G. Wells : Fantasies of Science, Basingstoke, Palgrave Macmillan, , 242 p. (ISBN 978-0230535626, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • (en) Anne Stiles, « Literature in « Mind » : H. G. Wells and the Evolution of the Mad Scientist », Journal of the History of Ideas, University of Pennsylvania Press, vol. 70, no 2,‎ , p. 317-339 (lire en ligne).
  • (en) Jeanne Murray Walker, « Exchange Short-Circuited : The Isolated Scientist in H. G. Wells's The Invisible Man », The Journal of Narrative Technique, vol. 15, no 2,‎ , p. 156-168 (lire en ligne).
  • (en) Keith Williams, H. G. Wells, Modernity and the Movies, Liverpool University Press, coll. « Liverpool Science Fiction Texts and Studies » (no 36), , 256 p. (ISBN 9781846310591, présentation en ligne), chap. 2 (« The Dis/Appearance of the Subject: Wells, Whale and The Invisible Man »), p. 49-72.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Altairac, Herbert George Wells : parcours d'une œuvre, Amiens, Encrage, coll. « Références » (no 7), , 207 p. (ISBN 2-906389-88-9, présentation en ligne).