Luz Casal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Luz Casal
Luz Casal cropped.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
María Luz Casal PazVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Paco Pérez Bryan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Tessiture
Labels
Genres artistiques
Site web
Distinctions
Discographie
Luz Casal discography (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

María Luz Casal Paz, plus connue sous le nom de Luz Casal, est une chanteuse espagnole de pop-rock née le à Boimorto, en Galice. Elle est considérée en Espagne comme l’une des meilleures solistes de musique populaire du pays. Après ses succès dans son pays dans les années 1980, elle a atteint une renommée internationale, particulièrement en France, surtout après l’inclusion de deux de ses chansons dans le film Talons aiguilles de Pedro Almodóvar. La vente de ses disques dépasse, en 2007, les cinq millions d’exemplaires[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Luz Casal, fille unique de José Casal et Matilde Paz, naît dans le village galicien de Boimorto, en province de La Corogne, le . Ses parents déménagent en Asturies alors que Luz n’a que six mois. Elle étudie, à Avilés, à l’école Paula-Frassinetti, de la congrégation des sœurs de Sainte-Dorothée. Puis la famille va vire à Gijón où, devant cinquante personnes, Luz se produit pour la première fois en public. Elle étudie le piano, le solfège et la danse et fait partie d’un groupe de rock nommé Los Fannys qui fait des reprises de chansons d’autres artistes, et d’un autre avec lequel elle voyage dans les Asturies, León et Galice. Cependant, toujours désireuse de chanter en tant que soliste, elle s’intéresse au chant lyrique et étudie la technique du bel canto.

En , afin de continuer sa carrière dans le monde de la musique et après avoir réussi à convaincre ses parents, elle part à Madrid où elle enregistre une maquette, La guapa, et se rend ainsi chez plusieurs compagnies musicales jusqu’à ce qu’une productrice indépendante lui fasse passer un essai pour intégrer les chœurs et réussit donc à entrer dans le monde de la musique professionnelle. Elle participe aux chœurs des enregistrements de plusieurs chanteurs de la compagnie et accompagne Juan Pardo en direct dans la même fonction. Elle commence à écrire ses propres chansons dont elle en enregistre dix mais qui ne seront jamais publiées. C’est à cette époque qu’elle fait son unique incursion théâtrale en incarnant Raquel Meller dans la comédie musicale Las Divinas, représentée au théâtre Reina Victoria de Madrid. En , elle publie avec une multinationale son premier 45 tours, El ascensor, une composition avec certains accents reggae en hommage à Bob Marley. Elle participe à des festivals de plusieurs pays et reçoit des cours de danse de maîtres tels que Karen Taft (es), Arnold Taraborelli (es), Lindsay Kemp, Merche Esmeralda ou Goyo Montero (es)[2].

En , cherchant un contrôle moindre sur sa vie privée, elle signe chez Zafiro et participe à l’enregistrement du disque En directo (es) du groupe Leño. Au début de l’année , elle commence à Madrid, Bruxelles et Amsterdam l’enregistrement de son premier album qui sortira en de cette même année sous le titre de Luz (es). Produit par Carlos Narea (es), il comporte des airs composés par elle-même et d’autres de Ramoncín (es), Roque Narvaja (es), Noel Soto (es) ou Narea. Elle fait sa première apparition télévisée en direct puis participe à un livre-disque du poète Jaime Noguerol (es).

En paraît son premier vidéo clip sur sa chanson No aguanto más, commencent ses premières apparitions sur scène et elle participe à la tournée El rock de una noche de verano avec Miguel Ríos et Leño, avec qui elle parcourt trente-cinq villes à travers toute l’Espagne.

En , elle sort son deuxième album, Los ojos del gato (es), enregistré en Espagne, en Belgique et en Allemagne. Certaines de ses chansons, de Ramoncín et d’Hilario Camacho (es) entre autres, commencent à s’écouter en Europe. Luz continue d’étudier : piano, ensemble choral et interprétation. Luz III (es), paru en 1985, comprend un titre qui deviendra populaire, Rufino, de Carmen Santonja (membre de Vainica Doble). Cette même année, elle se produit dans un festival en Tchécoslovaquie avec des artistes d’autres pays ; Luz se rappelle l’impact à entendre ses chansons No aguanto más et Ciudad sin ley jouées par un orchestre de cuivres. En elle offre plus de quatre-vingt-dix concerts et se produit de nouveau à la télévision tchécoslovaque. En Allemagne, elle enregistre le titre The Water is Life pour une campagne écologique avec des vedettes comme David Knopfler, ex-compositeur de Dire Straits et frère de celui qui fut son meneur, compositeur et guitariste Mark Knopfler.

En , elle enregistre une chanson A cappella avec le groupe The Christians pour un programme télévisé et, en mai, sort son nouvel album, Quiéreme aunque te duela (es), dans lequel, moins rock, on découvre une grande interprète de ballades qui seront ses plus grands succès du moment. Elle participe au programme télévisé ¡Qué noche la de aquel año! (es), présenté par Miguel Ríos, et se rend au Mexique, au Venezuela et à New York. En 1988, elle apparaît dans le programme télévisé Viaje con nosotros (es) de Javier Gurruchaga et, dans un festival caritatif à Séville, elle interprète une version tango de Quiéreme aunque te duela en compagnie du groupe Pata Negra. Elle se produit au Sun Festival (es) d’Ibiza en compagnie de Phil Manzanera.

Le succès[modifier | modifier le code]

En , elle sort, sous son nouveau label Hispavox, Luz V (es) produit par Paco Trinidad (es) et Chucho Merchán (es), musicien habituel d’Eurythmics, et sous la direction musicale d’Enrique Mateu (es). Le disque, vendu à trois cent mille exemplaires, ce qui suppose son accession définitive au succès, comporte trois de ses chansons qui sont devenues depuis des classiques : Loca, Te dejé marchar et No me importa nada. La même année elle se produit au Chili au festival Desde Chile... un abrazo a la esperanza (es) en faveur des droits de l’homme, avec des artistes comme Sting ou Peter Gabriel.

Elle sort en A contraluz (es)[3] vendu à plus de six cent mille exemplaires, obtenant six disques de platine. Sur ce disque se trouve le bolero Piensa en mí d’Agustín Lara et Un año de amor que Pedro Almodóvar a choisi pour son film Talons aiguilles. On y trouve aussi un autre tube, Tal para cual. Grâce à son énorme succès qui en fait une étoile européenne, spécialement appréciée en France, Luz fait une pause de quatre ans loin des studios d’enregistrement, temps consacré à faire le point sur sa carrière après le succès obtenu avec son travail précédent. Cependant, elle continue de se produire en Espagne et en Amérique latine ainsi qu’en France et dans d’autres pays européens comme en Allemagne. Son album suivant, Como la flor prometida (es), sort en 1995, soit quatre ans après le précédent. Ce nouvel ouvrage se vend à huit cent mille exemplaires devenant ainsi le disque le plus vendu de sa carrière. Un an plus tard paraît la compilation Pequeños y grandes éxitos. En , sort une autre compilation destinée à la France, Luz Casal, qui se vend, dans ce pays, à quatre cent mille exemplaires et comporte des chansons françaises telles que Tu ne l’emporteras pas et Entre mes souvenirs, versions respectivement de No me importa nada et Entre mis recuerdos. Elle se produit dans le mythique Olympia de Paris et devient la première chanteuse espagnole de musique pop à remplir La Cigale cinq jours de suite, du au .

En sort, après quatre autres années sans rien publier de nouveau à cause du coup dur provoqué par la mort de son père, Un mar de confianza (es) qui se vend à six cent mille exemplaires[4]. Cette même année, la chanson Mi confianza est couronnée par le prix Ondas de la meilleure chanson et elle commence une tournée dans plusieurs pays européens comme la France, l’Italie, la Suisse ou la Belgique. Elle collabore également à une chanson du disque en public de Rosendo Siempre hay una historia enregistré dans la prison de Carabanchel. En elle obtient conjointement avec Pablo Guerrero le prix Goya de la meilleure chanson originale (es) pour Tu bosque animado du film La Forêt animée. En paraît Con otra mirada (es) qui se vend à cent cinquante mille exemplaires et, en , sort Sencilla algria (es) enregistré en France dans les studios du Manoir et produit par Javier Limón (es).

Dans ce disque — vendu à cent vingt mille exemplaire et dans lequel Luz offre une voix riche qui, pour la première fois de sa carrière, inclut des airs de flamenco et de jazz — collaborent Chris Barron (de Spin Doctors), le trompettiste Jerry González (es), Olivier Durán (es) (guitariste d’Elliott Murphy), Pablo Guerrero, Rui Veloso, Niño Josele (es), Quique González y Pablo Novoa (es). Ce produit comprend la chanson Ecos, dédiée aux victimes des attentats du 11 mars de 2004 à Madrid[5] et aussi la chanson Negra Sombra, sur un texte de la poète Rosalía de Castro et une composition de Juan Montes Capón (es), qui est le thème principal du film Mar adentro d’Alejandro Amenábar.

En paraît une nouvelle compilation, Pequeños, medianos y grandes éxitos, avec trente chansons, qui se vend à quatre-vingt mille exemplaires et dont la version française, sortie l’année suivante, comporte Un nuevo día brillará (Duel au soleil), un duo avec Étienne Daho et En un siglo verás, un duo avec le chanteur français Raphaël Haroche. En , la journaliste Magda Bonet (es) présente à Barcelone la biographie de Luz, Mi memoria es agua (éditions B), titre d’une de ses chansons. Le , Luz est opérée d’un cancer du sein et, le , elle annonce sur son site web qu’elle a vaincu la maladie, offrant, le , le premier simple, Sé feliz, de son nouvel album, Vida tóxica (es), titre qui fait référence à la chimiothérapie reçue durant le traitement de son cancer. Sur ce disque, mis en vente le , ont collaboré Carlos Goñi, Luis Auserón (es) et Pablo Guerrero, entre autres. Le sort sous le titre de La Pasión, un album de treize chansons dans lequel elle rend hommage à de grandes figures du boléro telles que René Touzet, Carlos Eleta (es), Francisco Flores, Julio Rodríguez (es) ou María Elena Walsh, et invite à un voyage dans les années 1940, 1950 et 1960, les plus importantes du boléro, avec des chansons comme Alma mía, Historia de un amor, Cenizas, Qué quieres tú de mí ou Como la cigarra. Cet album est certifié disque de platine en Espagne et il s’est vendu à plus de cent soixante mille exemplaires en France avec un total de deux cent mille disques au niveau international[6].

Le elle annonce à ses fans sur sa page web qu’elle doit annuler la tournée de présentation de La pasión pour subir une nouvelle intervention pour un nouveau cancer du sein.

Le reprend, au théâtre Juan-Bravo (es) de Ségovie, la tournée La Pasión[7]. En est mise en vente une nouvelle compilation intitulée Un ramo de rosas qui comporte trois nouvelles chansons.

Le apparaît dans les bacs espagnols un nouvel album studio, Almas gemelas. Une semaine plus tôt, le sortait l’édition internationale de cet album intitulée Alma.

En est mis en vente son nouvel album studio, Que corra el aire, après cinq années sans avoir rien publié d’inédit en espagnol[8]. Entre-temps, elle a mis sur le marché français, en 2017, un album de reprises de chansons de Dalida, Luz Casal chante Dalida, A mi manera.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Médaille d'officier de l'ordre des Arts et des Lettres.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums studio
Année Album Ventes mondiales
1982 Luz 100 000
1984 Los Ojos del gato 150 000
1985 Luz III 200 000
1987 Quiéreme aunque te duela 200 000
1989 Luz V 300 000
1991 A contraluz 600 000
1995 Como la flor prometida 800 000
1999 Un mar de confianza 600 000
2002 Con otra mirada 150 000
2004 Sencilla alegría +120 000
2007 Vida tóxica +120 000
2009 La pasión 240 000
2013 Almas gemelas +40 000
2017 Luz Casal chante Dalida, A mi manera (France)
2018 Que corra el aire

45 tours[modifier | modifier le code]

  • La Guapa (1977)
  • El ascensor (1980)

Compilations[modifier | modifier le code]

Compilations
Année Album Ventes mondiales
1990 Luz
1996 Pequeños y grandes éxitos +200 000
1998 Best of Luz Casal +400 000
2005 Pequeños, medianos y grandes éxitos +100 000
2011 Un ramo de rosas

Enregistrements en public[modifier | modifier le code]

  •  : Luz Casal y la Real Filharmonía de Galicia Solo esta noche 21/7/2021 (en directo), double album vinyle, CD ou DVD.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Luz Casal iniciará el próximo 12 de enero en Elda una gira de 40 conciertos », sur www.elmundo.es, (consulté le ).
  2. « Biographie Luz Casal, âge et discographie | Culture TV5MONDE », sur TV5MONDE Culture (consulté le ).
  3. (es) « A contraluz », sur José Miguel Valle, Operación Rescate en Efe Eme, (consulté le ).
  4. https://web.archive.org/web/20101230143725/http://www.conciertos10.com/gira-conciertos-concierto/category/luz-casal/
  5. Carlos Gosch, « La literatura empieza a asomarse al 11-M » (consulté le )
  6. (es) « Luz alcanza el disco de platino en España y de Platino en Francia », sur www.emimusic.es, .
  7. a b c et d « Luz Casal. Musique .Biographie et œuvres sur Spain is Culture. », sur www.spainisculture.com (consulté le ).
  8. Europa Press, « Luz Casal presentará su nuevo disco, 'Que corra el aire', en Málaga y Jerez de la Frontera (Cádiz) », sur www.europapress.es, (consulté le ).
  9. (es) « Relación de premiados del año 2007 », sur Ministère de la Culture, (consulté le ) [PDF].
  10. « Singer Luz Casal poses after being decorated "Officier dans l'Ordre... », sur Getty Images (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]