Serge Bilé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Serge Bilé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
Nationalités
Formation
Activité

Serge Bilé, né le 26 juin 1960 à Agboville, est un journaliste franco-ivoirien[1]. Il travaille actuellement à Martinique Première.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est titulaire d'un diplôme de l'école supérieure de journalisme de Lille (1988) et travaille comme journaliste pour France 3, Fraternité Matin, Africa et TV5. . Étudiant à la fac de lettres, il a enseigné en 1990-1991 l'allemand à la maison d'arrêt de Poitiers. Après sa maîtrise, il devient en 1993 journaliste à RFO Paris, il passe de là à RFO Guyane, puis à RFO Martinique.

Écrivain et producteur-réalisateur, il est l'auteur d'essais et de documentaires sur le monde noir africain, antillais, et sud-américain. Il est également fondateur, en 1994, d'Akwaba, association interculturelle ivoirienne et martiniquaise qui a pour but de créer des liens entre les Africains et les Antillais.

En 1995, l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire lui décerne le prix Ebony.

Passionné de musique, il a également écrit pour de nombreux artistes. Il est l'auteur de la chanson Nouveau monde, distinguée par la Sacem et enregistrée au profit de l'Unicef par une pléiade de célébrités.

En janvier 2005, dix ans apres le documentaire Noirs dans les camps nazis (1995), il publie l'essai Noirs dans les camps nazis. Le livre est très critiqué par trois historiens, Joël Kotek, Tal Bruttman et Odile Morisseau, qui en dénoncent les erreurs et l'absence de rigueur scientifique[2]. Serge Bilé a répondu point par point à ces critiques dans un article intitulé « Noirs et déportés » paru dans le quotidien Le Monde. Il a en outre reçu le soutien public d'autres historiens tels que Elikia M'Bokolo et Lionel Richard[3]. Le livre était en mars 2005 le candidat préféré pour le 11e prix Essai France Télévisions. Pendant la dernière délibération du jury des lecteurs, la responsable des prix à France Télévisions émet des doutes sur le livre, qui alors est rejeté pour le prix. L'affaire est portée au tribunal, et en juin 2007 France Télévisions est condamné pour avoir faussé sans la moindre preuve le déroulement de l'attribution du prix[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais 
  • Noirs dans les camps nazis (2005, Éditions Serpent à plumes)
  • La légende du sexe surdimensionné des Noirs (2005, Éditions Serpent à plumes)
  • Sur le dos des hippopotames (2006, Éditions Calmann-Lévy)
  • Quand les Noirs avaient des esclaves blancs (2008, Éditions Pascal Galodé)
  • Le miracle oublié: chronique des apparitions de la Vierge Marie en Martinique (2008, Éditions Pascal Galodé)
  • Et si Dieu n'aimait pas les Noirs: enquête sur le racisme aujourd'hui au Vatican (2009, Éditions Pascal Galodé)
  • Au secours, le prof est noir!: enquête sur le racisme dans l'Éducation nationale (avec Mathieu Méranville) (2009, Éditions Pascal Galodé)
  • Blanchissez-moi tous ces nègres (2010, Éditions Pascal Galodé)
  • Sombres Bourreaux - collabos africains, antillais, guyanais, réunionnais et noirs américains, dans la deuxième guerre mondiale (2011, Éditions Pascal Galodé)
  • La Mauresse de Moret - La religieuse au sang bleu (2012, Éditions Pascal Galodé)
  • Singe, les dangers de la banalisation des esprits (avec Audifac Ignace) (2013, Dagan Editions)
Conte 
  • Tiwa et la pierre miroir (2006, Edition Monde Global)
Documentaires 
Comédies musicales 
Discographie en tant qu'auteur ou compositeur
  • On n'oublie pas, 2014, écrit par Serge Bilé et mis en musique par Renaud Rinto. Hommage aux 152 victimes martiniquaises du crash du 16 août 2005 afin de ne pas oublier cet évènement et d'aider l'AVCA (Association des Victimes de la Catastrophe Aérienne) à récolter des fonds [5]
Site Web 
  • Parolesdesclavage.com (2007, Site de témoignages sur l'esclavage raconté par de vieux Martiniquais)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]