Jean Cluzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cluzel.
Jean Cluzel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Secrétaire perpétuel
Académie des sciences morales et politiques
-
Conseiller général (d)
Sénateur de la Cinquième République
Biographie
Naissance
Nationalité
Lieu de travail
Activité
Autres informations
Membre de
Académie des sciences morales et politiques
Institut de géopolitique des populations (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Jean Cluzel, né le 18 novembre 1923 à Moulins, est un entrepreneur et homme politique français. En tant que sénateur, il a notamment rédigé plusieurs rapports concernant l'audiovisuel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Président d'une entreprise familiale dans le bâtiment, la société Cluzel-Dumont, il s'engage en politique et devient conseiller municipal de Saint-Pourçain-sur-Sioule (1959-65), puis conseiller général au conseil général de l'Allier (1967-92).

Il est président du conseil général de l´Allier de 1970 à 1976 et de 1985 à 1992.

Il est conseiller régional au conseil régional d'Auvergne (1974-86), où il préside la commission des finances (1974-82).

Il est sénateur de l'Allier, inscrit au groupe de l´Union centriste de 1971 à 1998. C’est à ce titre qu’il rédige plusieurs rapports désignés sous le nom de « Regards sur l’audiovisuel » ou de rapports Cluzel et qu'il est rapporteur spécial du budget de la radio-télévision à la commission des Finances du Sénat[1].

Il est le créateur du Club "Positions" qu'il anime, depuis 1955, avec son épouse dans leur maison de Bransat. 400 Carrefours se sont ainsi déroulés et ont fait l'objet de publications, faisant de "Positions" le plus pérenne des clubs français[réf. nécessaire]. Cette action se prolonge aujourd'hui avec les "Rencontres d'Avenir".

Depuis 1998, il est directeur de rédaction de Positions et Médias, revue trimestrielle consacrée à la société de communication et publiée sous le patronage de l'Unesco.

Élu le 16 décembre 1991 à l'Académie des sciences morales et politiques, dans la section Morale et Sociologie, il en est le secrétaire perpétuel de 1999 à 2004.

Il est le fondateur de la webradio Canal Académie.

Il est, avec d'autres académiciens, un des fondateurs de l'Institut de géopolitique des populations (think thank de droite[réf. nécessaire]) en février 2000[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Élu du peuple, 1977.
  • Télé violence, 1978.
  • Télémanie, 1979.
  • L'argent de la télévision, 1979.
  • Les anti-monarques de la cinquième, essai sur les contre-pouvoirs politiques, 1985.
  • Un projet pour la presse, 1986.
  • La Loi de 1987 sur l'épargne, 1987.
  • La télévision après six réformes, 1988.
  • Les finances locales décentralisées, 1989.
  • Le Sénat dans la société française, 1990.
  • La télévision, Flammarion, coll. « Dominos », 1996.
  • Presse et démocratie, 1997.
  • Démocratie oblige, 1998.
  • Anne de France, 2002 (Prix Nouveau Cercle Interallié 2002).
  • Propos impertinents sur le cinéma français, 2003.
  • Jeanne d'Arc, la politique par d'autres moyens, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'affaire de la 4e chaîne : qu'en pense le rapporteur du budget radio-télévision ? », propos recueillis par Jean-Pierre Thiollet, Le Quotidien de Paris, no 552, 5-6 septembre 1981.
  2. Site de l'Institut.
  3. http://www.cercle-richelieu-senghor.org/le-prix-richelieu-senghor/les-laureats-du-prix-richelieu-senghor.html.