L'Eden Théâtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éden-Concert
Eden Théâtre (La Ciotat).jpeg

La façade en 2012 avec une image tirée de L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat.

Présentation
Destination initiale
Salle de spectacles
Construction
Initiale : 1899
Reconstruction
Propriétaire
Ville de La Ciotat
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Adresse
2 boulevard Jean-Jaurès et 24 boulevard Georges Clemenceau, 13600 La CiotatVoir et modifier les données sur Wikidata
La Ciotat, Bouches-du-Rhône
Flag of France.svg France
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L’Eden Théâtre est une salle de théâtre et un cinéma, situé à La Ciotat (Bouches-du-Rhône). Inaugurée comme théâtre le 16 juin 1889, elle est, dans le monde, la plus vieille salle de cinéma et théâtre encore en activité. L’Eden est classé depuis le 12 février 1996 en annexe de l'inventaire des monuments historiques. Elle appartient à la ville de La Ciotat depuis 1992 et fait partie du patrimoine du 7e Art[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement, l'Eden était une salle de spectacles, inaugurée le 16 juin 1889, qui accueillait des spectacles de variété (théâtre, concerts), mais aussi des galas sportifs (boxe, lutte gréco-romaine, etc.). Le 14 octobre 1895 s’y déroula l'une des premières projections cinématographiques privées organisées par les frères Lumière[2]. En effet, Louis Lumière venait de tourner à cette époque une vingtaine de ses premières vues photographiques animées dans la ville et ses environs, qui font partie, avec ceux de Thomas Edison et de William Kennedy Laurie Dickson, des premiers films du cinéma[3], [4].

À partir du 21 mars 1899, Raoul Gallaud, le propriétaire de la salle, diffuse régulièrement des films Lumière (250 spectateurs à cette première date, pour voir par exemple Lancement d'un navire à La Ciotat), en alternance avec d’autres programmes de divertissement (saltimbanques, chansons, matchs de boxe, etc.). Plus tard, sur la scène de L'Eden, se produisirent de jeunes artistes qui y feront leurs premiers pas, parmi eux Bernard Blier ou encore Fernandel[3].

La réouverture[modifier | modifier le code]

Le 3 décembre 1982, Georges Giodana, son propriétaire, est abattu lors d'un cambriolage. La salle est reprise mais l'affaire ne perdurera pas. En 1992, la municipalité d'obédience RPR (droite), qui vient de ravir la mairie au PCF (extrême-gauche), rachète L'Eden et le classe monument historique. Les communistes reviennent cependant au pouvoir en 1995, leurs priorités n'étant plus les mêmes. Une commission de sécurité oblige L’Eden à fermer ses portes en 1995. La fermeture du Chantier naval de La Ciotat ruine par ailleurs la ville, rendant l'avenir de l'Eden incertain. Le bâtiment tombe en ruine[3].

Après une réhabilitation réalisée grâce à l’effort des collectivités et la mobilisation d'associations, sous les directives des architectes Nicolas Masson (agence NJMH Architectes) et André Stern, L’Eden Théâtre rouvre ses portes le sous le label Art et Essai[5]. La rénovation s’inspire très largement de l’état de la salle à son ouverture de 1889. Cependant, la nouvelle façade, jaune ocre avec des mosaïques, a été reconstruite ; la façade originale, classée, n'était pas modifiable et reste cachée derrière. Le sol intérieur est en marbre noir et la ferronnerie de l'escalier est d'époque[3]. La salle est de style théâtre à l'italienne et compte 142 fauteuils[6].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Salle de cinéma.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. http://edencinemalaciotat.com/leplusvieuxcinemadumonde.html, consulté le 27 mars 2016.
  3. a, b, c et d Léna Lutaud, « Nouveau ticket pour l'Eden », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », mardi 8 octobre 2013, page 30.
  4. Marie-France Briselance et Jean-Claude Morin, Grammaire du cinéma, Paris, Nouveau Monde, , 588 p. (ISBN 978-2-84736-458-3), p. 31-34
  5. "Le plus vieux cinéma du monde : l’Eden renaît à La Ciotat". Direct Matin, 10 octobre 2013, p.13.
  6. Léna Lutaud, « Un paradis du cinéma convoité », Le Figaro, vendredi 14 août 2015, page 12.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Cornille et Jacques Rittaud-Hutinet, L'Eden des Lumières - La Ciotat et le cinéma, Les Lumières de l'Eden, 2010.
  • Agathe Rescanières, Le plus vieux cinéma du monde, 2013. Préface de Frédéric Beigbeder.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :