Cayetana Álvarez de Toledo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cayetana Álvarez de Toledo
Illustration.
Cayetana Álvarez de Toledo en 2019.
Fonctions
Porte-parole du groupe populaire au Congrès des députés
En fonction depuis le
(10 mois et 30 jours)
Président Pablo Casado
Législature XIIIe et XIVe
Prédécesseur José Antonio Bermúdez de Castro
Députée aux Cortes Generales
En fonction depuis le
(1 an, 1 mois et 12 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Barcelone
Législature XIIIe et XIVe
Groupe politique Populaire

(7 ans, 7 mois et 2 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Madrid
Législature IXe et Xe
Groupe politique Populaire
Biographie
Nom de naissance Cayetana Álvarez de Toledo Peralta-Ramos
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PP
Diplômé de Université d'Oxford
Profession Journaliste

Cayetana Álvarez de Toledo y Peralta-Ramos, née le , 13e marquise de Casa Fuerte, est une journaliste et femme politique espagnole, membre du Parti populaire (PP).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née à Madrid, d'un père français et une mère argentine. Elle possède, en plus de la nationalité espagnole, les nationalités française et argentine[1].

Elle est la fille de Juan Illán Álvarez de Toledo y Giraud, 12e marquis de Casa Fuerte, qui combattit dans les rangs de la Résistance française durant la Seconde Guerre mondiale[2], et de Patricia Peralta-Ramos y Madero. Elle passe sa jeunesse entre le Royaume-Uni et Buenos Aires, et a déclaré: « C'est moi qui ai décidé d'être espagnole »[3].

Elle appartient à la maison d'Álvarez de Toledo, étant descendante, par ligne agnatique, de Fadrique Álvarez de Toledo y Enríquez, 2e duc d'Albe de Tormes, 2e marquis de Coria, 2e comte de Salvatierra de Tormes, premier comte de Piedrahita, 6e seigneur de Valdecorneja, grand d'Espagne, qui accompagna le roi Charles Quint dans les campagnes de Flandre, d'Allemagne et d'Italie et des ducs de Bivona[3].

Par ligne cognatique, elle descend de l'un des présents lors de la fondation de la ville de Córdoba le 6 juillet 1572, Blas de Peralta et également du fondateur de la ville de Mar del Plata, Patricio Peralta Ramos, et de Francisco Bernabé Madero, fondateur de la ville de Maipú[4].

En 2000, elle rejoint la rédaction du quotidien El Mundo. Elle intervient aussi dans l'émission de radio de Federico Jiménez Losantos sur la chaîne COPE.

En 2006, elle est nommée responsable du cabinet d'Ángel Acebes qui est alors secrétaire général du Partido Popular[5].

En 2008, elle devient députée du Parlement espagnol. Elle renouvelle son mandat lors des élections de 2011[6]. Elle hérite en 2013 du titre de son père à la mort de celui-ci[7].

En 2015, elle annonce qu'elle ne souhaite pas se présenter aux élections en raison de désaccords avec la politique de Mariano Rajoy[8].

Elle reprend sa carrière de journaliste au quotidien El Mundo.

Le 8 mars 2018, elle critique dans un article d'opinion la grève féministe qui a lieu le même jour[9].

Le 28 avril 2019, elle est élue députée aux élections générales espagnoles comme tête de liste du Parti Populaire dans la circonscription de Barcelone. Elle s'oppose au séparatisme catalan.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Politics and Reform in Spain and Viceregal Mexico: The Life and Thought of Juan De Palafox 1600-1659, Oxford University Press, 2004.
  • Juan de Palafox: Obispo y Virrey, Centro de Estudios Europa Hispánica y Marcial Pons Ediciones de Historia, Madrid, (préface de John Elliott; traduction de M. Bacells et J. C. Bayo), 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Cayetana Álvarez de Toledo, la confidente española de la Reina Máxima de Holanda », sur abc, (consulté le 17 mars 2019)
  2. (es) « 'Me encantaría que Preysler se uniese a Libres e Iguales' », sur ELMUNDO, (consulté le 17 mars 2019)
  3. a et b (es) « Cayetana, la marquesa: la derecha que ruge », sur elmundo.es (consulté le 12 septembre 2019)
  4. (es) « Cayetana, la marquesa: la derecha que ruge », sur elmundo.es (consulté le 12 septembre 2019)
  5. (es) « No, Cayetana Álvarez de Toledo no era la "jefa de gabinete de Acebes" durante el 11-M », sur Maldita.es — Periodismo para que no te la cuelen, (consulté le 12 septembre 2019)
  6. (es) « Álvarez de Toledo Peralta-Ramos, Cayetana », sur congreso.es (consulté le 12 septembre 2019)
  7. « BOE.es - Documento BOE-A-2013-10638 », sur www.boe.es (consulté le 12 septembre 2019)
  8. (es) El Periódico, « Los dardos de Cayetana Álvarez de Toledo contra el PP de Rajoy », sur elperiodico, (consulté le 12 septembre 2019)
  9. No a la guerra, elmundo.es, 8 mars 2018

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche sur le site du Congrès des députés : IXe, Xe, XIIIe, XIVe législatures.