Jocelyne Béroard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jocelyne Béroard
Jb olympia.jpg
Jocelyne Béroard en concert à l'Olympia.
Biographie
Naissance
Période d'activité
Depuis 1980 [1]
Nom de naissance
Jocelyne, Raphaëlle BéroardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Label
EMI Records (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Distinctions

Jocelyne Béroard (née le à Fort-de-France en Martinique est une chanteuse martiniquaise, membre du groupe de zouk Kassav'.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début 1980, elle passe quelques semaines en Jamaïque afin de travailler en tant que choriste pour le producteur Lee Perry au studio Black Ark (Kingston), alors en cours de restauration. De ces séances, un seul morceau sera enregistré : Bed Jammin sorti sur les albums The Return of Pipecock Jackson (label hollandais Black Star Liner) et History Mystery Prophesy. Durant son séjour, elle enregistre également le morceau Many Rains Ago avec le groupe Third World.

En 1980 on peut l'entendre en chœur sur le deuxième album de Kassav', mais elle interprète seulement la chanson Soley. En 1983, elle rentre définitivement dans le groupe.

En 1986, elle reçoit un double disque d'or pour son album Siwo et pour le tube Kolé séré (single) chanté en duo avec Jean-Claude Naimro. Elle devient la première chanteuse caribéenne de l'histoire à obtenir un disque d'or en France[2].

En 1988, Philippe Lavil l'a invitée pour une reprise en duo du tube Kolé séré de Kassav'.

En 1991, paraît un deuxième album intitulé Milan. Beaucoup de succès avec cet album comme Jilo Mayé ou Milan.

En 1997, elle enregistre la chanson Lonbraj An Pyé Mango avec Chris Combette. Cette chanson sera consacrée tube des vacances dans la Caraïbe.

En mars 2001, elle est l'une des nombreuses interprètes du titre Que serais-je demain ? en tant que membre du collectif féminin Les Voix de l'espoir créé par Princess Erika[3].

En 2003, elle enregistre l'album Madousinay avec ses amis de Kassav'. Depuis 2005, elle commence à se produire en solo à l'Atrium en Martinique. Mais sa priorité reste quand même Kassav'. Parallèlement à la chanson, on a pu la voir dans le film Nèg Maron auprès d'Admiral T.

Le 22 mai 2011, elle fait un triomphe à l'Olympia en solo quelques jours après la parution de son double album Yen Ki Lanmou.

En 2014, elle chante On n'oublie pas (écrit par Serge Bilé) avec plusieurs artistes et personnalités dont Alpha Blondy, Tanya Saint-Val, Harry Roselmack, Admiral T, Jean-Marie Ragald et Chris Combette. Cette chanson est un hommage aux 152 victimes martiniquaises du crash du 16 août 2005, afin de ne pas oublier cet évènement et d'aider l'AVCA (Association des Victimes de la Catastrophe Aérienne) à récolter des fonds [4]

En 2016, elle participe au film Le Gang des Antillais.

En juin 2018, elle foulera la scène de la Cigale à Paris.

Discographie[modifier | modifier le code]

Album studio [5].[modifier | modifier le code]

Best of[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 2017 : Passagers de Nènèb et Christophe Agelan : Nadine

Télévision[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Prix[8],[9][modifier | modifier le code]

  • 1991 Prix de l’interprète féminine SACEM Martinique
  • 1995 Prix du meilleur auteur SACEM Martinique pour le titre Ké sa lévé
  • 1997 Prix de l’interprète féminine SACEM Martinique pour le titre Ahidjéré, générique du film L’Exil de Behanzin
  • 1995 Prix du meilleur auteur SACEM Martinique pour le titre Eti’w, co-écrit avec Dédé Saint Prix
  • 2008 Prix de l’interprète féminine et Prix de la meilleur ballade (avec Giles Voyer) SACEM Martinique, pour le titre Pou I pe sa Tjenbe[10]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gladys M. Francis, Amour, sexe genre et trauma dans la Caraïbe Francophone : Résister au compromis, crever la douleur, dire le silence _ Entretien avec Jocelyne Béroard, L'Harmattan, coll. « Espaces Littéraires », (ISBN 9782343073958, OCLC 953763971), p. 227-250

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :