Jean-Michel Oughourlian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Michel Oughourlian
Jean-Michel Oughourlian.JPG
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
BeyrouthVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Jean-Michel Oughourlian, né le à Beyrouth au Liban, est un neuropsychiatre, psychologue ainsi qu'un écrivain et essayiste reconnu aussi bien en France qu´aux États-Unis pour sa collaboration avec René Girard — membre de l'Académie française — et ses travaux autour de la théorie du Désir mimétique.

Il est actuellement président de l'Association des médecins de l'Hôpital américain de Paris ainsi que membre d’honneur de l’association Recherches mimétiques, qui a pour objet de structurer la recherche liée à la théorie mimétique issue des travaux de René Girard et d'organiser sa diffusion en langue française[1].

Humaniste catholique, ambassadeur de l'Ordre souverain de Malte près la République d'Arménie, Jean-Michel Oughourlian est engagé dans la lutte contre la précarité, l’exclusion et les maladies menant à la dépendance au travers de la défense de l'intégrité physique, psychologique et spirituelle des individus[2],[3].

Depuis sa retraite de ses activités cliniques en France, il partage son temps entre ses fonctions diplomatiques et humanitaires en Arménie et de nombreuses conférences dans des universités notamment aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Oughourlian est né à Beyrouth au Liban, d´un père arménien rescapé du génocide de 1915-1922, et d´une mère colombienne. Il est arrivé en France à l´âge de dix ans.

Il effectue un parcours universitaire multi-disciplinaire :

  • docteur en médecine d'État français en juin 1966,
  • docteur en psychologie à l'université Paris Descartes en juin 1973,
  • licencié en philosophie à la Sorbonne en juin 1975,
  • docteur d'État ès lettres et sciences humaines en avril 1981,
  • professeur des universités en mars 1993.

Par ailleurs, Jean-Michel Oughourlian développe des activités d'enseignement en :

  • Psychologie, Assistant au Laboratoire de Psychologie Pathologique de la Sorbonne entre 1970 et 1974, puis Maître-assistant entre 1975 et 1985, puis Maître de conférences de psychopathologie clinique à l'Institut de psychologie de l’université Paris V (UFR de Psychologie) entre 1985 et 1993.
  • Psychiatrie, maître de conférences agrégé de psychiatrie, psychiatre des hôpitaux en décembre 1972, professeur titulaire de psychiatrie clinique au Collège international de médecine et de chirurgie regroupant l´Hôpital américain de Paris, l'Université Columbia et l'Université Cornell de New-York, depuis octobre 1998.
  • Psychopolitique, professeur adjoint de psycho-politique à l´Université de Californie du Sud entre 1975 et 1977 et professeur à l'Université Stanford en collaboration avec la chaire du professeur René Girard, depuis 1981.

Son cursus clinique suit les étapes suivantes :

Son travail d'écrivain s'élabore autour des publications suivantes :

  • Son premier livre, La personne du toxicomane, publié en 1974, est un des premiers livres publiés en France sur la toxicomanie. Il adopte l´anthropologie du désir mimétique développée par René Girard et s´en sert pour enrichir ses propres travaux en psychiatrie. Il est en 1978 coauteur, avec René Girard, du livre Des Choses cachées depuis la fondation du monde.
  • En 1982, il écrit Un mime nommé désir, ouvrage portant sur les phénomènes de transe, d´hystérie et de possession qui rompt avec les courants freudiens de l´époque et lance une nouvelle psychologie fondée sur le fait mimétique comme moteur de la relation et fondateur du moi.
  • Entre 2000 et 2006, il étudie particulièrement les syndromes maniaco-dépressifs en communiquant dans de nombreux journaux grand public autour de ces maladies pour inciter les malades à un traitement adapté[4], rendre supportable le sevrage des tranquillisants[5].
  • En 2007, il publie Genèse du désir, qui relate les méthodes psychothérapeutiques employées par l´auteur pour aider les couples lors de trois décennies à l´hôpital américain de Paris comme chef du service de psychiatrie.
  • En 2010, il publie Psychopolitique, qui analyse l´actualité politique à partir de la théorie girardienne et propose une issue à la crise postmoderne en esquissant le portrait du leader de demain. René Girard a écrit la préface de Psychopolitique.
  • En 2013, il publie Notre troisième cerveau, qui joint le « cerveau mimétique » au cerveau cognitif et au cerveau émotionnel. Cette approche nous propose une nouvelle vision de l'être humain en bouleversant notre connaissance de nous-même et nos psychothérapies.

Pensée[modifier | modifier le code]

Très vite, les recherches cliniques de Jean-Michel Oughourlian l´ont amené à s´intéresser aux travaux de Milton Erickson, de Jay Haley, d'Ernest Rossi, et du groupe de Phoenix, ainsi qu´aux travaux de Paul Watzlawick, et du groupe de l'École de Palo Alto. Il adopte très tôt l´anthropologie du désir mimétique développée par René Girard et s´en sert pour enrichir ses propres travaux en psychiatrie.

Il a toujours cherché dans toutes ces disciplines à traquer les motivations des comportements humains et les mécanismes dont les hommes et les femmes sont les jouets à leur insu. Son apport à la théorie psychologique et psychiatrique consiste à remettre en question le primat freudien de l'inconscient et d´affirmer que « l'inconscient, c´est l'autre », c'est-à-dire l'autre concret, dont le désir nous sert de modèle, faisant de nous des apprentis conscients ou des marionnettes aveuglées.

Ainsi il explique, dans Un mime nommé désir, l´histoire des possédées de Loudun, qu´il décrypte à l´aide de la théorie mimétique, montrant qu´au fond c´est la mère supérieure du couvent, éprise d´un jeune prédicateur, qui entraîne les autres sœurs en leur communiquant son bovarysme, les plongeant ainsi dans l´hystérie généralisée. Les névroses et même les psychoses sont interprétées comme étant autant de stratégies du moi pour se voiler la face vis-à-vis de la réalité du désir, dont on refuse de reconnaître l´altérité foncière.

« La manifestation clinique du désir mimétique, c'est la rivalité » dit Oughourlian. Comme l´imitation est de toutes les faiblesses celle qu´on a le plus de mal à avouer, elle ne s´annonce jamais comme telle. Le patient accuse son modèle de vouloir lui voler poste, épouse, identité, trahissant à rebours l´altérité subreptice qui le traverse. Sortir de l´impasse rivalitaire implique alors de prendre pleinement conscience de sa propre dépendance et d´avouer sa dette envers le désir de l´autre. Travail difficile, qui exige du psychothérapeute une acuité psychologique et psychopolitique considérable et du patient de surmonter progressivement son orgueil originel[6],[7].

Apprécié aux États-Unis par les psychologues et psychiatres de l´école « relationnelle », Jean-Michel Oughourlian participe de manière active depuis ses débuts à l´association Colloquium on Violence and Religion (COVR), regroupement international de chercheurs qui s´intéressent à la théorie mimétique de René Girard. Il a également des liens avec l´Association Recherches mimétiques (ARM) à Paris, pour laquelle il a animé des séminaires. Il a participé aux côtés de Vittorio Gallese (en) (professeur de physiologie humaine et de neuroscience à l´Université de Parme (Italie)) et de Andrew Meltzoff (en) (professeur de psychologie du développement à l´Université de Washington à Seattle et directeur du laboratoire Learning and Brain Sciences) au séminaire organisé par le Dr Scott Garrels du Fuller School of Psychology (Pasadena, Californie, États-Unis) sur l´imitation et les dernières découverte en psychologie génétique et neurosciences dans le cadre de l'Université de Stanford.

Il intervient à l'Université Interdisciplinaire de Paris pour expliquer la confirmation du désir mimétique chez l'homme par les neurosciences et leur théorie des neurones miroirs[8],[9],[10].

Dans son livre Psychopolitique préfacé par René Girard, Jean-Michel Oughourlian présente, autour d'un dialogue avec Trevor Cribben Merrill, des stratégies politiques constructives dans la perspective mimétique[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Psychiatrie en pratique médicale courante (1972) avec L. Crocq, J.J. Cottereau et H. Masquin. Ed. La Gazette Médicale de France, Paris, 1 volume, 270 pages.
  • La personne du toxicomane (1974), Toulouse, Ed. Privat, 1 vol. 356 pages
  • Approche psychosomatique de la pratique médical et chirurgicale (1975)avec J.M. Coldefy, Toulouse, Privat, 1 vol. 400 pages.
  • Des Choses cachées depuis la fondation du monde (1978), Recherches avec René Girard et Guy Lefort, Paris, Grasset, 1 vol. 480 pages

Introduction à la "Mimésis" comme clé de l'humain.Pour ceux qui cherchent à mieux comprendre les comportements humains comme l'évolution des Sociétés humaines [12]

  • Un mime nommé désir (1982), Paris, Grasset, 312 pages.

Jean-Michel Oughourlian voit dans la mimésis universelle le principe du mouvement en psychologie. Ce mouvement ne fait qu'un avec le désir et le désir est mimétique[13].

  • (en) The Puppet of Desire (1991), The Psychology of Hysteria, Possession and Hypnosis, Translated with an introduction by Eugene Webb. Stanford University Press, 1 vol. 263 pages.

From Universal Mimesis to the Self Formed by Desire Martin Heidegger began his course in the summer semester of 1935 with the fundamental question for metaphysics: Why are there beings rather than nothing[14]?

  • Le Désir : Énergie et finalité (1995), Éditions des Actus du Colloque d´octobre 1995 à Besançon. Un volume comprenant les textes de Jean-Michel Oughourlian, René Girard, Paul-Laurent Assoun, Markos Zafiroopoulos, Quentin Debray, Eugene Webb. Paris, L´Harmattan.

Si le désir est simplement défini comme le mouvement en psychologie, il lui faut, comme tout mouvement, une énergie pour l'animer et un objectif, c'est-à-dire une finalité, pour le susciter et l'orienter[15].

  • Genèse du désir (2007), Paris, Carnets Nord.

La convoitise et la rivalité se sont insinuées au cœur du mouvement qui nous portait l'un vers l'autre. Tel est le constat de Jean-Michel Oughourlian, dans cet ouvrage où la guerre des sexes trouve enfin une explication scientifique[16],[17].

  • Anorexie et désir mimétique (2008), René Girard ; préface de Jean-Michel Oughourlian, l'Herne, 123975611
  • Adolescents qui dérangent : entre différenciation et provocation : approche psychopathologique et psychocriminologique, (2009), Bernard Gaillard ; préface de Jean-Michel Oughourlian ; Paris : l'Harmattan, 133636437
  • (en) The Genesis of Desire (2010), trad. Eugene Webb, Michigan State University Press.
  • Psychopolitique (2010), Préface de René Girard, entretiens avec Trevor Cribben Merrill, Paris, Ed. Francois Xavier de Guibert.

C'est à un diagnostic sans complaisance sur nos pratiques politiques que nous invite Jean-Michel Oughourlian, dans le sillage des travaux de René Girard[18],[19].

  • Votre cerveau n'a pas fini de vous étonner (2012), collectif, Paris, Ed. Albin Michel, Collection Entretiens/Clés, (ISBN 978-2-226-24074-3)

Jean-Michel Oughourlian établit le lien entre les neurones miroirs et le concept de Désir mimétique.

Jean-Michel Oughourlian nous propose sa "dialectique des trois cerveaux" : au cerveau cognitif et émotionnel se joint le « cerveau mimétique »[20],[21].

Citations[modifier | modifier le code]

« Nous sommes devenus malades de notre désir. »

« La convoitise et la rivalité se sont insinuées au cœur du mouvement qui nous portait l’un vers l’autre. »

« Ce n'est pas moi qui désire, c'est mon désir qui crée ce que j'appelle “moi”. »

Prises de parole[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Oughourlian, membre d’honneur de l’Association Recherches mimétiques [1].
  2. S.E. Pr Jean-Michel Oughourlian, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l'Ordre souverain de Malte près la République Arménienne. [2]
  3. (en) February 22, 2011, President Serzh Sargsyan received the credentials of Jean-Michel Oughourlian, Ambassador of the Sovereign Order of Malta to Armeni. [3].
  4. Mars 2006. Interview de Jean-Michel Oughourlian dans Paris Match : « Maniaco-dépressifs.Osez vous faire traiter ! »
  5. Avril 2005. Interview de Jean-Michel Oughourlian dans Paris Match : « Tranquillisants. Le bon sevrage »
  6. Novembre 2007. Interview de Jean-Michel Oughourlian par Patrice van Eersel pour le Club du Livre Essentiel [4]
  7. Avril 2008. Interview de Jean-Michel Oughourlian sur France Culture par Jacques Munier pour l'émission À plus d'un titre [5]
  8. Mars 2010. Jean-Michel Oughourlian au programme d'UIP TV. « Désir mimétique, neurosciences et théorie des neurones miroirs »
  9. Mars 2010. Jean-Michel Oughourlian Maintien à Domicile et Alzheimer
  10. Jean-Michel Oughourlian interviewé dans le journal CLÉS. « Vos neurones sont des miroirs »
  11. Janvier 2011. Jean-Michel Oughourlian sur la radio RMC
  12. « 1978 : Des choses cachées depuis la fondation du monde »
  13. « 1982 : Un mine nommé désir »
  14. « 1991 : The Puppet of Desire »
  15. « 1995 : Le Désir : Énergie et finalité »
  16. Octobre 2007. Jean-Michel Oughourlian pour Carnets Nord
  17. Janvier 2008. « Le désir mimétique, ou quand Ben Laden mime Bush et vice versa » Ursula Gauthier reçoit Jean-Michel Oughourlian, neuropsychiatre et psychologue, qui publie Genèse du désir. [6]
  18. Mars 2010. L'Association Recherches Mimétiques présente le nouveau livre de Jean-Michel Oughourlian Psychopolitique [7]
  19. « Mars 2010 : Psychopolitique »
  20. Mars 2013. L'Association Recherches Mimétiques présente le nouveau livre de Jean-Michel Oughourlian Notre troisième cerveau [8]
  21. Le Télégramme présente Notre troisième cerveau : La violence du mimétisme est dévastatrice. [9]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]