Aller au contenu

Front populaire pour la démocratie et la justice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Front populaire pour la démocratie et la justice
ህዝባዊ ግንባር ንደሞክራስን ፍትሕን
الجبهة الشعبية للديمقراطية والعدالة
Présentation
Président Isaias Afwerki
Fondation 1994
Siège Asmara, Maekel, Érythrée
Secrétaire Woldemichael Abraha
Porte-parole Yemane Gebreab (en)
Organisation de jeunesse Front de la jeunesse pour la démocratie et la justice
Journal Shabait
Positionnement Attrape-tout[1]
Idéologie Nationalisme érythréen[1]
Sécularisme[2]
Nationalisme[1]
Militarisme
Libéralisme économique[3]

Factions:
Socialisme[4]

Site web www.shaebia.org/index.phpVoir et modifier les données sur Wikidata
Représentation
Députés élus
75  /  150

Le Front populaire pour la démocratie et la justice (FPDJ) est un parti politique érythréen, fondé en 1994 par Isaias Afwerki et issu de l'aile des anciens du Front populaire de libération de l'Érythrée (FPLE) qui obtint l'indépendance du pays contre l'Éthiopie en 1993.

Le Front populaire pour la démocratie et la justice a abandonné l'idéologie marxiste-léniniste de l'ancien FPLE, qui n'avait tenu qu'un rôle d'instrument d'unité, au profit d'un positionnement nationaliste[5],[6],[7], militariste et libérale[8]. Le FPDJ est le seul parti légal en Érythrée et refuse tout régime autorisant le multipartisme[9]. Il est régulièrement accusé de pratiques totalitaires[10],[11],[12],[13].

Isaias Afwerki cumule les fonctions de chef de l'État et de président du conseil exécutif du Front populaire pour la démocratie et la justice.

Drapeau du Front Populaire pour la démocratie et la justice

Secrétaires

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a b et c (en) David O'Kane et Tricia Hepner, Biopolitics, Militarism, and Development : Eritrea in the Twenty-First Century, Berghahn Books, , 236 p. (ISBN 978-0-85745-399-0, lire en ligne)
  2. (en) Sandra Fullerton Joireman, Nationalism and Political Identity, Continuum, , 163 p. (ISBN 978-0-8264-6591-7, lire en ligne), p. 133
  3. (en) Africa Confidential, « In the front line again », Africa Confidential, vol. 38, no 1,‎ (lire en ligne)
  4. Connell, Dan, « Inside the EPLF: The Origins of the 'People's Party' & Its Role in the Liberation of Eritrea », Review of African Political Economy, vol. 28, no 89,‎ , p. 345–364 (DOI 10.1080/03056240108704545, JSTOR 4006615, hdl 10.1080/03056240108704545, S2CID 145692529, lire en ligne)
  5. Fabienne Le Houerou, Éthiopie-Érythrée freres ennemis de la corne de l'Afrique, L'Harmattan, , p. 49-50.
  6. « République d'Érythrée », sur axl.cefan.ulaval.ca (consulté le )
  7. « La Corée du Nord de l'Afrique », sur Jeune Afrique,
  8. (en) Africa Confidential, « In the front line again » Inscription nécessaire, sur www.africa-confidential.com, (consulté le )
  9. Atlaséco 1999 : atlas économique mondial, Maisonneuve & Larose, , p. 97
  10. (en) « Eritrea is a 'totalitarian' state, says UN », sur Daily Nation (consulté le )
  11. (en) Asma Saad, « Eritrea’s Silent Totalitarianism », sur ssmu.ca, (consulté le )
  12. (en) « World Report 2017: Rights Trends in Eritrea », sur Human Rights Watch, (consulté le )
  13. (en) Bartholomäus Grill, « Eritrea: A Visit to 'Africa's North Korea' - DER SPIEGEL - International », sur spiegel.de, (consulté le )