Jacques Raphaël-Leygues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Raphaël-Leygues
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadeur de France en Côte d'Ivoire
-
Léon Brasseur (d)
Vice-président de l'Assemblée nationale
-
Sénateur de la Communauté
-
Député de Lot-et-Garonne
-
Maire de Villeneuve-sur-Lot
-
Conseiller général de Lot-et-Garonne
-
Président
Société des poètes français
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Homme politique, commissaire de la marine, diplomate, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Lucien Raphaël (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Claude Raphaël-Leygues (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Partis politiques
Membre de
Union française
Conseil supérieur des Français de l'étranger (d)
Académie des sciences d'outre-mer ()
Académie des Jeux floraux ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinctions

Jacques Raphaël-Leygues, né le à Paris où il est mort le , est un diplomate et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une famille de banquiers, il est le petit-fils d'Édouard Raphaël (1841-1915), fondateur de la Banque Raphaël et Cie[1], et de Georges Leygues, président du Conseil des ministres, ainsi que le cousin germain de Pierre David-Weill.

Après être passé au lycée Janson-de-Sailly, il obtient une licence de droit et débute au barreau de Paris, avant d'intégrer l'École des commissaires de la Marine nationale.

Attaché au cabinet du président du Conseil Édouard Daladier en , il raconte dans sa Chronique des années incertaines ce qu'il observe dans l'approche de la Seconde Guerre mondiale. Retournant à sa carrière militaire, il prend part à la campagne de Norvège, quitte clandestinement la France en pour rejoindre les Forces françaises combattantes en Afrique du Nord et participe notamment au débarquement de Provence.

Commissaire principal de la Marine, il sert à ce titre en Indochine de 1945 à 1950. Conseiller de l'Union française, vice-président de la Commission des affaires culturelles et des civilisations d'outre-mer à l'Assemblée de l'Union française, il est chargé, de 1952 à 1956, de plusieurs missions secrètes ou officielles pour tenter de nouer le dialogue avec le Việt Minh et Ngô Đình Diệm.

Maire de Villeneuve-sur-Lot de 1955 à 1974 et conseiller général pour le canton de Villeneuve-sur-Lot de 1955 à 1967, il soutient le retour au pouvoir du général de Gaulle et appelle à voter « oui » à la nouvelle Constitution. Il est élu député de Lot-et-Garonne le et devient vice-président de l'Assemblée nationale le , fonction qu'il assure jusqu'à la dissolution du .

Il est ensuite ambassadeur de France en Côte d'Ivoire de 1963 à 1979. Il fut également membre de l'Académie des sciences d'outre-mer.

Il fut également délégué des Français de Côte d'Ivoire au Conseil supérieur des Français de l'Étranger (devenu depuis Assemblée des Français de l'étranger) de 1985 à 1988.

Il signe avec son homologue Djibo Sounkalo en 1957 le jumelage de Villeneuve-sur-Lot avec la ville de Bouaké en Côte d'Ivoire.

Carrière littéraires[modifier | modifier le code]

Parallèlement, Raphaël-Leygues se consacre à une carrière littéraire, lui valant d'être plusieurs fois récompensées par l'Académie française[2].

Il est président de la Société des poètes français et élu mainteneur de l'Académie des jeux floraux en 1981.

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Banque Raphaël, sur les Archives nationales
  2. Notice, sur le site de l'Académie française


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]