Yako

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yako
Mosquée au centre de Yako
Mosquée au centre de Yako
Administration
Pays Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Région Nord
Province Passoré
Département Yako
Géographie
Coordonnées 12° 58′ 00″ nord, 2° 16′ 00″ ouest
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso

Voir la carte administrative du Burkina Faso
City locator 14.svg
Yako

Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso

Voir la carte topographique du Burkina Faso
City locator 14.svg
Yako

Yako est une ville du Burkina Faso. Elle est le chef-lieu du département homonyme et de la province du Passoré qui fait partie de la région du Nord. Yako est situé à 109 kilomètres[1] de Ouagadougou. Environ 30 000 habitants vivent à Yako[2], un chiffre en constante augmentation.

Géographie[modifier | modifier le code]

Yako a les coordonnées suivantes : Latitude : 12.96667 Longitude : -2.26667[3] La ville est située à l'entrée du sahel, ce qui explique son climat chaud. Le barrage Kanazoé est situé à 25km de Yako, ce qui permet une bonne irrigation des cultures alentours et de la pêche, dont les marchandises approvisionnent le marché de Yako ( tomates, oignons, poissons principalement).

Économie[modifier | modifier le code]

La gare routière de Yako

Situé sur la route reliant Ouagadougou au Mali en passant par Ouahigouya, Yako est une ville de passage où transitent marchandises et voyageurs.

Une partie de l’économie est donc concentrée autour de la gare, où s’arrêtent des bus de voyageurs et où des marchands ambulants vendent des poulets, de l’eau, des jus, des cigarettes etc. Le deuxième centre d’activité est le marché de Yako qui a lieu tous les trois jours. Enfin, les bords de la grande route, appelée aussi «le goudron», sont parsemés d’échoppes qui vivent des clients qui s’arrêtent à Yako faire une halte. Grâce à l'ouverture du barrage de Toécé situé dans le département de Gomponsom, une activité de production maraîchère. Évènements : Le salon de la tomate.

Une part croissante de yakolais et yakolaises se tourne depuis quelques mois vers les mines d’or et de manganèse qui se sont ouvertes non loin de la ville[4]. Les conditions de vie sur place sont extrêmement difficiles mais les salaires proposés relativement attractifs comparés aux revenus d’un marchand ambulants ou d’un paysan. Cet «exode» vers les mines a provoqué la fermeture de petites boutiques. D’un point de vue sanitaire, le manque d’hygiène sur les mines a fait augmenté les maladies sexuellement transmissibles et les maladies respiratoires. De la drogue s’est également répandue via ces nouveaux lieux de travail.

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Une bibliothèque située près de la sortie de la ville vers Ouahigouya propose des ouvrages en français. Elle est soutenue par l'association de la francophonie.
  • Des bars dansants sont animés le soir, notamment le Jardin du maire et un autre situé à côté de la gare.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Le maire de la ville est Kouka Edouard Nanema, Chevalier de l’Ordre National.

Elle est la ville de naissance de l'ancien président Thomas Sankara.

Elle est aussi la ville de nombreuses personnalités politiques ou hommes d'affaires du Burkina Faso, parmi lesquels on peut citer:

  • El Hadj Oumaro Kanazoé: richissime homme d'affaires burkinabé.
  • Filippe Savadogo : homme politique et diplomate.
  • Isaac Zida : chef d'État de transition en 2014

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]