Antoine Bondaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Antoine Bondaz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Institut d'études politiques de Paris, Fondation pour la recherche stratégique (en), Asia CentreVoir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse

Antoine Bondaz est un chercheur français à la Fondation pour la recherche stratégique (en) (FRS)[1], et spécialiste de la Chine, de Taïwan, de la Corée du Nord et de la Corée du Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Bordeaux en 2011[2], il étudie à l'Université Hankuk des études étrangères à Séoul et à l'Université nationale Sun Yat-sen à Kaohsiung et soutient en 2015 une thèse à l'Institut d'études politiques de Paris intitulée « De l’insécurité à la stabilité : la politique coréenne de la Chine de 2009 à 2014 » sous la direction de François Godement[3], Antoine Bondaz est chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique[4], un think tank classé par Hadrien Desuin comme néoconservateur[5]. Ses domaines de recherche sont la politique étrangère et de sécurité de la Chine et des deux Corées, et les questions stratégiques en Asie de l'Est[4].

À la suite des pressions exercées par Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, sur le groupe d’échanges France-Taïwan du Sénat pour le dissuader de se déplacer à Taïwan [6],[7],[8], des échanges sur Twitter s'enveniment entre Antoine Bondaz et Lu Shaye. Ce dernier le qualifie sur les réseaux sociaux de « petite frappe », puis plus tard de « hyène folle » et « troll idéologique », après l'envoi par Antoine Bondaz, sur le compte diplomatique Twitter de Lu Shaye, du message « un gros, gros bisous à vous qu’ainsi qu’à vos trolls » en référence aux comptes Twitter pro-Pékin qui relaient le message des autorités chinoises, familiarité qui n'aurait pas plu à l'ambassadeur. Antoine Bondaz reçoit le soutien de nombreuses personnalités, dont Nathalie Loiseau, députée européenne LREM[9]. L'affaire attise les tensions diplomatiques entre la Chine et la France et l'ambassadeur chinois est convoqué au ministère des Affaires étrangères en conséquence[10].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Mabille, « Fondation pour la recherche stratégique (FRS) », sur irenees.net, (consulté le 6 avril 2021)
  2. ANTOINE BONDAZ Diplômé(e) de Sciences Po Bordeaux – 2011 – Politique Internationale, sur le site reseau.sciencespobordeaux.fr (Consulté le 21/03/2021)
  3. Antoine Bondaz, « De l’insécurité à la stabilité : la politique coréenne de la Chine de 2009 à 2014 (thèse, 2015) », sur theses.fr, (consulté le 21 mars 2021)
  4. a et b « Antoine Bondaz :: Équipe de recherche :: Fondation pour la Recherche Stratégique :: FRS », sur frstrategie.org (consulté le 21 mars 2021)
  5. Eloi Thiboud, « Du gaullisme au néo-conservatisme, comment la diplomatie française est devenue atlantiste », Le Figaro,
  6. « Groupe d'échanges et d'études Sénat-Taïwan - Sénat », sur senat.fr, (consulté le 21 mars 2021)
  7. Nathalie Guibert, « Petite frappe » : quand l’ambassade de Chine à Paris s’en prend à un chercheur français », Le Monde, (consulté le 19 mars 2021)
  8. M.O., « Qui est Lu Shaye, « loup guerrier » et ambassadeur chinois en France ? », dans L'Obs, le 24 mars 2021, consulté sur www.nouvelobs.com le 25 mars 2021
  9. « Quand l'ambassade de Chine se déchaîne contre un chercheur français », sur France 24, 22 mars 2021 auteur= sébastian seibt
  10. « L’ambassadeur de Chine en France convoqué par le Quai d’Orsay après des propos insultants », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2021)
  11. http://www.sudoc.abes.fr/cbs/xslt/DB=2.1/SET=3/TTL=1/NXT?FRST=1

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]