Jean-Claude Bardet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bardet.
Jean-Claude Bardet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Pseudonyme
Jean-Claude ApremontVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Directeur de thèse

Jean-Claude Bardet est un homme politique français né en 1941 à Nancy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant à Nancy, il milite pour l'Algérie française au sein de la Fédération des étudiants nationalistes (FEN)[1], ce qui lui vaudra d'être condamné, puis d'être gracié par le Général de Gaulle.

Après avoir terminé son doctorat en droit[2], il fonde en 1968 l'Institut d'études occidentales avec Dominique Venner, Thierry Maulnier et Jean Dutourd, qui rassemble une centaine d'intellectuels de premier plan inquiets des conséquences du processus de déconstruction sociétale amorcé par le mouvement de Mai 68 et devient rédacteur en chef de la revue de l'Institut Cité Liberté. Il rejoint ensuite Alain de Benoist et adhère en 1969 au GRECE - qui entend refonder la pensée de droite - et, selon la lettre qu'il a envoyée au Monde (publiée dans l'édition du 1er janvier 1993), quitte ce mouvement en 1975. Il entre à l'Union des industries et métiers de la métallurgie comme responsable juridique, où il côtoie notamment Alain Madelin.

Au début des années 1970, il adhère à l'Union des démocrates pour la République (UDR, droite gaulliste devenue Rassemblement pour la République en 1977).

En 1974, il entre au cabinet de René Tomasini, ministre chargé des Relations avec le Parlement dans le gouvernement de Jacques Chirac La même année avec Yvan Blot, Jean-Yves Le Gallou, Henry de Lesquen et Bruno Mégret, il participe — bien qu'il ne soit pas présent à la première réunion[3] — à la fondation du Club de l'horloge pour étudier, préparer et apporter des idées et des projets novateurs aux partis des droites et du centre.

Après la démission de Jacques Chirac, il est recruté par la direction de l'UDR où il est chargé par René Tomasini de préparer la constitution de listes communes gaullistes-centristes UDR/UDF pour les élections municipales de 1977 afin de contrer l'Union de la gauche, en collaboration avec Jacques Toubon.

En 1982, il quitte comme son ami Bruno Mégret le RPR auquel il reproche de ne pas avoir su tirer les leçons de la défaite aux élections présidentielles de 1981 qui amènent au Palais de l'Élysée François Mitterrand. Il fonde avec Bruno Mégret les Comités d'action républicaine, les CAR pour impulser une dynamique d'alternance réelle à la gauche. Il utilise alors le pseudonyme Jean-Claude Apremont[4]. Il est par ailleurs directeur des ressources humaines des Laboratoires pharmaceutiques Beaufour.

Après le ralliement des CAR au Front national, il est soutenu par le FN aux législatives de 1986 dans le département de Meurthe-et-Moselle ; en 1988, il adhère au Front national. Il est élu conseiller municipal de Nancy en 1989. Il devient rédacteur en chef de la revue Identité, périodique de réflexion doctrinale du FN. Il entre en 1992 au Comité Central du FN et devient responsable régional FN de la Lorraine. Élu deux fois au Conseil régional de Lorraine, il est chef du groupe FN.

Il est nommé Président par le Conseil d'Administration de l'Union des intellectuels indépendants en 1995 et succède à Claude Adam mais ses obligations politiques au Conseil régional de Lorraine qui limitent sa disponibilité l'amènent à démissionner au bout de six mois.

En décembre 1998, il est l'un des acteurs de la tentative d'éviction de Jean-Marie Le Pen, puis de la scission d'avec le Front National menée par Bruno Mégret. Il est candidat sur la liste MNR aux élections européennes de 1999[5].

Il est depuis retiré de la vie politique nationale.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Avec Jean-Mary Couderc, Saint-Avertin, Saint-Cyr-sur-Loire, Sutton, coll. « Mémoire en images », , 127 p. (ISBN 2-84253-875-7).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lemonde.fr/archives/article/1963/10/04/l-affaire-de-l-o-a-s-de-l-est_2210165_1819218.html.
  2. Sous la dir. de Marguerite Boulet-Sautel, Le Contentieux de la réparation des églises d'après les dossiers du contrôleur général des finances : étude d'histoire administrative (1770-1790) (thèse de doctorat en histoire du droit), Paris, université Paris-II, (SUDOC 041152654).
  3. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 291.
  4. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 56, n. 3.
  5. « A. PARTIS REPRESENTES AU PE OU AFFILIES A L'UN DE SES GROUPES / PARTIES CURRENTLY REPRESENTED IN EP OR AFFILIATED TO ONE OF ITS GROUPS », europarl.europa.eu.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « La touche du coach », dans Mégret, facho devant : la montée du petit brun qui veut la peau du gros blond, Paris, Le Canard enchaîné, coll. « Les Dossiers du Canard » (no 24), (notice BnF no FRBNF3717482), p. 30.

Liens externes[modifier | modifier le code]