Jay Haley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un psychologue
Cet article est une ébauche concernant un psychologue.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haley.
Jay Haley
Portrait de Jay Haley

Portrait de Jay Haley

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Pays de nationalité États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychiatre et psychothérapeute (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jay Haley (- ) est un pionnier américain de la thérapie familiale, membre fondateur de l'École de Palo Alto.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1953 Jay Haley est en maîtrise en communication à l’Université Stanford de Palo Alto quand Gregory Bateson l'invite à travailler avec lui au sein de son projet sur l'étude du paradoxe de l'abstraction dans la communication. Haley rejoint le projet Bateson, déjà composé de l'étudiant en psychiatrie William Fry et de l'anthropologue John Weakland pour étudier des domaines très variés allant de l'humour au Zen (ils rencontrent Alan Watts et Daisetz Teitaro Suzuki) en passant par l'hypnose (ils rencontrent de nombreuses fois Milton Erickson de 1954 à 1960). En 1954, William Fry quitte le projet et est remplacé par le psychiatre Donald deAvila Jackson et le projet reçoit un financement pour deux ans de la part de la Fondation Macy pour l'étude de la communication chez les schizophrènes. Ces études mèneront à la publication en 1956 de l'article fondateur de la thérapie familiale, Vers une théorie de la schizophrénie, dans lequel l'équipe introduit le concept de "Double contrainte".

En 1962, Haley rejoint Jackson et Weakland au sein du Mental Research Institute of Palo Alto où travaillent également Paul Watzlawick, Virginia Satir, Jules Riskin et Richard Fisch. Cette même année, il est cofondateur avec Jackson et Nathan Ackerman de la revue Family Process.

En 1967, il rejoint Salvador Minuchin au “Philadelphia Child Guidance Clinic” où il poursuit ses intérêts en formant des étudiants pendant dix ans. Il est alors aussi un membre actif du département de psychiatrie de l’Université de Pennsylvanie.

En 1976, Haley fonde avec Cloé Madanes le “Family Therapy Institute” de Washington, D.C., dont il prend sa retraite en 1995.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Stratégies de la psychothérapie [« Strategies of Psychotherapy »], Toulouse, Erès, , 327 p. (ISBN 9782749210285).
  • (en) Strategies of psychotherapy, New York, Grune and Stratton, (ISBN 9780808901686).
  • (en) avec Lynn Hoffman, Techniques of Family Therapy, 1967
  • (en) Advanced Techniques of Hypnosis and Therapy : Selected Papers of Milton H. Erickson, M.D., 1967
  • Tacticiens du pouvoir : Jésus-Christ, le psychanalyste le schisophrène et quelques autres, Paris, ESF, (ISBN 9782710109013).
  • (en) The power tactics of Jesus Christ, and other essays, New York, Grossman Publishers, (ISBN 9780670570362).
  • (en) Changing Families: a family therapy reader, 1971
  • Un thérapeute hors du commun : Milton H. Erickson, Paris, Desclée de Brouwer, (ISBN 9782220059167).
  • (en) Problem Solving Therapy, 1976
  • (en) Reflections on therapy and other essays, 1981
  • Ordeal therapy : une voie insolite de changement, Paris, IFHE Editions, (ISBN 9782951669093).
  • (en) Conversations with Milton H. Erickson. Vol. 1-2-3, 1985
  • (en) Learning & Teaching Therapy, 1996
  • (en) avec Wendel Ray, Defining the Nature of Relationships: The Interactional Therapy of Don D. Jackson
  • (en) avec Madeleine Richeport-Haley, Directive Family Therapy
  • D'un âge à l'autre thérapie familiale directive et cycle de vie, Paris, Éd. du Seuil, (ISBN 9782020998741).

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]