Hichem Rostom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hichem Rostom
هشام رستم
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Hichem Rostom
Naissance [1] (71 ans)
La Marsa, Tunisie[1]
Nationalité tunisienne
Films notables Les Sabots en or
Les Silences du palais

Hichem Rostom (arabe : هشام رستم), né le 26 mai 1947 à La Marsa, est un acteur tunisien.

Il a joué dans divers films tunisiens et étrangers mais aussi des rôles dans des documentaires et des téléfilms. Il a notamment tenu le premier rôle dans le film Essaïda.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et séjour en France[modifier | modifier le code]

Parallèlement à des études au Collège Sadiki de Tunis, il s'intéresse au théâtre grâce à Aly Ben Ayed, qui lui propose de participer à la création d'Othello de William Shakespeare qui inaugure le Centre culturel international de Hammamet en 1964[1].

Parti en France pour suivre des études supérieures à l'Institut d'études théâtrales de l'université Paris III - Sorbonne Nouvelle et à l'Institut des hautes études cinématographiques[2], il travaille notamment à Radio France puis en tant qu'animateur au Théâtre national populaire[1]. Durant vingt ans, il participe à près de soixante pièces de théâtre[1] dont certaines sont réalisées par Bernard Sobel, Jacques Lassalle et Tadeusz Kantor[2]. Il fait aussi une courte apparition dans le rôle de régisseur dans le film L'Aile ou la Cuisse aux côtés de Louis de Funès[1].

En 1988, il décide de rentrer en Tunisie pour débuter une carrière professionnelle d'acteur de cinéma et de télévision, après qu'on lui ait proposé un rôle dans le film Les Sabots en or qu'il accepte[1].

En 2017, Hichem Rostom participe à l'organisation du festival Rouhaniyet[3], un événement destiné aux amateurs de chants spirituels et soufis[4].

Retour en Tunisie[modifier | modifier le code]

Après Les Sabots en or, Hichem Rostom reste en Tunisie et joue dans une pléiade de films tunisiens et étrangers dont Les Silences du palais de Moufida Tlatli, Essaïda de Mohamed Zran ou Le Patient anglais d'Anthony Minghella[5]. Dans le même temps, il est directeur des Journées théâtrales de Carthage durant deux sessions successives[5]. Il est également connu pour ses réalisations de pièces de théâtres comme Caligula ou L'Étranger[5] ; il a aussi animé des ateliers de théâtre dans des universités tunisiennes.

Il figure parmi les signataires d'une pétition exhortant le président déchu Zine el-Abidine Ben Ali de se représenter en 2014[6].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages tunisiens[modifier | modifier le code]

Longs métrages étrangers[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries tunisiennes[modifier | modifier le code]

Séries étrangères[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Hichem Rostom : biographie », sur rtci.tn, (consulté le 9 mars 2017)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s « Bureau Georges Lambert, Hichem Rostom », sur georgeslambert.fr (consulté le 9 mars 2017)
  3. « Hichem Rostom revient sur les problèmes rencontrés lors du festival Rouhaniyet de Nefta », sur rtci.tn, (consulté le 6 octobre 2017)
  4. « Hichem Rostom : le festival Rouhaniyet est un message de paix », sur mosaiquefm.net, (consulté le 6 octobre 2017)
  5. a, b et c « Les plus beaux hommes tunisiens d’hier et d’aujourd’hui », sur femmesdetunisie.com, (consulté le 9 mars 2017)
  6. Catherine Gouëset, « Ben Ali et la liste des 65 flatteurs », sur lexpress.fr, (consulté le 19 juillet 2015)
  7. « Conflit : un film poignant et émouvant », sur espacemanager.com, (consulté le 31 juillet 2015)
  8. « Ordre national du mérite », Journal officiel de la République tunisienne, no 48,‎ , p. 1566 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])
  9. (ar) Chadi Ouerdani, « Au Festival international cinématographique du Caire : Bin El Widyene et La télé arrive dans la compétition officielle », sur turess.com, (consulté le 9 mars 2017)
  10. Loic Ntoutoume, « Le satisfecit des Écrans noirs », sur gabonreview.com, (consulté le 9 mars 2017)
  11. Festival d'Oran du film arabe - FOFA 2012 sur Africultures

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :