Yasaka-jinja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sanctuaire de Yasaka à Gion.

Le Yasaka-jinja (八坂神社?), aussi appelé sanctuaire de Gion, est un sanctuaire shinto situé dans le district de Gion à Kyōto au Japon, initialement construit en l'an 656 pour la divinité syncrétique Gozu Tennō (dieu taureau et dieu des épidémies) et réédifié de 1654 à 1664 dans le style Gion-zukuri. Ce sanctuaire est maintenant dédié au kami Susa-no-o, dieu de la mer. Il est situé à l'extrémité est de shijo-dōri (la quatrième avenue) et borde le parc Maruyama.

En 869, on fit la première parade du « palanquin divin », ou Mikoshi, du sanctuaire de Gion dans la ville de Kyōto afin de lutter contre une épidémie. Ce fut la naissance d'un festival populaire : le Gion Matsuri.

Aujourd'hui, en plus de la parade annuelle, l'édifice de Yasaka accueille des centaines de japonais pour les célébrations traditionnelles et cérémonies du nouvel an.

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

Porte principale du sanctuaire de Yasaka à Gion.

Les sculptures ornementales sont absentes dans ce type de construction.

  • Le rōmon (楼門) : portes à double battants et de couleur vermillon encadré par un mur blanc. Il fut construit au XIIIe siècle dans le style de l'époque Muromachi (1338-1573). De chaque côté sont placées des statues des gardiens shintoïstes Ni-ô qui protègent le sanctuaire des esprits maléfiques. Juste derrière la porte se trouve la statue d'un lion coréen (koma-inu) protégeant les marches qui mènent à la partie principale du temple.
  • Le haiden (拝殿) : le bâtiment consacré aux offrandes est à la gauche du centre du sanctuaire. La partie d'en face, avec son chōzuya, bassin d'eau servant à la purification, est consacrée aux cérémonies religieuses.
  • Le honden (本殿) : cette salle principale, dans laquelle est censé demeurer le mitama-shiro d'un kami, est le bâtiment le plus important de l'ensemble (21 x 17,3 m).
  • Le torii (鳥居), au sud du honden, date de 1646.

La plupart des bâtiments originaux ainsi que le mikoshi ont été détruits puis reconstruits en 1654.

Source[modifier | modifier le code]

  • Le Japon : Dictionnaire et civilisation, Louis Frédéric, Editions Robert Laffont, Collection Bouquins, 1470 p, (1999) (ISBN 2-221-06764-9)