Hans-Peter Wild

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hans-Peter Wild
Hans-Peter Wild.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Père
Rudolf Wild (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de

Hans-Peter Wild, né le 16 juin 1941 à Heidelberg (Allemagne), est un entrepreneur et un avocat. Depuis 2014, il a été actionnaire et PDG de la société Wild GmbH & Co. KG.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né pendant la guerre à Heidelberg, Hans-Peter Wild est le fils de Rudolf Wild, qui a fondé l'entreprise Wild en 1931. Après avoir passé un diplôme d'avocat à l'Université de Heidelberg, il obtient un diplôme en études commerciales puis il passe un doctorat de droit à la Faculté de droit de l'Université de Mannheim[1]. Après avoir travaillé au sein du groupe Diersch & Schröder pendant quatre ans en tant que directeur général, il rejoint en 1974, la société familiale Wild GmbH & Co. KG[2] dont il prend la direction. En 2014, la filiale Wild Flavors est acquise par Archer Daniels Midland, une multinationale américaine, pour environ 3 milliards de dollars[3] mais la propriété de la marque Capri-Sun reste acquise à la famille Wild[4] et la boisson reste commercialisée et distribuée entre autres par Coca-Cola Enterprises[5].

Concernant sa nationalité, Hans-Peter Wild profitera d’un point devant la presse sportive pour lever la confusion :  «Tous les journaux français écrivent que je suis entrepreneur allemand. C'est faux, je suis un entrepreneur suisse." [6]

Investissements sportifs[modifier | modifier le code]

En 1981 et 1982, il est propriétaire de l'Équipe cycliste Capri-Sonne. L'équipe remporte notamment trois victoires d'étape et le classement du meilleur jeune sur le Tour de France 1981 et une victoire d'étape sur le Tour de France 1982.

En octobre 2007, Hans-Peter Wild contribue à la formation de la Wild Rugby Academy basée à Heidelberg[7], une institution visant à développer le rugby à XV en Allemagne. Depuis, il verse, d'après la presse, environ trois millions d'euros par an à cette académie de rugby[8]. Il soutient également financièrement le Heidelberger RK, l'un des rares clubs de rugby professionnels en Allemagne[9].

En mai 2017, Thomas Savare annonce que Hans-Peter Wild est choisi comme repreneur du Stade français Paris[10]. Il annonce son envie d'être à la tête du club parisien pour le long terme. Il souhaite faire grandir le club tant au niveau national qu'au niveau international.

En mai 2018, il déclare vouloir faire du Stade Français Paris « le club de rugby le plus passionnant au monde » et « à long terme un des meilleurs clubs mondiaux, comme en football le Real Madrid, le Bayern Munich ou le Manchester United »[11]. Il entamera sa deuxième saison avec le plus gros budget du Top 14 [12].

Excédé par l'amateurisme de la Fédération allemande de rugby à XV, il annonce qu'il se désengage du rugby allemand en juin 2018. La Wild Rugby Academy est dissoute et liquidée[13], enterrant les synergies imaginées avec le club parisien[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hans-Peter Wild », bloomberg.com (consulté le 25 mai 2017)
  2. (en) « Hans Peter Wild », sur forbes.com (consulté le 20 mai 2017)
  3. (en) Freya Berry et Arno Schuetze, U.S. agribusiness ADM to acquire Wild Flavors for $3 billion, Reuters, 7 juillet 2014 (consulté le 20 mai 2017)
  4. (en) KKR exits WILD Flavors in $3bn deal, Financier Worldwide Magazine, septembre 2014
  5. Capri-Sun s’affiche en ville, Sylvie Leboulenger, LSA conso, 13 mars 2013
  6. « Hans-Peter Wild : «Rendre au Stade Français son lustre passé» », Sport24,‎ 2018-03-25cest10:13:11+0200 (lire en ligne)
  7. (de) « HÜber die WRA », sur wildrugbyacademy.de (consulté le 20 mai 2017).
  8. Sylvain Labbe, « Milliardaire et allemand, un "Docteur" au chevet du Stade Français », sur rugbynews.fr, (consulté le 23 mai 2017).
  9. Rodolphe Ryo, « Rugby: 3 choses à savoir sur Hans-Peter Wild, le nouveau boss du Stade Français », sur lexpress.fr, .
  10. F.B. et M.R., « Hans-Peter Wild choisi pour reprendre le Stade Français », L'Equipe.fr,‎ (lire en ligne).
  11. « Pour briller, le Stade Français sort le chéquier », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  12. « Le Stade Français plus gros budget du championnat », Sport24,‎ 2018-08-21cest12:33:16+0200 (lire en ligne).
  13. « Excédé, Hans-Peter Wild arrête son engagement dans le rugby allemand », Sport24,‎ 2018-06-14cest15:27:14+0200 (lire en ligne).
  14. G. Sc. @GaetanScherrer, « Hans-Peter Wild et les nouveaux hommes forts du Stade Français », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]