Yako

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yako
Yako
Mosquée au centre de Yako
Administration
Pays Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Région Nord
Province Passoré
Département Yako
Démographie
Population 22 685 hab. (2006[1])
Géographie
Coordonnées 12° 57′ 44″ nord, 2° 15′ 46″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
Voir sur la carte administrative du Burkina Faso
City locator 14.svg
Yako
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
Voir sur la carte topographique du Burkina Faso
City locator 14.svg
Yako
Liens
Site web Site officiel

Yako est une ville et le chef-lieu du département de Yako dans la province du Passoré de la région Nord au Burkina Faso. Situé à 109 kilomètres[2] de la capitale Ouagadougou, Yako est peuplé de 22 685 habitants en 2006[1], un chiffre en constante augmentation.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située à l'entrée du Sahel, ce qui explique son climat chaud. Situé sur la route nationale 2 reliant Ouagadougou au Mali en passant par Ouahigouya et la route nationale 13, Yako est une ville de passage où transitent marchandises et voyageurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La ville est divisée en sept secteurs pour un total de 22 685 habitants en 2006[1] :

  • Secteur 1, 1 964 habitants
  • Secteur 2, 5 244 habitants
  • Secteur 3, 2 616 habitants
  • Secteur 4, 4 607 habitants
  • Secteur 5, 3 043 habitants
  • Secteur 6, 3 480 habitants
  • Secteur 7, 1 731 habitants

Une part croissante de Yakolais et Yakolaises se tourne depuis quelque temps vers les mines d’or et de manganèse qui se sont ouvertes non loin de la ville[3]. Les conditions de vie sur place sont extrêmement difficiles mais les salaires proposés relativement attractifs comparés aux revenus d’un marchand ambulant ou d’un paysan. Cet « exode » vers les mines a provoqué la fermeture de petites boutiques. D’un point de vue sanitaire, le manque d’hygiène sur les mines a fait augmenter les maladies sexuellement transmissibles et les maladies respiratoires. De la drogue s’est également répandue via ces nouveaux lieux de travail.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de la ville[modifier | modifier le code]

Le maire du département et commune rurale de Yako est Kouka Edouard Nanema[Quand ?][réf. nécessaire].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La gare routière de Yako

Le barrage Oumarou-Kanazoé est situé à 25 km de Yako, ce qui permet une bonne irrigation des cultures alentour et de la pêche, dont les marchandises approvisionnent le marché de Yako (tomates, oignons, poissons principalement).

Une partie de l’économie est donc concentrée autour de la gare, où s’arrêtent des bus de voyageurs et où des marchands ambulants vendent des poulets, de l’eau, des jus, des cigarettes etc. Le deuxième centre d’activité est le marché de Yako qui a lieu tous les trois jours. Enfin, les bords de la grande route, appelée aussi «le goudron», sont parsemés d’échoppes qui vivent des clients qui s’arrêtent à Yako faire une halte. Grâce à l'ouverture en 1998 du barrage de Toécé situé dans le département de Gomponsom, une activité de production maraîchère se développe avec un évènement : le Salon de la tomate, lié à l'importante production autour du village proche de Pougyango[4].

Santé et éducation[modifier | modifier le code]

Yako accueille trois centres de santé et de promotion sociale (CSPS) – dans les secteurs 4, 5 et 6 – ainsi que le centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de la province[5].

La ville accueille plusieurs écoles primaires publiques ainsi que le lycée provincial de Yako.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Une bibliothèque située près de la sortie de la ville vers Ouahigouya propose des ouvrages en français. Elle est soutenue par l'association de la francophonie.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Yako est la ville de naissance de l'ancien président Thomas Sankara. Elle est aussi la ville de nombreuses personnalités politiques ou hommes d'affaires du Burkina Faso :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c [xls] Liste des villages du Burkina Faso - Recensement 2006 sur le site HDX–Open data Burkina Faso, consulté le 14 janvier 2019.
  2. Site de la mairie de Yako, consulté le 11 janvier 2021.
  3. http://www.lefaso.net/spip.php?article39481
  4. Omar Idogo, « Transformation des produits locaux : bientôt, une usine de transformation de tomate à Yako », Les Échos du Faso, 6 octobre 2020.
  5. [PDF] Carte sanitaire 2010, Ministère de la Santé, pp. 84-85, consulté le 26 février 2020.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :