Kidon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kidon (homonymie).
Le sceau officiel du Mossad

Kidon (« baïonnette » en hébreu) est le « service action » des services secrets israéliens (Mossad), rattaché plus précisément à la direction des opérations de ces derniers, basée à (Césarée).

Créé au début des années 1970, et inclus dans ce qui était alors la Metsada, il a pour mission d'éliminer les ennemis d'Israël. Ce service mène par ailleurs des opérations de sabotage et d'enlèvement. Ses membres sont désignés par l'appellation de kidon (au pluriel kidonim).

Le service compte en 1998 environ 48 membres répartis en commandos de quatre personnes (trois hommes et une femme). Toute cible soumise au Kidon a été préalablement déclarée coupable par des juristes à Tel Aviv[réf. nécessaire].

Selon Michael Ross, ancien agent du Mossad auteur d'un best-seller sur le sujet, la division Kidon travaillerait exclusivement sur le sol israélien.

Opérations célèbres[modifier | modifier le code]

Durant les années 1970 sous l’impulsion du Premier ministre Golda Meir, le Mossad exécuta plusieurs membres du groupe terroriste Septembre noir, responsable de la prise d'otages et du massacre de 11 athlètes israéliens aux jeux Olympiques de Munich en 1972.

En avril 1988, une unité spéciale envahit une résidence sous surveillance de Tunis et y tue Abou Jihad, bras droit de Yasser Arafat et responsable de la planification d'attentats contre Israël[réf. nécessaire].

Gerald Bull, scientifique canadien et concepteur du projet de "Super Gun" (canon à très longue portée) pour l’Irak, est exécuté dans son appartement bruxellois en mars 1990, provoquant ainsi l’abandon du programme.

Le , deux kidonim passent la frontière jordanienne munis de passeports canadiens, pour injecter un poison à l’un des leaders politiques du Hamas, Khaled Mechaal. Après avoir exécuté leur mission, les deux agents sont découverts. La Jordanie négocie leur libération contre l'antidote du poison, qui permettra au numéro deux du Hamas de survivre, et la libération du fondateur du Hamas, le cheikh Ahmed Yassine.

En octobre 2008, la première chaîne de télévision israélienne a confirmé que le Kidon avait éliminé Imad Moughniyah, leader emblématique du Hezbollah, dans un attentat à la voiture piégée à Damas, en Syrie, le 12 février 2008[réf. nécessaire].

En novembre 2008, l'arrestation et l'enquête concernant l'espion d'origine libanaise Ali al-Jarrah a révélé que le Kidon avait également éliminé le général Mohamed Suleimane, bras droit du président syrien Bachar el-Assad, le 2 août 2008 dans la cité portuaire de Tartous, en Syrie[réf. nécessaire].

En Janvier 2010, un commando du Kidon assassine Mahmoud Abou Al-Mabhouh, un palestinien considéré comme le principal responsable de l’approvisionnement en armes du Hamas, dans un hôtel a Dubaï. L'opération a été filmée par les caméras de surveillance de l'hôtel et diffusée dans le monde entier. Cependant, aucune preuve n'incrimine réellement le Mossad.

Kidonim célèbres[modifier | modifier le code]

Directeur[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Uri Dan, Mossad, 50 ans de guerre secrète, Presses de la Cité, 1995
  • Frédéric Encel, Géopolitique d’Israël : dictionnaire pour sortir des fantasmes, Seuil, Paris, 2004, (ISBN 2020638207)
  • Ephraïm Halévy, Mémoires d’un homme de l’ombre, les coulisses de la politique internationale au Moyen-Orient par l’ex-directeur du Mossad, Albin Michel, Paris, 4 octobre 2006, (ISBN 2226174958)
  • Isser Harel, La Maison de la rue Garibaldi, le chef des services secrets israéliens raconte la recherche et la capture de Adolf Eichmann, Robert Laffont, 1976
  • Claire Hoy et Victor Ostrovsky, Mossad, un agent des services secrets israéliens parle, Presses de la Cité, 1990
  • Peter Man et Uri Dan, Capturer Eichmann, témoignage d'un agent du Mossad, Édition N̊1, 1987
  • Christian Salignon, Journal des actions internes, Filippachi, 1987
  • Gordon Thomas, Histoire secrète du Mossad, de 1951 à nos jours, Nouveau Monde, 26 janvier 2006, (ISBN 2847361588)
  • Gordon Thomas, Mossad : les nouveaux défis, Nouveau Monde, 23 novembre 2006, (ISBN 284736191X)

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Tzipi Livni, terrorist-hunter secret of woman tipped to lead Israel », The Times, The Sunday Times, 1er juin 2008.