Josiane Serre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Josiane Heulot-Serre)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Josiane Serre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Directrice
École normale supérieure
-
Directrice
École normale supérieure de jeunes filles
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Josiane HeulotVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Enfant
Autres informations
A travaillé pour

Josiane Serre, née Heulot le à Lyon et morte le à Paris, est une chimiste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles, titulaire de l'agrégation féminine de physique (1948)[1],[2] et docteur en chimie (1957)[réf. souhaitée], elle travaille d'abord en chimie organique, à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. À la suite d'un grave accident de laboratoire (où elle manque de perdre l'usage d'une main), elle se convertit dans la chimie quantique, au sein de l’Institut du radium dirigé par d'Alberte Pullman et de Gaston Berthier[3].

Après deux années dans l'enseignement secondaire faute de poste, elle intègre l'enseignement supérieur en 1950[3]. Elle est successivement assistante, maîtres de conférences (1961-1972), professeure, sous-directrice (1969-1974)[2] et enfin directrice de l'École normale supérieure de jeunes filles (1974-1987)[4]. C'est sous son impulsion que l'ENSJF fusionne avec l'École normale supérieure de la rue d'Ulm.

En 1986, dans un rapport remis au Premier ministre, elle préconise l'élargissement du recrutement des grandes écoles[5].

Après le décès en 1989 du directeur de la nouvelle ENS mixte Georges Poitou, elle assure l'intérim[réf. souhaitée] comme directrice pendant une année ; elle est la première femme à occuper ce poste. La même année, elle est nommée au Comité national d'évaluation des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel[6].

En 1991, elle est nommée au cabinet du ministre de l'Éducation nationale, Lionel Jospin, où elle est chargée des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM)[7].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle est mariée au mathématicien Jean-Pierre Serre, dont elle a une fille, Claudine, diplomate et femme de lettres, connue sous le nom de plume Claudine Monteil.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire_laureats&annee_op=%3D&annee%5Bvalue%5D=1948&annee%5Bmin%5D=&annee%5Bmax%5D=&nom=&periode=All&concours=15&items_per_page=10&page=2
  2. a et b « Mme SERRE EST NOMMÉE DIRECTRICE DE L'ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE JEUNES FILLES », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. a et b « 40 femmes scientifiques remarquables du XVIIIème siècle à nos jours », sur femmesetsciences.fr, , p. 52
  4. Fonds : École normale supérieure de jeunes filles, répertoire numérique détaillé (1881-1986). Cote : FRAN_NP_003775 20160281/1-20160281/143. Paris : Archives nationales. (lire en ligne)
  5. « Les grandes écoles devraient élargir leur recrutement », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « Les dix-sept nouveaux membres », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. « REPERES », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]