Senjafuda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Senjafuda fixés sur une porte d'un sanctuaire à Gifu.

Les senjafuda (千社札?, littéralement « mille étiquettes de sanctuaire ») sont des autocollants ou des bouts de papier affichés sur les portes des sanctuaires shinto et des temples bouddhiques au Japon..

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance de cette pratique est associée à l'Empereur Kazan (968-1008) qui aurait déposé à l'entrée d'un temple un poème de commémoration de son pélerinage. Les pélerinages étaient alors réservés aux classes privilégiées. À l'époque d'Edo, les senjafudas deviennent symboles de chic[1].

Description[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, les senjafudas autocollants portant le nom du fidèle peuvent être achetés pré-imprimés avec des noms communs dans les temples et les sanctuaires dans tout le Japon, ainsi que dans les papeteries et les centres de jeux vidéo[1]. La police d'écriture du senjafuda est l'edomoji (en)[2].

Il existe 2 types de senjafuda[1] :

  • Le daimei nosatsu, la forme classique en noir et blanc et des prénoms
  • Le kokan nosatsu, une forme plus colorée et élaborée. Les plus connus viennent du mouvement Ukiyo-e.

Pour déposer un senjafuda, il est nécessaire de procéder au rituel de prière, et de demander au temple visité si la pose de senjafuda est tolérée. Il est interdit de recouvrir un objet d'importance ou le senjafuda d'une autre personne. Certains artistes disposent d'outils spéciaux pour coller leur senjafuda jusqu'à 7 mètres de hauteur. Un nombre croissant de temples interdisent les senjafudas suite à la multiplication d'usages inappropriés du senjafuda[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Alice Gordenker, « Shrine tags », sur Japantimes.co.jp,
  2. Joranne Bagoule, « Senjafuda - 千社札 - Les stickers des temples », sur Joranne.com,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]