Georges Poitou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Poitou
Biographie
Naissance
Décès
(à 63 ans)
Nationalité
Formation
Activité

Georges Poitou (1926-1989) est un mathématicien français. On lui doit notamment la suite exacte de Poitou-Tate en cohomologie galoisienne, et une contribution importante aux premières Journées arithmétiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boursier au lycée Henri-IV, il est reçu en 1945 à l'École normale supérieure (rue d'Ulm). Agrégé de mathématiques (1948), docteur d'État (1953), il enseigne d'abord en Tunisie puis à la Faculté des sciences de Lille jusqu'en 1965. Il fait ensuite partie de l'équipe de chercheurs qui fonde la nouvelle Faculté des Sciences d'Orsay, dont il est doyen de 1968 à 1970.

En 1981, il succède à l'helléniste Jean Bousquet à la direction de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. Il assure en particulier la fusion de la rue d'Ulm et de l'ENS de jeunes filles au sein de la nouvelle ENS mixte, intervenue en 1985. La création de magistères favorise le renouvellement de l'offre de formation et le développement de nouveaux domaines tels que la climatologie ou les études cognitives. Les évolutions sont plus lentes dans la partie littéraire, malgré la création du concours « sciences sociales » en 1982. Il obtient aussi de l'archicube Laurent Fabius la création des allocataires-moniteurs normaliens (AMN), pour favoriser l'insertion des élèves dans la recherche.

Il dirige l'école jusqu'à sa mort brutale en 1989.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Frédéric Gaussen, « La mort de Georges Poitou, un mathématicien bâtisseur », Le Monde, 19 décembre 1989