Isaias Afwerki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Issayas Afewerki)
Aller à : navigation, rechercher
Isaias Afwerki
ኢሳይያስ ኣፈወርቂ
Isaias Afwerki, en septembre 2014.
Isaias Afwerki, en septembre 2014.
Fonctions
Président de l'État d'Érythrée[N 1]
En fonction depuis le
(23 ans 7 mois et 23 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Président de Assemblée nationale d'Érythrée
En fonction depuis le
(23 ans 7 mois et 23 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Secrétaire général du Front populaire pour la démocratie et la justice
En fonction depuis le
(22 ans 7 mois et 1 jour)
Prédécesseur Romodan Mohammed Nur (secrétaire général du Front populaire de libération de l'Érythrée)
Biographie
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Asmara (Éthiopie)
Nationalité érythréenne
Parti politique Front populaire pour la démocratie et la justice
Conjoint Saba Haile
Religion Orthodoxe érythréen

Isaias Afwerki
Présidents de Assemblée nationale d'Érythrée
Présidents de l'État d'Érythrée

Isaias Afwerki ou Issayas Afewerki (tigrigna : ኢሳይያስ ኣፈወርቂ), né le à Asmara (Empire d'Éthiopie), est un homme d'État érythréen, président de l'État depuis son indépendance en 1993.

Après avoir participé dans les rangs du FPLE à la lutte pour l'indépendance de l'Érythrée vis-à-vis de l’Éthiopie, il accède aux plus hautes responsabilités et exerce sur l'appareil d’État un pouvoir absolu qui constitue une dictature selon divers organismes internationaux.

Avant la présidence[modifier | modifier le code]

Isaias Afwerki est né le 2 février 1946 à Asmera, en Érythrée. Il finit ses études d'ingénieur à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne en 1965[réf. nécessaire]. Il fréquente les cercles indépendantistes érythréens et participe au Front de libération de l'Érythrée (FLE) qui mène la lutte pour l'indépendance de l'ancienne colonie italienne, fédérée à l'Éthiopie par l'ONU en 1952[1] et annexée en 1962. En 1970, il rejoint le nouveau Front populaire de libération de l'Érythrée (FPLE, à dominante chrétienne) qui s'affronte au Front de libération de l'Érythrée FLE (plutôt musulman). On parle pour cette période de «double guerre civile». Les deux partis se réclament du marxisme.

Isaias Afwerki est le secrétaire général du FPLE depuis 1987.

Présidence[modifier | modifier le code]

L'indépendance de l'Érythrée est proclamée le 27 avril 1993 à la suite du référendum du 25 avril. Isaias Afwerki est élu président de l'Assemblée nationale le 24 mai et le même jour, il est désigné président de l'État par les membres de la même assemblée. En février 1994, le FPLE est renommé Front populaire pour la démocratie et la justice (FPDJ) lors de son troisième congrès et Afwerki reste le secrétaire général du parti unique du nouvel État.

Dès le début de son mandat, Isaias Afwerki instaure un régime avec parti unique, sans élections, une économie centralisée avec rôle prépondérant de l'État et une forte restriction de la liberté de la presse. Mais c'est surtout après la deuxième guerre contre l’Éthiopie (de 1998 à 2000) que le président Afwerki fait basculer son pays dans la dictature[2].

Au sein même du FPDJ, des voix s'élèvent en 2001 pour demander au président l'application de la Constitution approuvée en 1997 et une plus grande ouverture politique et sociale. Isaias Afwerki répond peu après en emprisonnant les contestataires (dont son vice-président, Mahmud Ahmed Sherifo) et les journalistes qui s'étaient fait l'écho de ces critiques[3].

Dans un rapport publié en 2013, Amnesty International décompte plus de 10 000 prisonniers politiques, arrêtés arbitrairement et détenus sans jugement dans des conditions « atroces ». Le gouvernement en place est accusé d'« autoritarisme »[4].

La dictature exercée par Afwerki est à nouveau confirmée par un rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme en juin 2015 qui fait état de violations systématiques des droits humains les plus fondamentaux, commises sous sa responsabilité[5]. En 2016, une commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'homme en Érythrée fait même état de « crimes contre l'humanité [commis] dans le cadre d'une campagne systématique et à grande échelle contre la population civile depuis 1991[6] ». La réaction érythréenne à ces conclusions consiste à tout rejeter en bloc et à accuser les États-Unis de contrefaire la vérité pour nuire au régime en place[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Isaias Afwerki est marié à Saba Haile. Ils ont 3 enfants : Abraham, Berhane et Elsa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Secrétaire général du gouvernement provisoire du au , avant l'indépendance de l'Érythrée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rossi (Gianluigi), L’Africa italiana verso l’indipendenza (1941-1949), Milano, Giuffrè, 1980, 626 p.
  2. Amaury Hauchard et Agathe Charnet, « Erythrée : « Le camp de Sawa, c’est le début de l’enfer » », sur Le Monde.fr.
  3. Collier (Paul), The Bottom Billion: Why the Poorest Countries Are Failing and What Can Be Done About It, Oxford University Press, 2007, p. 22-23.
  4. « Près de 10 000 prisonniers politiques seraient détenus en Erythrée », Le Monde et AFP,‎
  5. (en) « Report of the Commission of Inquiry on Human Rights in Eritrea », sur ohchr.org
  6. a et b « Erythrée: une commission de l'ONU dénonce 25 ans de crimes contre l’humanité », sur rfi.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]