Kadomatsu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kadomatsu.
Kadomatsu.

Le kadomatsu (門松?), littéralement « pin du seuil », est un objet décoratif traditionnel du Nouvel An japonais, généralement fait de pin et de bambou qui représente respectivement la longévité et la santé.

Composition[modifier | modifier le code]

La composition de cet arrangement floral, issue de l’ikebana[1] et dont l'usage est d'origine chinoise, varie en fonction des régions. Elle peut être faite de pin, de bambou, de châtaignier ou autre, et peut même ne pas contenir de pin du tout. Les boiseries placées au pied du kadomatsu s'appellent toshi-gi (arbre de l'an)[2]. La portion centrale est constituée de trois bambous taillés en biseau de hauteur différente et symbolise la ciel, la terre et l’humanité[1]. On le place en principe devant la maison, de chaque côté du seuil, du 1er au 7 janvier (voire jusqu'au 15)[1] et sa taille varie en fonction de la richesse de la famille.

On part chercher les branches de pin décoratif dans la forêt entre le 13 et le 30 décembre sur un arbre situé dans la direction favorable de l'année (aki no kata). Il est de mauvais augure de s'y rendre la veille du Nouvel An[réf. souhaitée].

Rôle[modifier | modifier le code]

Il représente la maison temporaire des kamis pour le Nouvel An et peut donc être l'objet d'offrandes et de décorations. Le kadomatsu est ensuite brûlé avec les autres décorations du Nouvel An et la fumée qui s'en échappe permet au kami de l'an de repartir[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans certains villages, on commémore l'arrivée des ancêtres de la famille, notamment les Heike (平家?), qui, fuyant la guerre, n'auraient pas pu mettre le kadomatsu à temps pour le Nouvel An, en ne mettant volontairement pas de kadomatsu à la porte des maisons.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Francesca Alongi, « Surprenants kadomatsu : l'art floral japonais du Nouvel An », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 13 juin 2019).
  2. Caillet 2002, p. 94.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurence Caillet, Fêtes et rites des quatre saisons au Japon, POF (Publications Orientalistes de France), coll. « La Bibliothèque japonaise », , 612 p. (ISBN 2-7169-0334-4).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :