Henri de La Rochelambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Henri de La Rochelambert
Fonctions
Sénateur du Second Empire
Biographie
Nom de naissance Henri-Michel-Scipion de La Rochelambert
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 73 ans)
Lieu de décès Chémeré-le-Roi
Profession Officier de cavalerie
Résidence Château de Thévalles
Liste des sénateurs du Second Empire

Henri-Michel-Scipion, marquis de La Rochelambert (Paris, Château de Thévalle (Mayenne)[1] près de Chémeré-le-Roi (arrondissement de Laval)[2], ), est un militaire, homme politique et industriel français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri-Michel-Scipion de La Rochelambert, était d’une ancienne famille d'Auvergne[3], mais depuis établie dans le comté de Laval[1].

Capitaine de la garde urbaine à cheval de la ville de Lyon (), puis au 1er régiment de grenadiers à cheval de la Garde royale commandé par le comte de la Rochejacquelein[4], puis chef d'escadrons au 6e cuirassiers-Condé[1], La Rochelambert fit partie, sous la Restauration, des gentilshommes honoraires de la chambre. Il avait reçu, le , de Monsieur, frère du Roi , l'autorisation de porter la décoration du Lys[5].

À l'instigation de Jacques Triger, Pierre-Adolphe Pelletreau, négociant demeurant à Vilette Page d'aide sur l'homonymie dans la Nièvre, et Henri de La Rochelambert, constituèrent le , devant Me Delamotte, notaire à Paris, une société pour la création et l'exploitation d'une papeterie dite de Sainte-Appolonie, sur le barrage de la Porte-Neuve, du nom de Mme de la Rochelambert.

Article détaillé : Île de Sainte-Apollonie.

La chute de Charles X l'avait rendu à la vie privée, alors le marquis se retira complètement de la vie publique en 1830.

« Afin d'utiliser ses loisirs, et de venir en aide aux populations de son canton[1] », il entreprit l'exploitation des mines de La Bazouge-de-Chemeré, et réussit à la mener à bien[1].

Une épidémie de malaria à La Bazouge-de-Chemeré en 1853, touche 300 habitants sur une population de 400. Pierre Crié permet de faire assécher un étang qui était la cause principale de l'épidemie aux dépens d'Henri de La Rochelambert qui le poursuit jusqu'au Conseil d'État. Dans un rapport relatif à l'insalubrité de l'étang de la Bazouge-de-Chemeré, Pierre Crié considérait le miasme paludéen comme la cause unique indiscutable de toutes ces fièvres intermittentes ;

C'est au milieu de ces honorables occupations qu'il apprit qu'un décret impérial du l'élevait à la dignité de sénateur. Il était alors retraité, comme officier, avec le grade de chef d'escadron[6].

Le Dictionnaire des contemporains de Vapereau (édition de 1858) signalait le marquis de La Roche-Lambert comme « le seul membre du Sénat qui n'eût point reçu de décoration[7] ». Mais en 1859, il fut promu chevalier et, en 1861, officier de la Légion d'honneur[6].

Décorations[modifier | modifier le code]

Grand-croix de la Légion d'Honneur Chevalier de Saint-Louis

Armoiries[modifier | modifier le code]

Image Armoiries
French heraldic crowns - marquis v2.svg
La Rochelambert.svg
Armes de la famille de La Rochelambert

D'argent au chevron d'azur, au chef de gueules[8],[9]

  1. « Amour ou guerre »[9] ;
  2. « Ny crainte, ny envie »[9].

Ascendance & postérité[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]