La Ligue des gentlemen extraordinaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le comic d'Alan Moore. Pour le film, voir La Ligue des gentlemen extraordinaires (film).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The League of Extraordinary Gentlemen.

La Ligue des gentlemen extraordinaires (The League of Extraordinary Gentlemen ou LOEG dans la version originale) est un comic britannique scénarisé par Alan Moore et dessiné par Kevin O'Neill, originellement publié sous le label America's Best Comics par Wildstorm, une division de DC Comics. Relevant du genre steampunk, elle réunit un certain nombre de personnages de la littérature populaire du XIXe siècle. Le succès de la série a plus tard conduit les auteurs à étendre son univers, de façon à y intégrer toutes les formes de fiction possibles et imaginables de manière cohérente.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La bande dessinée reprend avec humour le principe d'un roman-feuilleton dont le style très conventionnel contraste avec ses personnages particulièrement sombres. En vue de défendre l'Angleterre contre les menaces les plus extraordinaires, un agent secret appelé Campion Bond, agissant pour le compte d'un mystérieux « M », charge Miss Wilhelmina Murray (Mina Harker dans Dracula de Bram Stoker) de diriger une équipe dont les membres sont dotés de talents spéciaux :

L'Univers de la Ligue[modifier | modifier le code]

Dès le premier album de la série, le nombre de références très précises (et souvent obscures) à des ouvrages de l'époque victorienne impressionne le lecteur ; il est par exemple aisé de remarquer que le ballon à air chaud utilisé par Quartermain est celui utilisé dans Cinq semaines en ballon. Les personnages de fiction cohabitent donc avec les figures historiques et peuvent même rencontrer leurs créateurs, qui deviennent ici des « biographes » ayant exploité leur célébrité, souvent sans leur accord. Cette relation n'est pas si éloignée de la réalité : des « héros de l'Ouest » du XIXe siècle, tels que Calamity Jane ou Buffalo Bill, prenaient grand plaisir à lire leurs « aventures » romancées dans les journaux à sensations.

L'établissement d'un tel univers est rapidement devenue très compliquée lorsque la série s'est développée, particulièrement avec l'intégration d'autres époques que la période victorienne. Dans l'univers de la Ligue, les Mythologies antiques sont basées sur des faits réels (la guerre de Troie a eu lieu, en l'occurrence, et les dieux grecs ont existé), mais toute la science-fiction l'est aussi (les Martiens ont envahi, sans succès, la Terre vers la fin du XIXe siècle), ainsi que toute une littérature fantastique riche en interprétations (les Grands Anciens ont été impliqués dès les débuts de l'Humanité). Chaque genre a des principes bien déterminés qui sont parfois difficiles de concilier ; certaines œuvres d'un même genre reposent aussi sur des systèmes difficilement assimilables et d'autres sont impossibles de concilier (De la Terre à la Lune et Autour de la Lune de Jules Verne ne peuvent pas faire partie de la même continuité que Les Premiers Hommes dans la Lune de H. G. Wells). Alan Moore effectue donc des compromis en partant du principe que les œuvres auxquelles il est fait allusion ne sont que des comptes rendus et non pas des témoignages cent pour cent fiables ; la Ligue révèle donc la « véritable histoire » derrière des œuvres faussées (par exemple, Dracula s'achève sur une fin heureuse pour Mina et Jonathan ; dans la Ligue, leur couple divorce des années plus tard).

Du point de vue de l'Histoire, cet univers ressemble beaucoup au nôtre : malgré l'intervention des dieux et des savants fous en tous genres, la situation politique de l'Europe au début du XXe siècle est plus ou moins la même. On ne peut parler d'histoire alternative à proprement parler qu'après la Seconde Guerre mondiale ; dans sa volonté d'intégrer le plus possible l'univers de 1984, Moore a décidé que la Grande-Bretagne deviendrait un état totalitaire de 1948 jusqu'à 1956, après quoi les vieilles institutions seraient restaurées. Le niveau d'avancée technologique est aussi à noter ; en hommage aux travaux de Jules Verne, la période victorienne voit l'apparition de machineries impressionnantes quoique limitées dans leurs applications (en cela la Ligue s'inscrit clairement dans la mouvance steampunk). La conquête de l'espace est radicalement différente de la nôtre ; afin d'intégrer de nombreuses œuvres de science-fiction, voyager sur des planètes inconnues est devenu, en 1958, une banalité, et l'Humanité fréquente déjà des formes de vie extraterrestres. Il y a néanmoins une logique à cela : les premiers pas de l'homme sur la Lune ne sont pas le fait de Neil Armstrong… Mais plutôt de Lucien de Samosate et de Cyrano de Bergerac, beaucoup plus tôt !

Enfin, certains personnages historiques sont fusionnés à des personnages de fiction clairement inspirés par eux. Adolf Hitler n'est connu que comme Adenoïd Hynkel, Élisabeth Ire a pour nom de sacre Gloriana (d'après l'opéra de Benjamin Britten) , etc. Enfin, identifier certains personnages de fiction peut souvent être difficile car ils ne sont pas désignés par leur « vrai » nom ; le copyright de leurs créateurs n'a en effet pas encore expiré. C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle la période victorienne (libre de droits) fut le point de départ de la série. Le maléfique "Docteur" des premiers volumes est par exemple censé n'être autre que Fu Manchu ; on pense aussi aux étrangement familiers Jimmy et Emma Night du Black Dossier.

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 2003, la seconde mini-série du titre a reçu le Eisner Award de la Meilleure série limitée (Best Finite Series/Limited Series).

La même année, elle a aussi valu à Kevin O'Neill l'award du Meilleur dessinateur/encreur ou meilleure équipe artistique (Best Artist/Penciller/Inker or Penciller/Inker Team).

Alan Moore a été distingué comme Meilleur scénariste (Best Writer) en 2000, 2001 et 2004 pour son travail sur cette série et d'autres.

Adaptations[modifier | modifier le code]

La Ligue des gentlemen extraordinaires a été adapté au cinéma en 2003, avec Sean Connery dans le rôle d'Allan Quatermain. Alan Moore a toujours critiqué ce film.

La bande dessinée La Brigade chimérique (2009-2010), qui use de différentes figures de super-héros et de super-vilains « antiques » de la littérature fantastique et populaire européenne du début du XXe siècle, peut être perçue comme une « réponse » française à la BD d'Alan Moore.

Publication[modifier | modifier le code]

Parutions originales[modifier | modifier le code]

Volume 1[modifier | modifier le code]

Ce volume introduit la formation de la Ligue telle qu'on la connaît à la fin du XIXe siècle, et a pour antagoniste principal le docteur Fu Manchu. Des révélations choquantes sont également faites sur la véritable fin de Sherlock Holmes.

Volume 2[modifier | modifier le code]

Même ligue, nouvel ennemi : les Martiens de la Guerre des mondes, qui commencent leur invasion en Grande-Bretagne.

The Black Dossier[modifier | modifier le code]

Après le coup d'État de Big Brother en 1948, la Ligue a déserté la Grande-Bretagne par loyauté à la couronne britannique. En 1958, suite à la chute du régime, le Monde Glorieux, nouvelle terre d'accueil d'Allan Jr et Mina, leur donne un nouvel objectif : récupérer le Dossier Noir, un rapport des services secrets relatant toutes les activités passées des Ligues depuis Élisabeth Ire. Harry Lime, le nouveau "M" engage un trio d'agents afin de recuperer les informations : Jimmy, Hugo Drummond et sa filleule dont le père fut récemment assassiné, Emma Knight. Autour de cette intrigue d'espionnage, l'opuscule est surtout un prétexte à expliquer de manière très détaillée toute l'histoire de l'univers dans lequel évoluent ces personnages et les raisons qui le sous-tendent. À plusieurs moments, les personnages font une « pause » pour lire le Dossier ; le lecteur aussi (c'est un procédé similaire à celui employé dans Watchmen du même auteur). On y trouve une pièce inédite de Shakespeare, de nombreuses notes d'O'brien, une suite des aventures de Fanny Hill, la rencontre entre la ligue et les hommes mysterieux, réponse française de l'équipe britannique (composée entre autres d'Arsène Lupin, Robur le Conquérant et Fantômas), une virée inédite de Sal Paradise et Dean Moriarty, et la biographie complète d'Orlandoetc.

Volume 3 : Century[modifier | modifier le code]

  • 1911 - Suite aux évènements liés au second volume, la nouvelle ligue, fraichement composée, se voit confrontée à un apocalypse certain. Alertée par les visions de Thomas Carnacki, Mina Murray mène son équipe à un nouvel objectif : empêcher l'avènement de l'Enfant-Lune, un être magique d'une puissance phénoménale qui pourrait bien devenir une sorte d'Antéchrist. À ses cotés sont réunis Arthur J. Raffles, Orlando, Allan Quatermain Jr, fils du célèbre aventurier prétendu mort et le detective du surnaturel, Carnacki. Cependant, le Capitaine Nemo assure son héritage en leguant tout à sa fille, Janni, qui n'en a que faire.
  • 1969 - Un demi-siècle s'est écoulé depuis la disparition d'Oliver Haddo, mais ses plans de fin du monde, eux, perdurent encore dans certains esprits. Alors qu'ils rentraient de leur exil, Alan, Mina et Orlando se voient reprendre du service face à Cosmo Gallion, un très puissant magicien laissé pour mort par un autre espion de l'agence quelques années plus tot. Tandis que dans les bas fond, Vince Dakin engage Jack Carter afin d'éclaircir une sombre affaire de meurtre concernant Turner, une rock star en pleine ascension.
  • 2009 - L'histoire commence au Q'mar, où Orlando discute de ses guerres passées avec le Caporal Cuckoo. À présent seul, il se verra confié par Prospero de réunir deux collègues Allan et Mina afin de retrouver l'antéchrist qu'Haddo a pu concevoir dans le corps de Tom Jedusor, pour cela, il devra se renseigner auprès des services secrets britanniques, dirigés par "Em" soit Emma Peel, une espionne précédemment rencontrée dans le Black Dossier. Le retour d'Orlando à Londres fera découvrir une ville où la publicité domine les murs, notamment une affiche d'Aquaman 3D avec Vince Chase, ou encore un poster du groupe Driveshaft (le groupe de Charlie Pace). Les médias, eux, ne parlent que de guerres et de menaces terroristes de Jack Nemo, arrière-petit-fils du Capitaine Nemo de l'équipe victorienne. La nouvelle M présentera aussi les différents successeurs de Jimmy, qu'elle nomme J2, J3, J4, etc. (Ceci expliquerait pourquoi dans les adaptations cinématographiques, James Bond est incarné par différents acteurs)

Trilogie de Nemo[modifier | modifier le code]

  • Nemo : Heart of Ice : Charles Kane décide de récuperer les biens de la reine Ayesha volés par Janni Dakkar, fille et héritière du Capitaine Nemo. Pour cela, il enverra une équipe de scientifiques afin de la rattraper. La traque les conduira jusqu'en Antarctique où ils marcheront sur les pas de Gordon Pym et croiseront le chemin de certaines créatures "lovecraftiennes".
  • Nemo : The Roses of Berlin : En 1941, Janni Dakkar se voit reprendre du service lorsque sa fille (mariée stratégiquement au pirate des airs, Jean Robur) est prise en otage à Berlin-Metropolis encore sous le contrôle du dictateur Hynkel. Elle y rencontrera ce qu'il reste des "Twilight Heroes", réponse allemande de l'équipe de Mina.
  • Nemo 3 : Alan Moore a annoncé une suite à Heart of Ice et The Roses of Berlin, avant de démarrer le volume 4.

Volume 4[modifier | modifier le code]

Le volume 4 reprendra l'intrigue ou elle avait été laissée en 2009, et se passera en partie aux Etats Unis.

Parutions françaises[modifier | modifier le code]

  1. Volume 1, 2001.
  2. Volume 2, 2001.
  3. Volume 3, 2003.
  4. Volume 4, 2003.
  • Les Archives secrètes, Éditions USA, 2004.
  • La Ligue des Gentlemen Extraordinaires. Century, Delcourt, coll « Contrebande » :
  1. 1910, 2010.
  2. 1969, 2011.
  3. 2009, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • (en) Jess Nevins, Heroes and Monsters. The Unofficial Companion to The League of Extraordinary Gentlemen, Monkeybrain, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]