Hirohiko Araki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hirohiko Araki
Hirohiko Araki 2013 - cropped.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
SendaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
荒木飛呂彦Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Œuvres principales

Hirohiko Araki (荒木 飛呂彦, Araki Hirohiko?) est un dessinateur de manga japonais. Il est né le à Sendai dans la préfecture de Miyagi, au Japon.

Il est principalement connu pour être l'auteur du manga JoJo's Bizarre Adventure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hirohiko Araki est né le à Sendai[1]. Il y passe sa jeunesse avec ses parents et ses deux sœurs jumelles. Ces dernières l'auront, malgré elles, poussé à devenir mangaka[2] en monopolisant l'attention de leurs parents au détriment du jeune enfant, qui va alors s'isoler et se découvrir une passion pour les mangas[3]. Il réalise son premier manga vers l'âge de 10 ans, puis, encouragé par ses camarades d'école qui louent ses talents de dessinateur, il présente pour la première fois ses planches à des éditeurs à l'âge de 15 ans[4]. Il arrête ses études à 20 ans pour devenir mangaka professionnel[5].

Il a fait ses débuts sous le nom Toshiyuki Araki (荒木 利之, Araki Toshiyuki?)[2] en 1980. Il publie un one-shot dans le magazine Weekly Shōnen Jump[2] intitulé Busou poker (武装ポーカー?)[6] en janvier 1981[7],[8], et remporte la deuxième place du Prix Tezuka[7][source insuffisante]. Il publie ensuite les one-shot Outlaw Man (アウトロー・マン?) et Virginia ni yoroshiku (バージニアによろしく?).

Il sérialise Ma Shōnen B.T. (魔少年ビーティー?) dans le magazine Weekly Shōnen Jump entre décembre 1982 et novembre 1983, puis Baoh le visiteur (バオー来訪者?) entre octobre 1984 et février 1985 — publié en 2 tankōbon en 1985 et adapté en OAV par les studios d'animation Pierrot en 1989 — et publie également le one-shot Gōjasu ★ Airin (ゴージャス☆アイリン?) dans le magazine Super Jump en 1985[9].

A partir de 1987, Araki commence la saga JoJo's Bizarre Adventure (ジョジョの奇妙な冒険?) dans Weekly Shōnen Jump. Entre août 1987 et août 1988, publication de Phantom Blood (ファントムブラッド?). Entre octobre 1988 et 1989, Battle Tendency (戦闘潮流, Sentō chōryū?). Entre décembre 1989 et août 1992, Stardust Crusaders (スターダストクルセイダース?). Entre novembre 1992 et mars 1996, Diamond is Unbreakable (ダイヤモンドは砕けない?). Entre mai 1996 et avril 1999, Vento Aureo (黄金の風?). Entre janvier 2000 et avril 2003, Stone Ocean (ストーンオーシャン?). Cet ensemble en 6 parties forme un tout cohérent au sein d'une même chronologie.

Entre 1989 et 2003, Araki écrit des scénarios illustrés par son assistant Hirohisa Onikubo (鬼窪 浩久?), publié sous forme de one-shot manga dans le magazine Super Jump[10] sur des personnalités excentriques Henjin Henkutsu Retsuden (変人偏屈列伝?) — republié en 2012 dans Manga Allman : en 1989, sur l'ingénieur et scientifique Nikola Tesla ; en 2001, sur le joueur de baseball Ty Cobb ; en 2002, sur les Frères Collyer ; en 2003, sur le producteur Yoshio Kō, sur Typhoid Mary et sur la Mystérieuse Maison Winchester.

Toujours dans la saga Jojo, à partir de 2004 dans Weekly Shōnen Jump avant de passer dans Ultra Jump en 2005, l'auteur publie Steel Ball Run (スティール・ボール・ラン?) jusqu'en 2011. L'histoire se déroule dans un univers alternatif, dans les Amériques de 1890. A partir de 2011, il commence JoJolion (ジョジョリオン?) dans Ultra Jump.

L'auteur publie également des histoires en dehors de Jojo. Le recueil d'histoires courtes Shikei shikkōchū datsugoku shinkōchū (死刑執行中脱獄進行中?) en 1999. Il réalise aussi des partenariats prestigieux avec Rohan au Louvre (岸辺露伴ルーヴルへ行く?) en 2010 dans la collection du Musée du Louvre[11] ou avec Jolyne, Gucci de Tobu (徐倫、GUCCIで飛ぶ?) pour la marque Gucci en 2013[12] ; l'auteur est passionné de mode vestimentaire et habille ses personnages avec chic[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Busou poker (武装ポーカー, Busō pōkā?), pré publié dans le magazine Weekly Shōnen Jump ; 1 volume publié chez Shūeisha[14].
  • 1981 : Outlaw Man (アウトロー・マン, Autorō man?), pré publié dans le magazine Weekly Shônen Jump[15],[16].
  • 1982 : Virginia ni yoroshiku (バージニアによろしく, Bājinia ni yoroshiku?), pré publié dans le magazine Weekly Shônen Jump[17].
  • 1983 : Ma Shōnen B.T. (魔少年ビーティー, Ma shōnen bītī?), pré publié dans le magazine Weekly Shônen Jump sous le nom Cool Shock BT[18] ou dans le magazine Fresh Jump (フレッシュジャンプ, Furesshujanpu?)[19] ; 1 volume publié chez Shūeisha[BU 1].
  • 1984 : Baoh le visiteur (バオー来訪者, Baō raihō-sha?), pré publié dans le magazine Weekly Shōnen Jump ; 2 volumes publiés chez Shūeisha[BU 2].
  • 1985 : Gōjasu ★ Airin (ゴージャス☆アイリン?), pré publié dans le magazine Gekkan Shounen Jump ; 1 volume publié chez Shūeisha[BU 3].
  • JoJo's Bizarre Adventure (ジョジョの奇妙な冒険?), pré publié dans le magazine Weekly Shōnen Jump[BU 4]. :
    • 1987 : Phantom Blood (ファントムブラッド, Fantomuburaddo?) ; 5 volumes publiés chez Shūeisha[BU 5].
    • 1988 : Battle Tendency (戦闘潮流, Sentō chōryū?) ; 7 volumes publiés chez Shūeisha[BU 6].
    • 1989 : Stardust Crusaders (スターダストクルセイダース, Sutādasuto kuruseidāsu?) ; 16 volumes publiés chez Shūeisha[BU 7].
    • 1992 : Diamond is Unbreakable (ダイヤモンドは砕けない, Daiyamondo wa kudakenai?) ; 18 volumes publiés chez Shūeisha[BU 8].
    • 1996 : Vento Aureo (黄金の風, Kogane no kaze?, Golden Wind) ; 17 volumes publiés chez Shūeisha[BU 9].
    • 2000 : Stone Ocean (ストーンオーシャン, Sutōn'ōshan?) ; 17 volumes publiés chez Shūeisha[BU 10].
    • 2004 : Steel Ball Run (スティール・ボール・ラン, Sutīru bōru ran?), pré publié dans le magazine Weekly Shônen Jump puis transféré dans Ultra Jump ; 24 volumes publiés chez Shūeisha[BU 11].
    • 2011 : JoJolion (ジョジョリオン, Jojorion?), pré publié dans le magazine Ultra Jump ; 22 volumes publiés chez Shūeisha[BU 12].
  • 1997 : Kishibe Rohan wa Ugokanai (岸辺露伴は動かない?), pré publié dans le magazine Weekly Shônen Jump puis Jump SQ ; 2 volumes publiés chez Shūeisha[BU 13].
  • 1999 : Shikei shikkōchū datsugoku shinkōchū (死刑執行中脱獄進行中?), pré publié dans le magazine Manga Allman ; 1 volume publié chez Shūeisha[BU 14].
  • 2002 : Oingo to boingo kyōdai dai bōken (オインゴとボインゴ兄弟大冒険?) ; 1 volume publié chez Shūeisha[BU 15].
  • 2004 : Henjin henkutsu retsuden (変人偏屈列伝?), pré publié dans le magazine Ultra Jump ; 1 volume publié chez Shūeisha[BU 16],[20].
  • 2010 : Rohan au Louvre (岸辺露伴ルーヴルへ行く?), pré publié dans le magazine Ultra Jump ; 1 volume publié chez Shūeisha[BU 17].
  • 2013 : Jolyne, Gucci de Tobu (徐倫、GUCCIで飛ぶ?), pré publié dans le magazine Spur ; 1 volume publié chez Shūeisha[BU 18].

Collectif[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Adidas Manga Fever (アディダスマンガフィーバー, Adidasu manga fībā?) ; 1 volume publié chez Asuka Shinsha[BU 19].
  • 2006 : Chō kochikame (超こち亀?) ; 1 volume publié chez Shūeisha[BU 20].

Artbook[modifier | modifier le code]

  • JoJo 6251[21]
  • JOJOmenon[22]
  • Jojoveller[23]
  • JOJO A-GO!GO! (ジョジョ ア ゴー ゴー, Jojo A Gō Gō?)[24],[25]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

Pour Araki, l'essence même d'un manga réside dans son héros. Le héros doit marquer la mémoire et l'esprit du lecteur. Si, au contraire, il donne une impression de déjà-vu, Araki considère que le manga est raté[26].

Technique[modifier | modifier le code]

Araki réalise toutes ses planches à la main. Après l'esquisse, il dessine à la plume et à l'encre de Chine. Il rajoute ensuite plusieurs couches d'acrylique[27]. Il ne dessine que les personnages ; son équipe d'assistants est chargé des décors et des paysages[28].

Araki explique que le trait dans les manga est plus nerveux que dans la BD européenne ou américaine où les dessins sont plus « arrondis »[29].

Inspiration[modifier | modifier le code]

L'auteur utilise une large palette de couleurs et revendique un intérêt pour Paul Gauguin. Il se réclame du maniérisme et s'inspire de Michel-Ange pour les poses de ses personnages ainsi que de Egon Schiele et Gustav Klimt. Il fait également référence aux travaux du mangaka Buronson[2].

Babel II, de Mitsuteru Yokoyama[2],[30].

Style[modifier | modifier le code]

Avec son style baroque[C'est-à-dire ?], l'auteur se démarque de la concurrence auprès de son lectorat en ne collant pas aux références du genre[31].

Nationalité de ses personnages[modifier | modifier le code]

Au Japon, il est de tradition que les héros de shōnen soient japonais. Araki souhaitait briser cette coutume, en attribuant à ses personnages la nationalité des pays où se déroule l'histoire[32]. Quelques exemples dans le shōnen / seinen Jojo's Bizarre Adventure : Jonathan Joestar (Partie 1 : Phantom Blood) est anglais, son petit-fils Joseph Joestar (Partie 2 : Battle Tendency) est américain, les membres de la famille Zeppeli (Partie 1 : Phantom Blood & Partie 2 : Battle Tendency) qui sont italiens, ou encore Jean-Pierre Polnareff (Partie 3 : Stardust Crusaders) qui est français. Néanmoins on retrouve beaucoup de personnages japonais : Kujo Jotaro (Partie 3 : Stardust Crusaders), Higashikata Josuke (Partie 4 : Diamond Is Unbreakable), ou encore certains aïeux de la famille Joestar. Araki considérait qu'il n'y avait pas lieu de faire la différence entre les personnages et leurs origines, car des thèmes récurrents dans ses mangas, comme l'amour et le courage étaient largement universels et unificateurs[33].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Jojo in Paris, avril 2003, galerie Vedovi, Paris[34],[35],[36]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hirohiko ARAKI sur Anime News Network
  2. a b c d et e Gwendal Maréchal, « [Portrait] Hirohiko Araki : La destinée de son encre », sur www.journaldujapon.com, (consulté le 13 mars 2020)
  3. Interview Araki 2003 - Partie 1, à partir de 1:34
  4. Interview Araki 2003 - Partie 1, à partir de 2:28
  5. « Enfin, après être sorti du lycée, j'ai fait mes débuts en tant que professionnel. J'avais 19 ans. » Interview Araki 2003 - Partie 1, à partir de 2:48
  6. Manga Design, p. 52
  7. a et b (en) « Poker Under Arms », sur JoJo's Bizarre Wiki (consulté le 16 mars 2020)
  8. (en) « Weekly Shonen Jump #631 - No. 1, 1981 (Issue) », sur Comic Vine (consulté le 16 mars 2020)
  9. « Araki Hirohiko », sur www.nautiljon.com
  10. (en) « Nikola Tesla », sur JoJo's Bizarre Wiki (consulté le 16 mars 2020)
  11. « Rohan au Louvre », sur editions.louvre.fr
  12. « ARAKI Hirohiko », sur manga-news.com (consulté le 17 mars 2020)
  13. « L'auteur est reconnu pour l'utilisation de vêtements attrayants et très chics, ainsi que pour la qualité générale des ses dessins. » - Manga Design, p. 54
  14. « Busō Poker », sur Icotaku (consulté le 13 mars 2020)
  15. (en) « Outlaw Man », sur JoJo's Bizarre Wiki
  16. (en) « Weekly Shonen Jump #687 (Issue) », sur Comic Vine
  17. (en) « Say Hi to Virginia », sur JoJo's Bizarre Wiki
  18. « Ma-Shōnen BT », sur Icotaku (consulté le 13 mars 2020)
  19. « Mashounen B.T. », sur Manga Sanctuary
  20. (en) « The Lives of Eccentrics », sur JoJo's Bizarre Wiki
  21. « JoJo 6251 », sur Manga Sanctuary
  22. « JOJOmenon », sur Manga Sanctuary
  23. « Jojoveller », sur Manga Sanctuary
  24. « Jojo A-Go!Go! », sur Manga Sanctuary
  25. (en) « JOJO A-GO!GO! », sur JoJo's Bizarre Wiki (consulté le 8 juin 2020)
  26. Interview Araki 2003 - Partie 1, à partir de 4:09
  27. Interview Araki 2003 - Partie 1, à partir de 6:50
  28. Interview Araki 2003 - Partie 1, à partir de 7:58
  29. Interview Araki 2003 - Partie 2, à partir de 0:37
  30. « [...] ses plus grandes influences sont Mitsuteru Yokoyama (auteur de Babel II, Kamen no ninja Akakage, Mahôtsukai Sally, Giant Robo, Sangokushi,...) et Tetsuo Hara (Hokuto no Ken), même si son travail témoigne d'une sensibilité plus occidentale, avec quelques réminiscences de Burne Hogarth. »« Hirohiko Araki », sur dossiers.cyna.fr
  31. « Le style graphique baroque [...] est aimé par les fans. [...] Son style décadent, l'habitude d'habiller ses héros de façon terriblement kitsch [...] ont donné un cachet bien particulier à la saga d'Araki [...]
    Le style graphique rappelle plus celui de Tetsuo Hara (Hokuto no Ken) et de Burne Hogarth (Tarzan) que celui des grands-yeux "kawaii" typiques des mangas. »
    « Hirohiko Araki », sur dossiers.cyna.fr
  32. Interview Araki 2003 - Partie 1, à partir de 4:50
  33. Interview Araki 2003 - Partie 1, à partir de 5:24
  34. « Gallery VEDOVI », sur web.archive.org,
  35. (ja) シャト, « 『JOJO IN PARIS』!! 荒木飛呂彦先生の個展がフランスのパリで開催 », sur @JOJO ~ジョジョの奇妙なニュース~
  36. (en) « JoJo in Paris », sur JoJo's Bizarre Wiki
Baka-Update

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en + de + fr + ja) Masanao Amano, Manga Design, Cologne, Taschen, coll. « Mi », , 576 p., 19,6 cm × 24,9 cm, broché (ISBN 978-3-8228-2591-4, présentation en ligne), p. 52-55
    édition multilingue (1 livre + 1 DVD) : allemand (trad. originale Ulrike Roeckelein), anglais (trad. John McDonald & Tamami Sanbommatsu) et français (trad. Marc Combes)
  • Frédérique Pelletier, « Rohan au Louvre : black mic-mac », dBD, no 42,‎ , p. 68.
  • « Araki Hirohiko jojo reportage 2003 », Nolife, 2003 [présentation en ligne] : Pour Animeland : Sébastien Ruchet (prod.), Alex Pilot (réal.), Olivier Fallaix (voix off et montage), Suzuka Asaoka (trad.) ; Interview du mangaka Hirohiko Araki lors de l'exposition Jojo in Paris : 40 dessins originaux de la saga manga Jojo’s Bizzare Adventure, Galerie Odermatt-Vedovi à Paris.
    1. « Araki Hirohiko jojo reportage 2003 partie 1 »,
    2. « Araki Hirohiko jojo reportage 2003 partie 2 »,

Liens externes[modifier | modifier le code]