Ligne d'Abidjan à Ouagadougou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne
d'Abidjan à Ouagadougou
Image illustrative de l'article Ligne d'Abidjan à Ouagadougou
Train de marchandise Sitarail.
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire,
Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Villes desservies Abidjan, Ouagadougou
Historique
Mise en service 1954
Caractéristiques techniques
Longueur 1 150 km
Écartement Voie métrique (1,000 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire États
Exploitant(s) Sitarail
Trafic voyageurs et marchandises
Schéma de la ligne

La ligne d'Abidjan à Ouagadougou (dite aussi chemin de fer Abidjan-Niger) est une ligne de chemin de fer internationale qui relie le port d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, à la ville d'Ouagadougou, au Burkina Faso.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1894, Jean-Baptiste Marchand alors capitaine, propose la création d'un chemin de fer permettant de relier le littoral et l'intérieur de la Côte d'Ivoire[1], qui est une colonie française autonome depuis le décret du 10 mars 1893[2]. Plusieurs tracés sont étudiés par l'administration des travaux publics qui en 1903 choisi Abidjan comme point de départ d'une ligne allant vers le « pays baoulé »[3].

Le chantier débuté peu après prend rapidement du retard du fait des difficultés rencontrées. En 1913 le chantier arrive à Bouaké situé à 315 kilomètres d'Abidjan avant d'être arrêté par le début du conflit de la Première Guerre mondiale. Les travaux reprennent en 1920, Ferkessedougou est atteint en 1929 et en 1934 la ligne arrive à Bobo-Dioulasso au point kilométrique 800, mais la progression du chantier est stoppée pour reprendre la section d'Abidjan à Agboville. Très ralenti pendant la Seconde Guerre mondiale la ligne atteint Ouagadougou en octobre 1954, ce qui représente un linéaire de 1 145 kilomètres de voie ferrée.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Abidjan-Niger, p.20
  2. Albert Adu Boahen (dir.), Histoire générale de l'Afrique, vol. VII : l'Afrique sous domination coloniale 1880-1935, Paris, Présence africaine, Edicef, Unesco, (ISBN 2-7087-0519-9, 2-850-69513-0 et 92-3-202499-3), p. 59
  3. L'Abidjan-Niger, p.21

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Foussata Dagnogo, Olivier Ninot et Jean-Louis Chaléard, « Le chemin de fer Abidjan-Niger : la vocation d’une infrastructure en question », EchoGéo, no 20,‎ (lire en ligne).
  • François Dupré la Tour, « Histoire des chemins de fer d'Afrique Noire francophone : De la construction aux privatisations », dans Le chemin de fer en Afrique, Karthala éditions, , 401 p. (ISBN 9782845866430, lire en ligne), p. 19-34

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]